18 février 2016

Anti-garaudistes primaires



 [Il faut bien leur donner la parole, malgré outrances, raccourcis, imprécisions, assimilations abusives, "oublis" orientés et au passage quelques véritables injures. Lire aussi: http://rogergaraudy.blogspot.fr/2013/10/anti-garaudisme-primaire.html .NDLR]

Revue Les Temps modernes. N°641. 2006Minard Adrien, Prazan Michaël, « La consécration persane de Roger Garaudy. », Les Temps Modernes 7/2006 (n° 641) , p. 29-44
URL :
www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2006-7-page-29.htm.

Maryam A. vit aujourd’hui dans un coquet appartement du Quartier latin. Née à Téhéran en 1942, elle a vécu en France durant sa jeunesse, avant de retourner dans son pays au cours des années 1960. Mais elle ne s’y sent pas vraiment à l’aise. Elle fait alors partie de la haute bourgeoisie occidentalisée qui gravite autour de la famille impériale. Comme tous ses amis, elle est tiraillée entre ses origines et son attirance pour la vie sociale et culturelle qu’elle a connue à Londres ou à Paris. Devenue professeur de traduction à l’université et donnant des cours à l’Institut français de Téhéran, Maryam fréquente surtout les membres de l’élite francophile qui bénéficie des faveurs de la Shahbanou, l’épouse du Shah, et apparaît comme un trait d’union avec l’Occident. Toutes deux ont d’ailleurs partagé les mêmes bancs de l’école Jeanne d’Arc de Téhéran, chez les sœurs, avant de se retrouver comme étudiantes à Paris. Elle se souvient de la passion éprouvée par nombre de Français, artistes et intellectuels, pour l’Iran du début des années 1970. Le pays connaît alors un « miracle » économique qui suscite l’admiration de nombreux Occidentaux en mal d’exotisme. On assiste à l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie aux yeux tournés vers les Etats-Unis ou la France. Le développement de la culture et des arts est favorisé par le régime du Shah. C’est l’époque de la redécouverte de la civilisation perse, de la vogue du soufisme et de la modernisation accélérée de l’Iran. Un pays de cocagne en somme. Un « ailleurs » où la jeunesse française, après les désillusions de Mai 68, peut se ressourcer au contact d’une société neuve et des sagesses orientales.

Le chorégraphe Maurice Béjart est de ceux qui séjournent régulièrement dans son pays. En 1971, il apporte sa contribution chorégraphique aux festivités organisées à Persépolis pour le 2 500e anniversaire de la fondation de l’Empire perse, en présence de centaines d’invités étrangers. Deux ans plus tard, il crée deux ballets s’inspirant de la musique traditionnelle iranienne, l’un appelé « Golestan », et l’autre « Farah », en l’honneur de la Shahbanou, à laquelle il voue, comme beaucoup de Français, une grande affection. Il apparaît ainsi plusieurs fois en vedette du festival de Shiraz, où ses représentations bénéficient du somptueux décor des ruines antiques. A la suite de la rencontre d’un musicien kurde adepte du soufisme, il se convertit à l’islam en 1973.

Maryam a assisté à ces fabuleuses mises en scène de Béjart, mais elle se souvient surtout de son ami philosophe auquel il a communiqué sa fascination pour l’Iran, Roger Garaudy. C’est au milieu des années 1970 qu’elle le croise dans les soirées branchées organisées chez des amis. Bien qu’ils soient choyés par le régime du Shah, ces intellectuels iraniens sont souvent encore proches du communisme ou du trotskisme. Le pouvoir a donc tout intérêt à gâter ces opposants potentiels en leur laissant beaucoup de liberté dans le domaine culturel. Pour eux, recevoir Garaudy est un honneur : « On voyait quelqu’un qui avait été le responsable des éditions marxistes en France. On l’a vu fasciné par une culture qui était la nôtre depuis notre naissance. Il nous a aidés à regarder nos origines », lui reconnaît Maryam. L’accueil fait à l’ancien dirigeant du PCF s’inscrit dans cette volonté des intellectuels francophones de lier l’attachement aux racines à l’attrait pour les courants contestataires français.


Roger Garaudy séjourne à plusieurs reprise chez Majid Rahnema, ministre iranien de l’Enseignement supérieur, qui a longtemps représenté l’Iran à l’ONU. Il passe plusieurs étés dans la magnifique demeure de cette riche famille au nord de Téhéran. Logé gracieusement et bénéficiant de tous les égards du personnel de service, il peut pleinement profiter du confort de cette villa établie au pied d’une montagne et entourée d’un luxuriant jardin parcouru par une source d’eau claire. Maryam a l’occasion de le rencontrer chez son ami Majid, où Garaudy passe l’essentiel de son temps à écrire ou à discuter avec les représentants de cette intelligentsia progressiste et proche de la cour impériale. « Avec son chauffeur, un cuisinier, des femmes de chambre à sa disposition, il faisait ce qu’il voulait, toujours en bonne compagnie. Moi, ça ne m’a jamais choquée, mais mon mari était beaucoup plus critique. Pour lui, c’était quelqu’un d’intéressé, d’opportuniste, seulement capable de grands discours un peu creux, quand l’important était de sortir les masses de la misère. »

Garaudy parvient rapidement à s’imposer comme une personnalité appréciée et écoutée. Ses généreux hôtes le mettent en relation avec Farah Dibah qui lui confie la tâche de fournir aux Maisons de la culture du pays les moulages des cent chefs-d’œuvre de la sculpture mondiale. Suivant les propositions du philosophe français, elle impulse aussi la création d’un Centre iranien pour le dialogue des civilisations, sur le modèle de l’Institut du même nom que Garaudy a créé à Genève en 1974. Une photographie le montre en grande conversation avec la belle impératrice lors de son inauguration, en octobre 1977. Elle est d’ailleurs venue écouter son exposé lors du colloque organisé le même jour [1] Roger Garaudy, « De la sécession de l’Occident au dialogue.... A cette occasion, Garaudy est marqué par sa brève rencontre avec le grand islamologue Henry Corbin, professeur à la Sorbonne, spécialiste du soufisme et du chiisme iranien. Mais il n’a pas vraiment le temps d’approfondir son intérêt pour l’islam chiite que son séjour prend fin. Quand, à partir de septembre 1978, des manifestations massives s’en prennent à la dictature répressive du Shah, Garaudy observe les événements depuis la France. Le déploiement de l’armée et le déclenchement d’une grève générale terminent de déstabiliser le pays. La suite est connue. Le 16 janvier 1979, le Shah et l’impératrice quittent l’Iran à la demande du Premier ministre Shapour Bakhtiar, qui cherche ainsi à calmer la situation. La fulgurante popularité d’un chef religieux qui a trouvé exil en banlieue parisienne, l’ayatollah Khomeiny, et son retour à Téhéran début février amorcent un transfert du pouvoir vers un gouvernement islamique dont il prend vite le contrôle. A partir du mois de mai 1979, le pays entre dans une phase de violente répression : les Gardiens de la Révolution récupèrent l’essentiel des pouvoirs locaux, arrestations et exécutions se multiplient, une constitution donne les pleins pouvoirs au « Guide spirituel suprême », Khomeiny lui-même, qui devient président à vie.

L’idée d’une destitution du Shah a suscité une vague d’enthousiasme parmi l’élite progressiste du pays, même chez ceux qui exerçaient des responsabilités politiques. Une large constellation de groupes marxistes, anarchistes ou tout simplement laïcs, entrevoient derrière les mots d’ordre religieux un mouvement révolutionnaire qui leur permettra de forger un nouvel avenir à la société iranienne. On retrouve la même jubilation, doublée d’une véritable fascination pour Khomeiny, parmi certains intellectuels et journalistes français, et non des moindres. Pour les militants gauchistes et tiers-mondistes en quête d’un nouveau modèle, l’ayatollah a l’étoffe d’un nouveau Mao ou d’un Che Guevara. « Tous ces gens-là qui n’avaient pas pu faire la révolution chez eux, ils sont venus la faire chez nous », se rappelle Maryam. Lorsque, le 1er février 1979, Khomeiny, quittant sa retraite de Neauphles-le-Château, s’embarque à bord d’un vol pour Téhéran, Claire Brière, Marc Kravetz et Serge July, tous journalistes à Libération, sont du voyage. Quelques jours après son arrivée, le directeur du journal s’exalte pour la mise en place « d’une formidable organisation dans les quartiers, autour des mosquées et la prise en charge de tous les aspects de la vie sociale [2] Serge July dans Libération, 12 février 1979, cité dans... ». Mais c’est l’enthousiasme de Michel Foucault qui est surtout resté dans les mémoires. A deux reprises, en septembre et en novembre 1978, il effectue une série de reportages en Iran pour le compte du quotidien italien Corriere della sera. Marqués par l’intensité du mouvement auquel il assiste, ses articles témoignent de sa fascination pour cette « révolte à mains nues » menée héroïquement par le peuple iranien contre l’armée du Shah. Tentant une analyse politique sur le vif, il écrit alors :

« Je me sens embarrassé pour parler du gouvernement islamique comme “idée” ou comme “idéal”. Mais comme “volonté politique”, il m’a impressionné. Il m’a impressionné dans son effort pour politiser, en réponse à des problèmes actuels, des structures indissociablement sociales et religieuses ; il m’a impressionné dans sa tentative aussi pour ouvrir dans la politique une dimension spirituelle [3] Michel Foucault, « A quoi rêvent les Iraniens ? »,.... »

Pour lui, la révolution ne se trouve plus formulée dans les classiques du matérialisme dialectique, elle ne répond plus à des modèles occidentaux ; elle se manifeste en acte par une nouvelle synthèse entre religion et politique. Et ce mélange détonnant est incarné par l’islam [4] Michel Foucault, « Une poudrière appelée islam », Corriere....

Quelques mois plus tard, cette analyse est reprise presque mot pour mot par Roger Garaudy. Comme une partie de la bourgeoisie éclairée qui l’a reçu en Iran, son admiration pour l’ouverture culturelle du régime de Pahlavi est vite reléguée par l’euphorie de la révolution. En France, il est loin d’être le seul à s’emballer pour les événements iraniens. La quasi-totalité des groupes et des intellectuels d’extrême gauche applaudissent tant la chute d’un pouvoir autoritaire soutenu par les Etats-Unis que l’avènement d’un mouvement de masse révolutionnaire. Maurice Béjart fait aussi partie des thuriféraires du régime islamique. Mais Garaudy va, lui, beaucoup plus loin. Alors que, au printemps 1979, la sanglante répression consécutive au retour de Khomeiny met fin aux dernières illusions, bien après que Foucault, critiqué, s’est tu sur ce sujet, Garaudy persiste à célébrer l’espoir incarné par la révolution islamique. Dans son Appel aux vivants publié à la fin de l’année, il souligne la non-conformité de cette révolution avec les catégories politiques classiques de l’Occident. Elle apporte une bouffée d’air frais dans la théorie des gauchismes et une perspective inédite pour les déçus du marxisme. Pour Garaudy, il s’agit surtout d’une offensive des masses contre le modèle de croissance occidental et ses symboles, qu’il a lui-même en horreur, ces « night-clubs ou cinémas qui affichaient les plus bestiales productions de l’Occident [5] Roger Garaudy, Appel aux vivants, Paris, Le Seuil,... ». L’événement montre la pertinence d’un « socialisme islamique », soit une alliance entre révolution et foi dont Garaudy se réclame depuis plusieurs années. Selon lui, « une république islamique implique […] une démocratie communautaire, associative et participative [6] Ibid., p. 298. ». S’il s’agit d’un véritable aveuglement, ce n’est pas faute d’avoir pu approcher la réalité sur place. En juin 1980, il participe, aux côtés des socialistes Lionel Jospin et Didier Motchane, aux discussions internationales organisées à Téhéran à propos du sort d’une partie du personnel de l’ambassade américaine, retenue en otage par les étudiants islamistes depuis le mois de novembre. Deux ans plus tard, dans Promesses de l’islam, il doit bien reconnaître, pour le déplorer, l’intégrisme des mollahs, mais ne démord pas de son engouement pour cette « conception plénière de la révolution, qui n’est pas seulement subversion des structures mais, d’un même mouvement, mutation de l’homme [7] Roger Garaudy, Promesses de l’islam, Paris, Le Seuil,... ». Si les soutiens français du nouveau régime iranien se sont un à un désistés, Garaudy persiste à se faire l’apologiste de la théocratie islamiste.

De retour en Iran en 1989, auréolé de sa réputation de nouveau converti, Garaudy est reçu très officiellement par les dignitaires religieux du régime. Le 11 février, jour de la fête nationale, il assiste aux cérémonies organisées pour le dixième anniversaire de la Révolution. Garaudy exalte cet épisode glorieux, pour lui comparable à 1789 en France, lorsque « le tchador devenait ainsi le contraire du strip-tease, comme la lecture constante de la grande poésie coranique la réaction contre les formes hurlantes et convulsives du rock [8] Roger Garaudy, Mon tour du siècle en solitaire, Beyrouth,... ». L’invité est fasciné par la volonté de ses hôtes, dans la lignée des grands projets totalitaires du siècle, de modeler un homme nouveau, débarrassé des stigmates de la corruption occidentale et de la culture made in US. L’exaltation de la soumission des femmes et le rejet de la musique dépravée de l’Occident reprennent parfaitement les diatribes de ses amis ayatollahs. Ceux-ci convient Garaudy à assister à un grand défilé militaire dans les rues de Téhéran, qui demeure le souvenir le plus émouvant de sa visite :

« D’ici, de la tribune, cette foule apparaît comme un oiseau fabuleux aux ailes déployées. Aux deux extrémités, comme de fines plumes noires serrées, les groupes à l’infini de femmes, veuves, mères en deuil, jeunes filles aux voiles funèbres. Puis les alignements serrés d’uniformes marron : ceux des soldats en partance. […] Au centre, comme le corps, la tête et le cœur de l’oiseau qui plane, une large bande de duvet blanc ; ce sont les milliers de volontaires des commandos suicides qui se jetteront, avec leur charge d’explosifs autour du corps ou dans leur voiture, sur les objectifs de l’ennemi. Ils portent déjà leur linceul comme vêtement de leur mort proche et voulue [9] Ibid., pp. 437-438.. »

Ce volatile qui émerveille tant Garaudy n’est certes pas une colombe. Les volontaires de la mort sont souvent des adolescents fanatisés qui appartiennent aux troupes du Bassidje ou du Hezbollah. Lorsque Garaudy les caresse du regard, la guerre entre l’Iran et l’Irak s’est achevée depuis un an. Il ne mentionne pas leur cible, puisqu’elle est évidente : ces jeunes kamikazes destinés au martyre visent en particulier Israël.

De retour en Europe, Garaudy, enchanté de l’accueil reçu en Iran, tient vite à relativiser la gravité de la fatwa formulée par Khomeiny à l’encontre de Salman Rushdie, le romancier britannique qui vient de publier Les Versets sataniques. Pour lui, pas de doute, la liberté avec laquelle il s’en prend à l’islam montre a contrario le traitement de faveur réservé aux Juifs en Occident [10] Roger Garaudy, « Sur “l’affaire Rushdie” », L’Evénement....

Après un intermède pro-irakien, il faut attendre la publication de son livre Les Mythes fondateurs de la politique israélienne et surtout son procès en 1998 pour assister aux retrouvailles entre Garaudy et les dirigeants iraniens. Comme dans les autres pays du monde musulman, la couverture de ce procès par les médias iraniens atteint des proportions inédites. Son originalité réside dans le ton d’emblée très offensif des articles publiés dans la presse et dans la diffusion extrêmement rapide de la rhétorique négationniste parmi les élites du pays. En même temps que le déroulement des audiences lors desquelles comparaît le philosophe musulman, le public se familiarise avec ses idées et découvre la négation de la Shoah. Quelques jours après le début du procès, Jomhouri Islami, le journal de l’aile la plus dure du régime, affirme que « le faux slogan du meurtre de millions de Juifs » par les nazis est un « prétexte ridicule » grâce auquel les sionistes, « par sa fabrication et sa propagation », ont réussi à convaincre l’opinion de la nécessité de créer un Etat juif [11] Jomhouri Islami, 14 janvier 1998, cité dans la revue.... Kayhan International informe ses lecteurs que Garaudy est poursuivi en justice pour avoir seulement exprimé un « jugement d’expert », selon lequel les chambres à gaz comptent parmi « les mythes fondateurs de l’Etat usurpateur connu sous le nom d’Israël ». Pour les rédacteurs du quotidien, le procès intenté à Garaudy, « un des géants de la culture française », marque « l’aube d’une sombre période de chasse aux sorcières » [12] Kayhan International, 19 janvier 1998, ibidem.. Même son de cloche dans les colonnes de Resalat selon lequel un « écrivain libre penseur » est poursuivi alors que ses théories ne sont « pas éloignées de la vérité ». Il est d’ailleurs très possible, précise le journal, qu’au lieu d’écrire l’histoire d’Auschwitz et des chambres à gaz nazies, les intellectuels occidentaux n’aient fait que l’inventer.

Dès les premiers jours d’audience à Paris, des étudiants iraniens liés au Hezbollah manifestent devant l’ambassade de France à Téhéran. Dans l’attente du verdict, le 20 janvier 1998, le président Mohammad Khatami, réputé modéré, déclare que les « gouvernements occidentaux ne tolèrent pas qu’on s’oppose à leurs intérêts, et c’est pourquoi l’Occident juge un érudit pour avoir écrit un livre sur les sionistes [13] Dépêche de l’Agence France Presse, Le Monde, 21 janvier... ». Garaudy a certes été reçu par le Premier ministre libanais et le vice-président syrien en 1996, mais c’est la première fois qu’un chef d’Etat fait un communiqué officiel pour lui apporter son soutien. Sitôt la peine connue, le gouvernement lui fournit une première avance de dix mille rials, soit environ deux mille dollars, pour participer au paiement des amendes et des frais de justice. L’ayatollah Ahmad Janati, secrétaire du conseil des Gardiens de la Révolution, demande à ce que le livre de Garaudy soit « traduit dans toutes les langues des Etats islamiques » et « distribué partout ». Garaudy est surtout invité à venir personnellement en Iran, pour y être à nouveau reçu par les plus hauts dignitaires du régime. Mais, cette fois-ci, il est bien plus qu’un intellectuel français converti à l’islam et ayant des sympathies affichées pour la République islamique [14] Roger Garaudy s’est converti à l’islam en 1982, quelques.... Il apparaît comme le grand fédérateur du monde musulman dans le combat contre l’Occident et le sionisme. En avril 1998, Téhéran est la dernière étape de son périple au Moyen-Orient. A quelques jours de son arrivée, la presse locale radicalise encore son apologie du négationniste français. Pour le Tehran Times, un journal plutôt « progressiste », les chercheurs comme lui ont de bonnes raisons de douter des détails du « prétendu Holocauste » qui ne serait rien de plus qu’une « invention des sionistes pour gagner la sympathie de l’Occident » et lui extorquer des milliards de dollars tous les ans. « Pour conserver leur arme de chantage », ils s’en prennent de façon irrationnelle à des personnes âgées et innocentes telles que Roger Garaudy ou Maurice Papon, ajoute le quotidien [15]Tehran Times, 4 avril 1998.. Un journaliste n’hésite pas à parler d’« Holocauste judiciaire » à propos des poursuites contre le « penseur octogénaire français [16][16] Kayhan International, 20 avril 1998. ». Des pétitions de soutien recueillent les signatures de 600 journalistes et de 160 membres du Parlement iranien.

Garaudy est reçu avec les honneurs par le président Khatami et l’ayatollah Ali Khameneï le 20 avril 1998. Le Guide suprême, qui a succédé à Khomeiny en 1989, paraît à ses côtés dans une émission de télévision où il le félicite chaleureusement pour son courage et loue ses travaux. Une grande conférence est aussi organisée sous l’égide du ministre iranien des Affaires étrangères, où Garaudy peut réitérer ses attaques contre les Etats-Unis et Israël qui, selon lui, ne forment qu’une seule et même entité menaçante. Il est même invité à s’exprimer devant le plus prestigieux séminaire religieux d’Iran, la madrasa de Feyzieh, dans la ville sainte de Qom, qui était le fief de Khomeiny. A l’occasion de ce séjour, les autorités insistent lors de plusieurs déclarations publiques sur la convergence de ses vues avec les positions officielles du régime. Elles font aussi preuve d’un intérêt particulier pour les arguments négationnistes exposés dans son livre, car ils sont susceptibles d’enrichir la palette rhétorique de la propagande antisioniste d’Etat. Plusieurs dignitaires dressent un parallèle entre l’affaire Salman Rushdie et le cas de Roger Garaudy, dénonçant l’attitude de l’Occident qui a pris la défense du premier, nécessairement coupable, mais a condamné le second, alors que lui ne l’est pas. A partir de cette visite retentissante, Garaudy est considéré comme une référence intellectuelle incontournable par les dirigeants iraniens. Promu au rang de théoricien et de consultant, il fournit opportunément une caution d’apparence scientifique aux diatribes anti-israéliennes et anti-occidentales de la République islamique. De nombreuses émissions télévisées ou radiophoniques, comme la plupart des journaux, font appel à son « expertise ». Aux yeux des mollahs et des hommes politiques, Garaudy est à la fois un converti sincère, un martyr de l’oppression sioniste, et un agent d’influence chez l’ennemi. Bref, un homme lige indispensable pour asseoir l’idéologie du régime.

Non seulement sa venue en Iran a contribué à diffuser le discours négationniste sur place, mais elle a aussi fait du pays un havre et un centre stratégique pour les négateurs de la Shoah du monde entier. Dès 1998, nombre de négationnistes occidentaux en quête de soutien, d’audience ou tout simplement d’un refuge, marchent sur ses pas et se rendent à Téhéran. Le négationniste allemand Fredrick Toben, animateur en Australie d’une officine de propagande appelée Adelaide Institute, fait le voyage en décembre 1999. Dans une interview donnée à une chaîne de télévision iranienne, il affirme que le génocide nazi est un mensonge et se pose en victime de persécutions dans son pays : « […] en tant que chercheur, j’ai été condamné à dix mois de prison juste parce que j’ai exprimé mon point de vue sur les chambres à gaz et le massacre des Juifs en Allemagne. J’ai passé sept mois en prison [17] Cf. Tsvi Fleischer, « Toben to Teheran », The Australia/Israel.... » Même s’il entre désormais en concurrence avec d’autres négationnistes, Garaudy n’en conserve pas moins son statut d’intellectuel vedette. En mai 2000, au moment du procès des treize Iraniens de confession juive accusés d’espionnage au profit d’Israël, la télévision officielle diffuse un entretien avec le philosophe français qui affirme que tout « sioniste » à travers le monde est forcément au service de l’Etat hébreu [18] Mouna Naïm, « Iran : le procès des treize Juifs acccusés.... Quelques mois plus tard, en novembre 2000, c’est au tour du négationniste suisse Jürgen Graf de poser le pied sur le sol iranien. Mais lui est en cavale. L’auteur de L’Holocauste au scanner vient d’être condamné à quinze mois d’emprisonnement par un tribunal helvétique. Pour venir en aide au fugitif, le gouvernement lui offre l’asile. Graf obtient même du régime un poste à l’université. Au même moment, il est rejoint par Robert Faurisson. Durant ce mois de novembre, le gourou du négationnisme français est reçu pendant une semaine à Téhéran à l’invitation d’un office du gouvernement iranien, l’Institut Neda des sciences politiques, où il est accueilli par un certain Ahmad Soroush Nejad. Ce dernier est l’un des principaux responsables du développement de la propagande négationniste en Iran. Il achève alors la traduction en persan d’un des premiers ouvrages de Faurisson, publié en 1980 aux éditions de la Vieille Taupe [19] Il s’agit du livre intitulé Mémoire en défense contre....

En quelques mois, à partir de l’affaire Garaudy, s’est ainsi structuré un nouveau corps de doctrine parmi les officiels iraniens. La mise en cause d’une manipulation de l’histoire par les « sionistes » est venue enrichir les thèmes de la propagande d’Etat dirigée contre l’Etat hébreu et l’Occident. Les attentats du 11 septembre 2001 n’ont fait qu’alimenter ces thèses complotistes, selon lesquelles, par exemple, les Américains auraient eux-mêmes planifié les attaques d’avions kamikazes, non sans que les Juifs travaillant dans les tours du World Trade Center de New York aient été préalablement prévenus. Depuis, le gouvernement iranien a maintes fois confirmé son choix d’une méthode de communication fondée sur des déclarations menaçantes plutôt que sur la diplomatie. Les diatribes contre l’Etat d’Israël s’inscrivent dans cette stratégie de la tension qui vise à compenser l’isolement de l’Iran et à se faire entendre sur la scène internationale, mais elles correspondent aussi aux principes fondamentaux de la Révolution islamique, périodiquement réaffirmés depuis les premiers textes canoniques de Khomeiny [20] Meir Litvak, « The Islamic Republic of Iran and the.... Ce discours répétitif sur la disparition souhaitée et programmée de l’« entité sioniste » repose sur des figures de style aisément repérables, mais qui ont évolué. La métaphore pathologique, comparant Israël à une « tumeur maligne » ou un « cancer » dans le corps sain du monde musulman, a longtemps prévalu. A partir de la fin des 1990, la dénonciation du « mensonge de l’Holocauste » et de son exploitation lui est progressivement associée. Nul hasard si, dans cette nouvelle rhétorique, se trouve constamment cité le nom de Garaudy. Il fonctionne comme une instance de légitimation qu’il suffit d’invoquer pour être crédible auprès d’une audience gardant en mémoire l’extraordinaire mobilisation organisée autour du musulman français. Que ce soit dans les allocutions de l’ayatollah Ali Khameneï, dans ceux de l’ancien président Ali Akbar Hashemi Rafsandjani, devenu le chef du Conseil de consultation pour l’intérêt supérieur du régime iranien, ou dans les commentaires de simples chroniqueurs de la radio-télévision d’Etat, la référence à Garaudy, omniprésente, est devenue un lieu commun de l’antisionisme officiel [21] Voir les références à Roger Garaudy dans les déclarations....

Ce discours s’est encore amplifié depuis que Mahmoud Ahmadinejad, ancien maire de Téhéran et représentant de l’aile conservatrice du régime, a profité des échecs économiques de l’ancien président réformateur Khatami pour remporter les élections présidentielles du 17 juin 2005 avec plus de 62 % des voix. Soucieux de détourner le mécontentement populaire vers des enjeux extérieurs et de se montrer en position de force dans le bras de fer engagé avec la communauté internationale à propos de son programme nucléaire, le nouveau président s’est révélé peu avare en déclarations tonitruantes. Le 14 décembre 2005, en déplacement dans la province du Sistan-Baloutchistan, au sud-est du pays, il prononce un important discours devant plusieurs milliers de personnes rassemblées dans la ville de Zahedan. L’événement est retransmis à la télévision publique iranienne, qui montre les images d’une foule fanatisée scandant « Allah Akbar ! » à chacune de ses déclarations — une manière de faire la démonstration de sa popularité et d’envoyer un message clair à ses détracteurs. « Les Occidentaux ont inventé le mythe du massacre des Juifs et le placent au-dessus de Dieu, des religions et des prophètes. Et si quelqu’un dans leur pays met en cause Dieu, on ne lui dit rien ; mais si quelqu’un nie le mythe du massacre des Juifs, les haut-parleurs sionistes et les gouvernements à la solde du sionisme commencent à vociférer [22] Mounia Daoudi, « Ahmadinejad dans la surenchère négationniste »,... », martèle-t-il devant le public captivé. Puis il reprend un argument qu’il a déjà formulé la semaine précédente à La Mecque, en marge du sommet de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), selon lequel les puissances occidentales, puisqu’elles se déclarent coupables du massacre des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, devraient elles-mêmes leur céder des terres afin qu’ils y établissent leur Etat plutôt qu’en Palestine. Nouvelles protestations de la Communauté internationale, et notamment du Conseil de sécurité de l’ONU, même si les pays arabes s’abstiennent de tout commentaire. En dehors de l’Iran, plusieurs personnalités islamistes applaudissent les déclarations d’Ahmadinejad. Khaled Meshaal, chef du Hamas palestinien, les qualifie de « courageuses et justes », estimant qu’elles reflètent ce que tout musulman pense au plus profond de lui-même [23] Mouna Naïm, « Le négationnisme du président iranien.... Quelques jours après, en Egypte, Mohammed Mahdi Akef, chef spirituel des Frères musulmans, principal mouvement de l’opposition islamiste au sein du Parlement, reprend à son compte l’expression du président iranien et affirme à son tour que l’Holocauste est un « mythe ». Et il cite sa source : Garaudy. Pour les négationnistes, en effet, il s’agit d’un moment historique. C’est la première fois que leurs thèses sont officiellement et explicitement relayées par un chef d’Etat. Dans les jours qui suivent le discours de Zahedan, en pleine polémique, les plus connus d’entre eux, dont Horst Mahler, Fredrick Toben, Arthur Butz, Israël Adam Shamir ou encore les Français Robert Faurisson et Serge Thion, envoient des e-mails de soutien au président iranien qui sont rendus publics par l’agence de presse Mehr, proche du pouvoir [24] Marie-Laure Colson, « Ces négationnistes qui votent.... Plusieurs analystes se sont interrogés sur ses écarts de langage, les mettant sur le compte de son inexpérience. En réalité, ces violentes sorties font partie de son style de gouvernement, imprégné de populisme, destiné à séduire, par des messages simples et des formules choc, les couches les plus défavorisées de la population iranienne et, au-delà, du monde arabo-musulman. Selon un universitaire israélien, Mahmoud Ahmadinejad représente une nouvelle génération d’Iraniens qui, au cours de leur éducation, ont été formés aux théories négationnistes [25] Cf. l’analyse de David Menashri, directeur du Centre....


Loin de s’apparenter à de simples dérapages, les propos tenus par Ahmadinejad reflètent une idéologie diffusée dans de larges secteurs de la société iranienne. Pourtant, il s’agit toujours d’une idéologie d’importation. Il n’existe pas encore de théoricien négationniste iranien, pas plus d’ailleurs que dans le monde arabe. La négation de la Shoah s’apparente plus à un discours étranger dans lequel les journalistes, les intellectuels et les hommes politiques pensent trouver une arme contre l’Occident. Et cette offensive verbale est perçue comme d’autant plus efficace qu’elle repose sur des références occidentales. Dans cette perspective, l’emploi du terme de « mythe » par le président iranien pour qualifier le génocide nazi n’est pas anodin. Il découle directement du livre de Roger Garaudy qui a connu un grand succès éditorial au Moyen-Orient. Une interview du Français a d’ailleurs précédé de quelques heures le discours présidentiel sur la première chaîne de la télévision d’Etat. Le 13 décembre 2005, Garaudy, dans un costume agrémenté d’une large cravate bleue, s’exprimait depuis son domicile de Chennevières-sur-Marne sur les écrans iraniens. Citant les écrits de Churchill, de Gaulle et Eisenhower, il révèle à des téléspectateurs peu au fait de ce genre de questions qu’« aucun des grands hommes qui ont vaincu Hitler et révélé au monde ses actes barbares n’a dit ne serait-ce qu’un seul mot sur les chambres à gaz [26] « Roger Garaudy à la télévision iranienne », L’Arche,... ». Deux jours plus tôt, dans un discours dirigé contre Israël, Gholam Ali Haddad Adel, le porte-parole du Parlement, avait déjà évoqué les positions de Garaudy. Plus récemment, c’est le leader charismatique du Hezbollah pro-iranien, le cheikh Hassan Nasrallah, qui s’est à nouveau référé à lui au moment de la vague de protestations contre la publication de caricatures de Mahomet dans un journal danois, louant les mérites du « grand philosophe », « insulté et humilié » en France [27] Déclaration du 3 février 2006, sur la chaîne de télévision.... En contrepoint, le ministère iranien de la Culture a d’ailleurs organisé un grand concours de dessins sur la Shoah dont les lauréats, originaires de plusieurs pays, ont été récompensés de plusieurs milliers de dollars et d’une statuette représentant un jeune Palestinien lançant une pierre avec une fronde [28] Jean-Pierre Perrin, « Dessins sur l’Holocauste : des....

Peu après l’hommage rendu par Nasrallah à Garaudy, suivront la reprise des hostilités entre le Hezbollah et Israël, l’aide en sous main de l’Iran apportée au groupe armé chiite dans sa guerre contre l’Etat hébreu, les appels réitérés à sa destruction, les bombardements israéliens sur Beyrouth. L’air de rien, dans une totale indifférence du monde occidental, l’ancien idéologue du parti communiste français, qui a planté la graine du négationnisme en terre musulmane, donnant du grain à moudre aux plus farouches ennemis d’Israël, a contribué au travail de stigmatisation du peuple juif et de délégitimation de sa présence en Palestine. C’est fort de cette délégitimation radicale que le régime iranien peut promettre son éradication, et va vraisemblablement s’y employer. Il n’aura fallu qu’une petite dizaine d’années pour que s’enracine durablement le discours exporté par Garaudy au Moyen-Orient. Apparaissant comme le principal inspirateur du négationnisme d’Etat qui sévit aujourd’hui dans la République islamique d’Iran, Garaudy n’est pas étranger au désastre qui menace, encore et toujours, dans une région déjà saturée par les haines et les guerres. Voilà donc l’ultime contribution au monde de l’ancien apologète stalinien.

Notes


Nous remercions les éditions Calmann-Lévy d’avoir autorisé pour les TM, à la prière des auteurs, la publication de cet extrait du livre Roger Garaudy. Itinéraire d’une négation, qui paraîtra en février 2007.


Roger Garaudy, « De la sécession de l’Occident au dialogue des civilisations », in L’impact de la pensée occidentale rend-il possible un dialogue réel entre les civilisations ?, Paris, Berg International, 1980, pp. 91-106.


Serge July dans Libération, 12 février 1979, cité dans la revue de presse de Jacques Bureau, « Libération. Devant la révolution inattenue », Esprit, janvier 1980, p. 56.


Michel Foucault, « A quoi rêvent les Iraniens ? », Le Nouvel Observateur, n° 727, 16-22 octobre 1978, reproduit in Dits et Écrits, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 694.


Michel Foucault, « Une poudrière appelée islam », Corriere della sera, vol. 104, n° 36, 13 février 1979. Ibid., p. 761. Sur ces écrits, cf. Janet Afary et Kevin B. Anderson, Foucault and the Iranian Revolution. Gender and the Seductions of Islamism, Chicago, The University of Chicago Press, 2005.


Roger Garaudy, Appel aux vivants, Paris, Le Seuil, 1979, p. 281.


Ibid., p. 298.


Roger Garaudy, Promesses de l’islam, Paris, Le Seuil, 1981, p. 176.


Roger Garaudy, Mon tour du siècle en solitaire, Beyrouth, Al Fihrist, 1999, p. 441.


Ibid., pp. 437-438.


Roger Garaudy, « Sur “l’affaire Rushdie” », L’Evénement du Jeudi, 30 mars au 5 avril 1989 ; « Contre le non-sens », entretien avec Roger Garaudy, Krisis, n° 3, septembre 1989, p. 65.


Jomhouri Islami, 14 janvier 1998, cité dans la revue de presse d’Esther Webman, du Stephen Roth Institute for the study of contemporary antisemitism, Université de Tel Aviv, www.tau.ac.il


Kayhan International, 19 janvier 1998, ibidem.


Dépêche de l’Agence France Presse, Le Monde, 21 janvier 1998.


Roger Garaudy s’est converti à l’islam en 1982, quelques semaines après avoir rencontré sa future femme, la Palestinienne Salma Al-Farouki. Il professera désormais un antisionisme radical, dont témoigne d’abord un texte (cosigné avec le père Michel Lelong et le pasteur Etienne Mathiot) intitulé « Le sens de l’agression israélienne », publié comme placard publicitaire dans Le Monde du 17 juin 1982 ; celui-ci sera suivi, au début 1983, d’un ouvrage confidentiel (L’Affaire Israël) puis, en décembre 1995, aux éditions de la Vieille Taupe, de son livre promis à une notoriété certaine, Les Mythes fondateurs de la politique israélienne.


Tehran Times, 4 avril 1998.


Kayhan International, 20 avril 1998.


Cf. Tsvi Fleischer, « Toben to Teheran », The Australia/Israel Review, vol. 25, n° 1, janvier 2000, p. 6 (www.aijac.org.au)


Mouna Naïm, « Iran : le procès des treize Juifs acccusés d’espionnage est utilisé par le camp conservateur », Le Monde, 12 mai 2000.


Il s’agit du livre intitulé Mémoire en défense contre ceux qui m’accusent de falsifier l’histoire. La question des chambres à gaz, Paris, La Vieille Taupe, 1980.


Meir Litvak, « The Islamic Republic of Iran and the Holocaust : Anti-Semitism and Anti-Zionism », The Journal of Israeli History, vol. 25, n° 1, mars 2006, pp. 267-284.


Voir les références à Roger Garaudy dans les déclarations des plus hauts dignitaires iraniens, citées par Bill Samii, « Iran : Ahmadinejad’s anti-Israel statements reflects official line », Radio Free Europe, 19 décembre 2005, www.rferl.org


Mounia Daoudi, « Ahmadinejad dans la surenchère négationniste », 14 décembre 2005, www.rfi.fr


Mouna Naïm, « Le négationnisme du président iranien sur la Shoah suscite peu de réactions dans le monde arabe », Le Monde, article mis en ligne le 16 décembre 2005.


Marie-Laure Colson, « Ces négationnistes qui votent Ahmadinejad », Libération, 30 décembre 2005.


Cf. l’analyse de David Menashri, directeur du Centre d’études iraniennes de l’université de Tel Aviv dans Haaretz, 22 février 2006.


« Roger Garaudy à la télévision iranienne », L’Arche, n° 574, février 2006, p. 84.


Déclaration du 3 février 2006, sur la chaîne de télévision Al-Jazira, source : memri.org


Jean-Pierre Perrin, « Dessins sur l’Holocauste : des lauréats très discrets », Libération, 2 novembre 2006. « Chard », alias Françoise Pichard, caricaturiste de l’hebdomadaire français d’ultra-droite Rivarol, a remporté le deuxième prix avec un dessin montrant deux Juifs à la mine déconfite devant la façade en carton-pâte d’un bâtiment effondré qui porte sur la tranche l’inscription : « Mythe des chambres à gaz ». « Qui l’a mis par terre ? » demande l’un d’eux, et l’autre de répondre « Faurisson ».


Pour citer cet article
Minard Adrien, Prazan Michaël, « La consécration persane de Roger Garaudy. », Les Temps Modernes 7/2006 (n° 641) , p. 29-44
URL :
www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2006-7-page-29.htm.

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy