1 septembre 2016

Bellicisme et populacerie

Tout le verbiage entretenu sur le burkini, le foulard et les cris aux terroristes qui semblent se cacher même dans le petit pain du matin pour exploser le gosier des occidentaux, n'est que la manifestation d'une crise globale rendue ingérable par l'occident dans le contexte actuel d'un ordre vétuste quant à ses réponses aux besoins hégémoniques face à l'émergence des nouveaux pôles politiques et économiques entraînant une refonte des sphères d'influence géopolitiques et une réorientation des échanges commerciaux au niveau des partenaires de pôle. 
Désemparé face aux faits, l'occident verse d'un côté, dans un bellicisme géostratégique tous azimuts au Proche-Orient, et de l'autre, dans une surenchère culturaliste de préservation de soi dont les mises à l'index des vêtements musulmans notamment du burkini, du voile et du foulard, sont les principales faces. Il est ici à préciser que le cas patent du bellicisme susdit, est celui de la Syrie qui risque désormais la partition de son territoire par l'intervention des Usa sur une partie de ce pays dont le conflit tourne en faveur des russes alliés d'Assad, lesquels sont en train de vaincre Daesh, groupe terroriste soutenu par Washington dans son combat contre Assad.

>> LIRE EN ENTIER ICI >>
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy