30 septembre 2016

Coranisme, impérialisme et Hadith

Un courrier de CHARYBDE:

Je me permets de réagir à votre article sur quelques Hadith à propos de la Femme.  Tout cela est en effet très beau et si les Hadith reflétaient effectivement l'esprit du Coran, il n'y aurait aucun problème.
Or, les Hadith sont la source même du Problème. Voyez quelques explications plus bas que j'ai déjà données à des correspondants et que je vous laisse méditer. Si certains Hadith sont acceptables (parce qu'en harmonie avec la lettre du Coran, comme ceux que vous citez), la grande majorité d'entre eux sont des "On-dit", des racontars et constituent en fait la plus grande conspiration contre le Coran lui-même depuis mille ans.
En effet, pendant les trois premiers siècles, le monde musulman a vécu heureux, sans schizophrénie, parce que les compilations et la diffusion des Hadith étaient interdites conformément aux recommandations du Coran lui-même, de Muhammad en personne et de certains califes qui ont été choqués de constater la pratique.


Le tour de passe-passe du "Choc des civilisations" (basé sur une soi-disant "violence" intrinsèque  du Coran – voir les Charlie et tous les va-t-en-guerre de la place) a consisté, pendant longtemps, à:
1-glisser sous les tapis toutes les abominations (meurtres, viols et génocides notamment) que l'on trouve dans l'Ancien Testament - et dont votre site a donné quelques échos (Livre d'Esther par exemple ou encore sur le premier génocide) et que Roger Garaudy lui-même avait remarquées.
2-faire croire à la majorité des humains sur Terre qui n'ont lu ni l'Ancien Testament en détail, ni certains passages du Nouveau Testament (lequel contient malgré lui des traces de la violence du premier), ni le Coran lui-même, que ce dernier livre dit ceci ou cela.
Le cœur du tour de magie, d'une facilité enfantine, a consisté à citer un ou plusieurs des 700 000 Hadiths (oui, 700 000, soit, en volume, 1000 fois plus que le Coran lui-même) qui ont en fait dénaturé cette religion et son message universel de Transcendance et d'Immanence, comme Roger Garaudy et vous-même le rappelez très bien.
Ce fut d'autant plus facile que 99,99% des Musulmans n'ont pas lu la Bible et n'en connaissent que le résumé (qui est fait, pour reprendre l'expression d'une chanteuse française, "la vie [sous la Loi de la Torah] en rose") qui en est donné dans le Coran. Or, là où l'Ancien Testament décrit les crimes de masse innombrables (voir la campagne de colonisation de la Palestine par Josué par exemple sans parler des bagarres sanguinolentes de Moïse avec ceux qui ont le malheur d'être né parmis les Madianites) et autres abominations (fours crématoires pour Jordaniens inventés par David; attentat-suicide (3000 morts civils palestiniens, pardon, Philistins) inventé par Samson 3000 ans avant le 11 septembre 2001; assassinat de 42 enfants juifs par le prophète Elysée; 450 prêtres égorgés par Elie lui-même  parce qu'ils adoraient un autre dieu que Dieu (i.e. celui d'Israël); etc.), le Coran a blanchi tous ces prophètes aux yeux de ses lecteurs….
Ajoutez à cela que la majorité des Musulmans ne connaissent le Coran qu'en traduction (souvent mauvaise – voir mon dernier message dans lequel j'expliquai comment pendant 1000 ans, le mot le plus important du Coran, "Rahma" a été rendu par simple "miséricorde" pour occulter le fait qu'il s'agit d'Amour Miséricordieux et cosmique (je mets ici au défi tout islamologue de la planète de prouver que je me trompe), par ouï-dire ou à travers le prisme déformant des Hadith. En effet, comme les pseudo-communistes font avec Marx et Engels, les Hadith citent en permanence des versets du Coran – en les interprétant de la façon tordue que les plus consciencieux savent.
Les Hadiths sont en fait une rejudaïsation du Coran (lui qui s'était délesté du lourd héritage de violence, de haine et d'exclusivisme racial contenu dans l'Ancien Testament) et la meilleure preuve en est donnée (non par le silence des ses fidèles eux-mêmes mais) par DA'SH dont la violence débridée s'inspire directement et sans ambiguïté des épopées exploits de l'Ancien Testament. Car on ne trouve dans le Coran, ni mention d'égorgements, de crucifixions, ou même violence contre les animaux et insectes (voir la Sourate des Fourmis par exemple). Même la fameuse mise à mort du "mouton" (mot absent du Coran, tout comme beaucoup d'autres comme "cheveux" et d'autres) liée au Sacrifice par Abraham n'y est pas décrite - alors qu'elle l'est, et en détail colorés, dans l’Ancien Testament...

ROGER GARAUDY FACE A LA TRAGEDIE DES HADITHS
Roger Garaudy avait bien perçu cette violence antéislamique (y compris sur les animaux torturésvivants), remontant au Paléolithique et magnifiée plus récemment par l'Ancien Testament. Cependant, et Dieu sait qu'il fut attaqué de toutes parts par son audace, il n'a pas eu le temps de se pencher sur la plus grande conspiration contre l'islam: les Hadiths eux-mêmes.
Or, lui-même en a été victime comme on l'a vu avec le retournement de (ceux qu'il appelait) ses "frères" musulmans de Saoudie et d'ailleurs. La Fatwa à son encontre par Bin Baz cite notamment des Hadith...
Qu'à cela ne tienne. Ces horreurs ne changent rien à l'universalité ni du Coran (Paix et Amour Miséricordieux pour Tous) ni de sa magnifique explicitation, interprétation, voire vulgarisation par le philosophe de l'amour universel que fut Roger Garaudy. Il nous a quittés mais, selon la maxime du Coran "Pour qui sait réfléchir" (de laquelle émergea la Raison qui déclencha la révolution scientifique mondiale entre les 9ème et 15ème siècles), ce qui compte, comme le dit encore un verset (le plus important du Coran), c'est que "Dieu est plus proche de l'Homme que de sa veine jugulaire" [wanahnuaqrabuilayhiminhablilwarid] (Qaf 50:16).

LA TRAGEDIE DES HADITH
Pour aller plus loin et comprendre la tragédie de l'islam et les artefacts produits par les artificiers se tenant derrière les "chocs de civilisations" artificiels, rappelons que ce sont les 700 000 "Hadith" , "On-dits", racontars diffamant l'islam établis 1000 ans avant Charlie; qui en sont responsables. L'objectif fut de rejudaïser l'islam par la force du téléphone arabe. Par exemple: les 72 Vierges promises aux kamikazes; l'imposition de la circoncision juive et de l'excision (invention); le retour de la lapidation juive (pour laquelle certains ne craignent pas le ridicule de proposer un "moratoire" (sic) alors qu'elle n'a génétiquement rien à voir avec l'islam; les campagnes contre les chiens noirs (invention); le retour du voile juif; du "burkini" juif; l'appel au meurtre des apostats comme dans le passage suivant: "Celui qui blasphémera le nom de l'Éternel sera puni de mort: toute l'assemblée le lapidera. Qu'il soit étranger ou indigène, il mourra, pour avoir blasphémé le nom de Dieu." (Lévitique 24:16); etc.
Par exemple, des "Hadith" décrivent Muhammad, 1000 ans avant CHARLIE, comme un obsédé sexuel… Cherchez l'erreur… . D'autres s'intéressent à la ligne de poils descendant de sa poitrine à son nombril, à ses postures lorsqu'il se rendait aux toilettes, etc… Tout cela est écœurant et même p-graphique. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant puisque la p-graphie a été inventée par le dieu de l'Ancien Testament (voir NATHAN in Livre de SAMUEL).
A propos des femmes, peu de gens (y compris parmi les Musulmans) ont été capables de rétorquer aux Charlies et autres Houellebecq que les "72 Vierges promises aux martyrs" sont une invention issue des Hadith.
Peu de Musulmans savent que dans l'appel à la prière (adan), la phrase "Muhammad est le prophète de Dieu" ("Muhammad rasul Allah) est un ajout ultérieur par un auteur de Hadith particulièrement vicieux. En effet, la seule profession de foi que l'on trouve dans le Coran est qu'il "Il n'y a de Dieu que Dieu" (La ilaha ill- Allah). Associer le nom d'un prophète (Muhammad ou autre) est une forme d'associationisme ("Shirk"), soit le plus grand péché selon le Coran lui-même…
Un compromis diplomatique pourrait consister, comme le propose certains Coranistes (comme le Pr Talbi en Tunisie par exemple), à ne conserver que les quelques Hadiths (parmi les 700 000) qui s'accordent avec le Coran. Or, le déséquilibre est trop important et cela contribuerait à renforcer la confusion universelle.
Du passé faisons table rase et tenons-nous en au Coran et au Coran uniquement. Cette position intellectuelle porte d'ailleurs le nom de scripturalisme et elle existe dans d'autres religions.

LE CORAN EST UN LIVRE SOLIDE
Le Coran est un livre solide (qui "tient bien la route") dont le premier miracle est d'avoir réussi l'exploit de proposer une Synthèse (avec une foi nouvelle à la clé) jusque là jugée impossible entre deux thèses ennemies:
-celle de l'Ancien Testament (basée essentiellement sur des rites barbares hérités d'une épopée coloniale accompagnée d'un déchaînement de violence inouïe contre l'autre sexe et contre les autres peuples) et
-celle de la protestation de JESUS CHRIST (rejetant une partie de la violence précédente  tout en complexifiant la relation à Dieu: diversité des personnes en jeu /Trinité; eucharistie/transsubstantiation; etc.).
La nouvelle foi proposée par l'islam sera basée sur une réduction de la violence de l'Ancien Testament au minimum, un dépouillement des rites (particulièrement sacrificiels) et une connexion directe avec Dieu.

Charybde
Chercheur de choc sur les chocs de civilisation artificiels

********************************************************************************
Voici la tonalité de tout l'Ancien Testament: « Maudit soit celui qui fait avec négligence l’œuvre de l’Eternel, maudit soit celui qui éloigne son épée du carnage » (Jérémie 48, 10). Cela, malgré l' "avertissement": "Ah! épée de l'Éternel, quand te reposeras-tu? Rentre dans ton fourreau, Arrête, et sois tranquille!" (Jérémie 47, 6). Note: Jérémie fut un des "grands prophètes" juifs de la Bible.
Trouve-t-on des passages semblables dans le Coran ou tout autre livre sacré de quelque grande religion ?
********************************************************************************
QUELQUES CHIFFRES COMPARATIFS
Le Coran comprend 6236 versets (de 1 à 10 lettres en moyenne), soit environ 70 mille mots. Par comparaison, les "Hadith" se chiffrent à 700 000 (de10 à 100 mots en moyenne, un peu comme un "email" moderne), soit 7 millions à 70 millions de mots. Voilà ce que la majorité des 1.5 milliard de musulmans ignore. A l'époque, il n'y avait pas d'Internet mais il y avait le "Téléphone Arabe" qui a été inventé dans ce but: propager les 700 000 hadiths qui ne sont pour la plupart que des racontars sans aucune fiabilité.
********************************************************************************
SOCIOLOGIE DU TELEPHONE ARABE
La question des Hadith n'est pas toujours facile à appréhender par les Chrétiens par exemple qui ont en tête, pour la comparaison, les différences entre les Evangiles. Or, justement, l'effet du Hadith comme forme de "Téléphone Arabe" a été pédagogiquement démontré à l'Université à propos d'un passage de la Bible (tiré de Jean 2) complètement déformé par le public (sur le site coraniste en français Ksar).
Et 1000 ans plus tard, le monde peut constater la catastrophe…  D'où, la naissance, depuis trois décennies, du mouvement mondial des Coranistes (Le Coran et rien d'autre – et surtout pas dilué dans un océan de "Hadith") dont certains ont payé de leur vie leur courage intellectuel.
Tous les hadiths présents aujourd’hui, considérés comme « sahih », c’est-à-dire authentiques, ont été collectés plus de deux cents ans après la mort du prophète Mohammed. Le Prophète avait interdit l’écriture de ses hadiths, et par conséquent, les quatre califes qui ont succédé au Prophète avaient également interdit l’écriture des hadiths du Prophète (lire : L’histoire des Hadiths). Le prophète Mohammed lui-même, quand il décéda, n’avais pas connaissance de livres de hadiths. Nous avons plus d’un hadith dans lesquels le Prophète ordonne aux croyants de ne pas écrire quoi que ce soit de lui autre que le Coran.
Maintenant, pourquoi parlons-nous de « téléphone arabe »… ?
Le processus de corruption de tout élément d’information, à travers la transmission verbale de cette information via un certain nombre de personnes, est ce qu’on appelle le « téléphone arabe ».
Voici un exemple:
Un conférencier à l’université parlait du transfert verbal d’information, démontrant l’effet du transfert verbal sur la modification du message original.
Il demanda à 10 personnes de son auditoire de se présenter à lui. Il demanda ensuite à 9 d’entre elles de quitter la salle, et donna à la personne restante un petit morceau de papier à lire devant l’auditoire… La personne lut l’extrait suivant de la Bible :
« Après cela Jésus alla à Capharnaüm en compagnie de sa mère et de ses disciples, mais ils n’y restèrent pas longtemps. Car le moment de la Pâques Juive était proche. Jésus alla jusqu’à Jérusalem. Là-bas il trouva dans le temple les marchands de bétail, de mouton et de pigeons, et des changeurs d’argent assis à leurs tables. Jésus fit un fouet avec des cordes et chassa du temple les moutons, les bestiaux et eux tous. »
Après cela le conférencier prit le morceau de papier de la première personne, le mit dans sa poche, et demanda à la deuxième personne d’entrer. Il demanda à la première personne de répéter à la deuxième les paroles qu’elle venait juste de lire sur le papier.
La personne dit ce qui suit :
« Après cela Jésus alla à Capharnaüm en compagnie de sa mère et de ses disciples, et ils y restèrent longtemps. Après cela Jésus est retourné à Jérusalem. A côté du temple il vit des gens qui achetaient du bétail et des pigeons et il vit aussi des changeurs d’argent. Jésus les expulsa tous. »
A ce moment là l’enseignant demanda à la troisième personne de rentrer et demanda à la deuxième de répéter ce qu’elle venait juste d’entendre de la 1ère… Elle dit à son tour :
« Après cela Jésus alla à Jérusalem avec sa mère et certains de ses disciples et ils y restèrent pendant quelques jours… Après cela Jésus retourna au temple. A côté du temple il vit des gens qui achetaient du bétail et des porcs il vit aussi des changeurs d’argent. Jésus leur cria dessus et leur dit qu’ils étaient mauvais. »
A nouveau la personne suivante est rentrée et le message a été répété comme suit :
« Un jour Jésus était à Jérusalem avec sa mère où il était resté pendant de nombreuses années… mais un jour Jésus quitta Jérusalem et alla dans une contrée lointaine. A côté du temple il vit des gens qui achetaient des chevaux et des porcs, il leur cria dessus pour avoir autant d’argent et leur dit que l’argent était mauvais. »
Lorsque la personne suivante raconta la même histoire, ce fut :
« Jésus est né à Jérusalem et a vécu là avec sa mère pendant des années … un jour Jésus alla au marché à Jérusalem et dans le marché il vit des gens qui montaient des chevaux et vendaient des porcs, il leur cria dessus parce qu’ils avaient tant d’animaux et d’argent et leur demanda de donner leur argent en charité car il est mauvais. »
A son tour, la personne suivante :
« Jésus est né à Jérusalem et vécu avec sa mère toute sa vie… un jour Jésus alla au marché à Jérusalem et au marché il vit des gens qui montaient des chevaux et vendaient des porcs, il leur cria dessus pour leur cruauté envers les animaux et leur demanda de céder leur argent ou de s’assurer que leur animaux soient bien nourris. »
A son tour les paroles ont été changées en :
« Jésus est né à Jérusalem et a vécu près d’un marché où il y avait beaucoup de gens qui maltraitaient de pauvres porcs et fouettaient leurs chevaux … un jour Jésus alla au marché et vit ces mauvaises personnes qui n’étaient intéressées que par la vente de leurs porcs, ils étaient bruyants et grossiers envers lui, il ne leur répondit pas mais il maudit leur argent et partit … »
Maintenant chacun de vous peut retourner lire le premier compte rendu de cette histoire, puis à nouveau le dernier qui n’était que la 6ème narration.
Ce qui est également important de noter, c’est que cet exercice se produisit dans une période de 10 minutes dans une conférence, ce qui signifie que tous les participants avaient une bonne raison de se rappeler du contenu du message. Qu’en est-il dans le cas de milliers de hadiths, la plupart d’entre eux très longs, qui ont été transmis par de nombreuses personnes et sur une période de 200 ans?
Il faut également noter que les dix hommes de la conférence essayaient tous honnêtement de répéter l’histoire du mieux qu’ils pouvaient se souvenir. Nous ne pouvons pas accuser l’un d’eux d’essayer délibérément de corrompre l’histoire qu’il racontait.
Ce que cela signifie est que la corruption dans la transmission n’est pas due au mauvais caractère ou à la malhonnêteté des narrateurs, mais plutôt due à l’altération des faits par une séquence de transmissions verbales. Ces transmissions ont été faites par des humains dont on ne peut s’attendre à ce qu’ils aient tous une mémoire infaillible.
Malheureusement, les chercheurs ont évalué l’authenticité des hadiths à travers une référence au caractère des narrateurs ! Si le narrateur était de bonne moralité alors ils marquent le hadith comme authentique ! Quelle naïveté !
Une histoire racontée à travers 200 ans par 6 à 10 hommes différents dans une chaîne ne peut en aucune façon être authentique.
Nous ne devrions pas être surpris de voir que Dieu nous dit clairement dans le Coran de ne suivre aucun hadith autre que le Coran.
Après cela (le Coran), en quel hadith croiront-ils donc? Coran, 77:50
Voici les versets de Dieu que Nous te récitons en toute vérité. Alors en quel hadith, après Dieu et ses versets, croiront-ils ? Coran, 45:6
Et, parmi les hommes, il est (quelqu’un) qui, dénué de science, achète de plaisants hadiths pour égarer hors du chemin de Dieu et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. Coran, 31:6
Dieu a fait descendre le plus beau des hadiths, un Livre dont (certains versets) se ressemblent et se répètent. … Coran, 39:23
Eh bien, qu’ils produisent un hadith pareil à lui (le Coran), s’ils sont véridiques. Coran, 52:34
Laisse-Moi donc avec quiconque traite de mensonge ce hadith ; Nous allons les mener graduellement par où ils ne savent pas! Coran, 68:44
Pour un historique détaillé de la compilation des hadiths, lire : L’histoiredes Hadiths


___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy