7 février 2017

Intégrisme premier et intégrismes seconds



Aucun problème actuel ne peut être abordé que dans son contexte planétaire. Le problème de l'intégrisme
comme les autres. L'intégrisme, c'est la prétention de posséder la vérité absolue et de l'imposer aux autres.

L'exemple le plus meurtrier de l'intégrisme, cette prétention de posséder la seule culture véritable, la
seule religion universelle, le seul modèle de développement, et de nier ou de détruire les autres cultures, les
autres religions, les autres modèles de développement, est donné par l'Occident colonialiste depuis cinq siècles.

La prétention de l'Occident à être l'instituteur et le dominateur du monde a trouvé des justifications successives. Tantôt religieuses, et l'on appelle alors « évangélisation du Nouveau Monde » le pillage, la destruction et l'extermination de 80 % des autochtones. Tantôt c'est au nom du « progrès » et de la « modernité », de la civilisation, de la raison, de l'athéisme même, qu'un Jules Ferry définit et justifie le système colonial.

Cet intégrisme premier du colonialisme occidental a, dans le monde, engendré tous les autres, qui constituent
des réactions prévisibles de défense de l'identité personnelle, culturelle ou religieuse, des peuples assujettis.
Mais ces réactions sont souvent perverties par le rêve trompeur d'un retour au passé comme à un âge d'or
- antérieur aux invasions de l'Occident  - pour préserver ces identités. Comme s'il n'y avait de choix qu'entre
l'imitation de l'Occident en sa décadence, et l'imitation du passé.

Roger Garaudy Les fossoyeurs. Un nouvel appel aux vivants. Pp 23-24
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy