3 avril 2011

Critique de la raison dialectique

Critique de la raison dialectique (1960)
Au début des années 1950, au moment où il se rapproche des communistes sur le plan politique, Sartre entreprend d'étudier les rapports de l'existentialisme et du marxisme et, en accord avec Roger Garaudy, de confronter les méthodes de l'un et de l'autre système dans une étude sur Flaubert. Après avoir écrit un texte pour une revue polonaise ("Questions de méthode", en 1957), Sartre se lance dans la Critique : "Il ne travaillait pas comme d'habitude avec des pauses, des ratures, déchirant des pages, les recommençant ; pendant des heures d'affilée, il fonçait de feuillet en feuillet sans se relire, comme happé par des idées que sa plume, même au galop, n'arrivait pas à rattraper ; pour soutenir cet élan, je l'entendais croquer des cachets de Corydrane dont il avalait un tube par jour." (La Force des choses, t. II, p. 146.) Sartre, dont la santé avait décliné considérablement, devait déclarer plus tard : "Il vaut mieux écrire la Critique – je le dis sans orgueil –, il vaut mieux écrire une chose qui est longue, serrée, importante pour soi que d'être très bien portant." (Situations X, t. II, p. 153.)
  


Critique de la raison dialectique, dont le premier volume paraît en 1960 – le second, resté inachevé, ne paraîtra qu'à titre posthume –, est le dernier grand ouvrage philosophique de Sartre. Cette "montagne de feuillets", dense et complexe, mêlant analyse philosophique et exemples historiques, est le résultat d'une réflexion qui se développe sur une dizaine d'années. Il prolonge la philosophie sartrienne de la conscience mais l'articule désormais avec sa dimension collective. L'objet problématique de ce texte est de concilier l'interprétation marxiste de l'histoire et l'existentialisme comme philosophie du sujet singulier, de l'existence individuelle : "Je considère le marxisme comme l'indépassable philosophie de notre temps et [.] je tiens l'idéologie de l'existence et sa méthode "compréhensive" pour une enclave dans le marxisme lui-même qui l'engendre et la refuse tout à la fois."

[Voir http://www.alhiwar.org/fr/pdf/LeDebat/leDEBAT-1.pdf
Le débat Sartre-Garaudy des années 60 au sein d'un débat plus vaste et ô combien actuel, par Le Dr Mohammed Amrani-Hanchi]

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy