25 novembre 2015

Ashraf Fayad: pour que la poésie "sauve le monde", sauvons le poète des griffes de nos "amis" saoudiens


.

Le poète palestinien Ashraf Fayad a été condamné à mort, vendredi, pour "apostasie". En d’autres termes, l’Arabie saoudite lui reproche d’avoir tenu des propos contre Dieu et contre le royaume. Une accusation qui repose sur un témoignage unique.

"J'ai été très choqué mais c'était attendu. Je n'ai cependant rien fait pour mériter la mort",  a-t-il expliqué au journal britannique The Guardian.
Ashraf Fayad, qui avait représenté l'Arabie saoudite lors de la Biennale de Venise en 2013, était inquiété par la police religieuse du royaume pour des poèmes aux idées athées.
Le poète avait déjà été détenu en 2013, pour blasphème. Relâché le lendemain, Ashraf Fayad avait de nouveau été arrêté en janvier 2014. Cette fois-ci, il avait passé 27 jours au poste avant de se retrouver en prison.

Incitation à l'athéisme

En 2014, il est alors condamné à quatre ans de prison et 800 coups de fouet en première instance après une plainte provenant d'un groupe de discussion culturel dans un café d'Abha (sud-ouest). Un homme affirmait alors l'avoir entendu tenir des propos contre Dieu, tandis qu'un religieux l'accusait de "blasphème" dans un recueil de poèmes que le Palestinien a écrit il y a 10 ans.
Lors du premier procès, Ashraf Fayad avait démenti que son ouvrage soit "blasphématoire", mais s'était quand même excusé. La cour n'avait alors "pas voulu le condamner à mort".
Mais mardi, selon l’ONG Human Right Watch, un autre tribunal est donc revenu sur cette décision, vendredi, jugeant que "le repentir, c'est pour Dieu". Privé de carte d'identité, le poète n'a pu bénéficier de l'aide d'un avocat pour se défendre.
Pour Ashraf Fayadh, cette condamnation vient après de nombreux problèmes rencontrés avec la police religieuse. Pour ces amis, qui avaient alors lancé une page de soutien, la police religieuse n'ayant trouvé aucune trace "d'incitation à l'athéisme" dans ses poèmes, elle l'avait poursuivi pour avoir fumé et pour arborer des longs cheveux.

151 exécutions en 2015

L'apostasie, comme le meurtre, le viol ou le trafic de drogue sont passibles de la peine de mort en Arabie saoudite. Les autorités saoudiennes invoquent la dissuasion comme argument clé pour tenter de justifier la peine de mort.
Selon Amnesty International, 151 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite depuis le début de l'année, un record depuis 1995. Le royaume dictatorial pratique aussi les châtiments corporels (des coups de fouets) et les crucifixions contre  ses opposants politiques ou contre des blogueurs. La presse n'est pas mieux lotie. Un septembre on apprenait qu'un journaliste était détenu depuis un an sans raison et sans procès à l’horizon.
De plus, le pays figure en 164e position sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2015.

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy