27 novembre 2016

Fidel, ou la possibilité de la victoire


J’ai la gorge nouée ce matin et les yeux humectés d'émotion en rédigeant ce billet, Fidel Castro est mort. Castro aura été au 20ème et jusqu'à sa mort au 21ème, la face du combat et de la victoire possible des opprimés, désignés proies naturelles pour leur origine, leur situation géographique ou leur ethnie par les prédateurs impériaux de l'humanité. Castro, c'est le Non aux impérialistes, aux barbares vénaux, aux dévoreurs d'humanité masqués en civilisateurs par une certaine idéologie et son histoire officielle, hagiographique.
Le plus immense homme politique du 20ème siècle, titan de la résistance du sud aux agressions du nord, incarnation de la souveraineté populaire contre l'ignominie économique et la soumission politique, parangon de la lutte pour la dignité et la libération des peuples du joug des prédateurs oligarchiques. 

>> BILLET A LIRE ICI DANS SON INTEGRALITE >>

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy