17 décembre 2013

Philosophie et mensonge. Un lecteur défend Garaudy contre les outrances de Finkelkraut (1998)



A  La Dépêche du Midi
Pour le courrier des lecteurs

Philosophie et mensonge

J'ai lu dans La dépêche du 8 janvier 1998, en page 4, une déclaration du philosophe Alain
Finkielkraut qui me fait froid dans le dos par sa mauvaise foi et sa volonté de nuire. Je cite :
« Garaudy n'est pas hostile à la politique d'Israël. Il est allergique à Israël et au lobby juif. Il nie la mort des Juifs parce qu'il veut la mort des Juifs ». Cette déclaration est, du début jusqu'à la fin, un tissu de mensonges ; dans son livre « Les mythes fondateurs de la politique israélienne » Roger Garaudy s'exprime point par point exactement dans le sens contraire : il argumente non pas contre les droits du peuple israélien ou contre les Juifs mais contre les pratiques spoliatrices, expansionnistes et totalitaires inspirées par le dogme politique qu'on appelle le sionisme. Mais ce qui me paraît le plus grave, ce qui me porte à réagir, c'est l'ignoble calomnie finale où Roger Garaudy se voit accusé, non seulement de nier la mort des Juifs mais aussi de vouloir leur mort. Je trouve qu'une telle accusation est totalement inadmissible et disqualifie son auteur.

H . F.
Le 12 1 1998


___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy