18 septembre 2016

La trahison de Saint Paul

Est-ce que la fidélité à Jésus implique, oui ou non, une option préférentielle pour les « pauvres » à qui d’abord Jésus a porté son message ?
Est-ce que le judéo-christianisme de Paul, qui ignore la vie humaine de Jésus, peut nous conduire à croire que Jésus est un second David, condottieri au service de n’importe quel pouvoir ?
L'attitude de Paul, demandant aux riches de faire aux pauvres l'aumône de leur « superflu », sans pour cela se mettre dans la gêne, est-elle compatible avec l'appel de Jésus à se dépouiller de « tout », si l'on veut le suivre ?
Peut-on dire enfin, dans l’esprit de la création d'un judaïsme réformé (Jésus étant seulement le messie d’Israël) que Jésus est le messie d’Israël, que le vrai Dieu est celui d’Israël et que Jésus n'est plus que l'acteur obéissant d'un scénario écrit dans l'Ancien Testament, n'ayant pas creusé cette brèche immense dans l'histoire des hommes et des dieux, en faisant émerger la transcendance non du pouvoir d'un Roi, mais du dénuement du plus démuni des hommes ?
Le judaïsme réformé de Paul restaure le pouvoir du « Dieu des armées ». A Jésus il fait dire après sa mort, le contraire de ce qu’il a professé toute sa vie : il en refait un Dieu tout-puissant qui reviendra « avec les anges de sa puissance ».
Nos «croyances» religieuses actuelles, prisonnières de cette conception anthropomorphique de Dieu, ne se sont pas séparées de ces illusions. Même lorsque l'homme n'est plus sous la menace d'une «loi» divine, avec ses péchés et ses interdits, il n'est pas moins dépouillé de sa responsabilité:même nous rappelant que l'homme n'est plus sous la domination de la "Loi", le pouvoir arbitraire absolu demeure avec la « grâce ».
Tout événement humain obéit au « plan préétabli de Celui qui mène toutes choses au gré de sa volonté », comme l'écrit encore le catéchisme de Jean-Paul II  reprenant, en 1992, les formules exactes du concile de Trente (1545-1563) qui reprenaient elles-mêmes les formules de saint Paul dans l’Épître aux Philippins : « C'est Dieu qui fait en vous le vouloir et le faire. » (Ph. II, 13) « C'est par grâce, ce n'est donc pas en raison des œuvres » précise Paul aux Romains (11, 6) Et la grâce est un «don gratuit» de Dieu « Vous n'y êtes pour rien. » insiste Paul (Eph. II, 8). 

Roger Garaudy

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy