12 janvier 2017

La Sainte Alliance de Tokyo (1986). Garaudy commente un G7

Le sommet de Tokyo (G7) de mai 1986 a publié plusieurs déclarations, une "Déclaration finale", une "Déclaration pour un avenir meilleur", une "Déclaration sur les implications de l'accident nucléaire de Tchernobyl", et une "Déclaration sur le terrorisme international". C'est surtout à cette dernière que voulait répondre Roger Garaudy.Trop tard pour "Le Monde" ! Les déclarations sont datées du 6 mai et Garaudy n'a pris sa plume que le 9...Ce texte n'est pas sans intérêt 30 ans plus tard.


Le Monde
7, RUE DES ITALIENS
75427 PARIS CEDEX 09

Paris, le 22 mai 1986
Monsieur Roger GARAUDY

Cher Monsieur,
André FONTAINE m'a transmis votre proposition d'article
intitulé "La Sainte Alliance de Tokyo".
Je l'ai lu avec intérêt et il est certain qu'au
lendemain du sommet, nous aurions pu envisager de le prendre
en Tribune Libre. Pour un quotidien, il est vraiment trop
tard, d'autant plus que nous avons déjà publié plusieurs
pages sur le terrorisme avec des avis contraires.
Je suis navré mais peut-être une revue qui a moins
d'exigence en ce qui concerne l'actualité pourra accueillir
votre tribune.
Bien sympathiquement vôtre.
Pierre Drouin

La " SAINTE ALLIANCE " DE TOKYO

Au siècle dernier les tyrans de 1’Europe formèrent une "Sainte Alliance" contre tous les mouvements de libération de leurs peuples.
A Tokyo vient de se nouer, contre le Tiers-Monde et contre la Paix, une nouvelle "Sainte Alliance": celle des maîtres occidentaux du monde, qui veulent se réserver le monopole de la domination contre ce qu'ils appellent "le terrorisme".

Qui sont les juges ?
Reagan ? Comme autrefois 1'armée américaine, au Viet-Nam, tua par millions, il continue de soutenir, en Amérique Latine, les dictatures terroristes de tous les Pinochet, il finance et arme le terrorisme des mercenaires de 1'ancienne dictature des Somoza, contre le Nicaragua libéré par son peuple et par ses prêtres. Reagan, le héros de 1'invasion de la Grenade, 1’ homme des Viet-Nam rampants moins voyants. Les dirigeants américains ont naguère donné le "feu vert" à 1’invasion du Liban, et aux massacres de Sabra et de Chatila. Reagan vient d’assassiner, à Tripoli et à Benghazi, des enfants de quatre mois.
Pourquoi ne désigner, à Tokyo, qu'un seul coupable ? Qui sont les juges ?

Thatcher a fourni les bases aériennes pour les assassinats d'enfants. Elle a mis le poids de ses escadres pour maintenir, aux Malouines, les dérisoires derniers lambeaux d'un Empire colonial. L'Irlande est ensanglantée, depuis plus d'un siècle, par des terrorismes rivaux. L‘est-elle par le monde arabe ? Ou bien parce que 1'intelligence et la générosité n’ont jamais inspiré les politiques impériales ?
Pourquoi ne désigner à Tokyo, qu'un coupable ?
Qui sont les juges ?

Les dirigeants de la France, troisième trafiquant d'armes du monde, entretiennent les tueries du Proche-Orient.Les otages français du Liban sont les otages de cette politique. Hissen Habré au Tchad, a détenu, pendant des mois, des otages français: 1'armée française est aujourd'hui mise à sa disposition pour écraser les opposants.
Des espions et des tueurs sont envoyés jusqu'en Nouvelle Zélande contre ceux qui s'opposent aux menaces que font peser, sur les peuples du Pacifique, les essais nucléaires. Les mêmes dirigeants, toutes nuances confondues, ont armé les terroristes de 1'"apartheid", en Afrique du Sud, et, à 1'heure de Tokyo, ils rétablissent un ambassadeur auprès de ces racistes. Ils s'alignent sur Reagan et sur Thatcher.
Qui sont les juges ?
Pourquoi, à Tokyo, n'a-t-on désigné qu'un coupable?

Nous condamnons tous les terrorismes et toutes les violences qu'elles soient massives, comme celles des nantis de Tokyo, ou artisanales, comme celles à qui 1'Occident réserve ses indignations sélectives.
Nous rappelons à la pudeur, en matière de terrorisme, les plus grands terroristes de 1'histoire: 1'Occident, coupable du génocide indien et de la "traite des nègres", d'Auschwitz et d'Hiroshima, du Viêt-nam et de 1'Algérie.
Nous n’appelons à aucune violence,mais, au contraire au refus de s'y associer.

- Pour ceux qui font du talion, au centuple, la loi des relations internationales.
- Pour ceux qui tuent par millions, par toutes les armes, y compris celle de la faim: qui dépensent 750 milliards de dollars d'armement, qui diminuent la production de blé aux Etats-Unis, qui se plaignent de 1'engorgement des frigorifiques de 1'Europe par trop de viande et de beurre, quand 80 millions d'êtres humains meurent la même année, de
faim ou de malnutrition.
Pour ceux-là, ni bases militaires ou navales, ni espace aérien, ni dépôts dans leurs banques, ni achat de leurs armes, ni fourniture de pétrole ou d’autres matières premières.
Non-coopération avec les grands monopoles de la mort.
Marché commun des peuples de la faim, de ce Tiers-Monde qui détient les deux-tiers des ressources du monde.
Et d'abord: démasquer 1'hypocrisie de ceux qui
appellent terrorisme la violence des faibles, et lutte contre
le terrorisme la violence des forts.

Roger Garaudy
Chennevières
9 mai 1986
En Iran (sans doute 1980)

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy