19 février 2017

Un livre et une matraque

Des faits divers récents ont, une fois de plus, mis sur le devant de l’actualité des actes de répression disproportionnés. Forcément, ils choquent d’autant plus que chacun se dit qu’il aurait pu en être la victime expiatoire.
Le plus léger, celui sur lequel nous allons nous attarder, c’est cette dame verbalisée par la nouvelle brigade anti-incivilités mise en place par la Mairie de Paris. Déjà, on avait compris qu’il s’agissait surtout de faire la chasse aux sans-abris et aux mendiants mais on voit que, comme il fallait s’y attendre, elle va éviter les quartiers, les rassemblements où les incivilités, les dégradations sont fréquentes pour traquer les étourdis et quelques vrais indifférents au bien public mais isolés, donc faciles à aborder et à sanctionner.

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy