1 janvier 2017

Voeux 2017


Renaud rend hommage aux mots. Et de belle façon. Les mots, même s'ils ne remplacent pas la "critique par les armes" - c'est-à-dire par l'action - chère à Marx, sont cependant des armes aux mains des hommes libres. Ce n'est pas un blogueur qui vous dira le contraire.
Aussi bonne année que possible à tous et surtout meilleure à ceux pour qui la précédente fut terrible. Avec une pensée particulièrement forte aux habitants d'Alep désormais débarrassés des terroristes et qui ont à reconstruire la paix pour reconstruire leurs vies ; aux familles des personnes  abandonnées, assassinées, au Congo, au Yémen, en Méditerranée...; aux sans-abri, chômeurs, précaires et tous les exploités du capital mondialisé et de son "monothéisme du marché" (selon la formule adoptée par Garaudy); aux syndicalistes et simples citoyens poursuivis par la justice de classe; aux femmes battues et humiliées et à notre soeur Jacqueline Sauvage inhumainement maintenue en détention et enfin libre; à tous ceux qui souffrent autour de nous; à mon pays qui recouvrera un jour une pleine conscience de lui-même, pour exercer son génie propre dans l'intérêt de tous les peuples, pour "une organisation raisonnée de la terre" selon l'expression de Teilhard de Chardin. Voeux et remerciements particuliers aussi à celles et ceux qui participent chacun à leur manière - ils se reconnaîtront - à enrichir le blog . A tous, que l'année 2017 apporte l'envie, la force et le courage de la lutte sans laquelle aucun mieux n'est à attendre, car il faut d'abord nous aider nous mêmes si nous espérons aussi le secours du Ciel. Qui est aussi ce Ciel des mots auquel le chant de Renaud  rend, et je m'y rallie, un si humain car si vécu hommage.
A.R.

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy