7 janvier 2015

L'intégrisme mène au crime

Vers onze heures trente, ce matin 7 janvier 2015, deux hommes attaquent la rédaction de Charlie Hebdo. La fusillade, qui commence comme une exécution,  laisse sur le pavé (provisoirement) douze personnes, sans compter quatre blessés dans un état désespéré.  Parmi les victimes, deux policiers (Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet), et:
Charb (Bernard Charbonnier), directeur de la publication 
Cabu (Jean Cabut)
Wolinski (Georges Wolinski)
Tignous (Bernard Verlhac)
Oncle Bernard (Bernard Maris)
Michel Renaud, fondateur de la biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand
Un correcteur, Mustapha Ourrad (qui venait d’obtenir la nationalité française), ainsi que deux autres collaborateurs : Elsa Cayat et Frédéric Boisseau.
Il a aussi été annoncé que 34 autres personnes ont été emmenées à l'hôpital, profondément choquées. (Source principale: ICI)

 Rien ne justifie un tel acte, quels qu'en soient les auteurs - intégristes fanatiques ou/et  manipulés - et les instigateurs dont nous ne savons rien pour l'instant: ni la religion, ni le combat politique, ni la participation actuelle de la France à des guerres menées   au nom d'un autre intégrisme: l'impérialisme occidental.     

L'administrateur du blog



Je vous salue ma France arrachée aux fantômes
Ô rendue à la paix  Vaisseau sauvé des eaux
Pays qui chante Orléans Beaugency Vendôme
Cloches cloches sonnez l'angélus des oiseaux

Je vous salue ma France aux yeux de tourterelle
Jamais trop mon tourment mon amour jamais trop
Ma France mon ancienne et nouvelle querelle
Sol semé de héros ciel plein de passereaux

Je vous salue ma France où les vents se calmèrent
Ma France de toujours que la géographie
Ouvre comme une paume aux souffles de la mer
Pour que l'oiseau du large y vienne et se confie

Je vous salue ma France où l'oiseau de passage
De Lille à Roncevaux de Brest au Montcenis
Pour la première fois a fait l'apprentissage
De ce qu'il peut coûter d'abandonner un nid

Patrie également à la colombe ou l'aigle
De l'audace et du chant doublement habitée
Je vous salue ma France où les blés et les seigles
Mûrissent au soleil de la diversité

Je vous salue ma France où le peuple est habile
À ces travaux qui font les jours émerveillés
Et que l'on vient de loin saluer dans sa ville
Paris, mon coeur, trois ans vainement fusillé

Heureuse et forte enfin qui portez pour écharpe
Cet arc-en-ciel témoin qu'il ne tonnera plus
Liberté dont frémit la silence des harpes
Ma France d'au-delà le déluge salut 

Aragon 
Article complété le 8/01/2015

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy