8 novembre 2016

Sur la démocratie directe




Il doit être clair [...] que la « démocratie

directe » est un concept-limite, l'horizon de notre

combat. Nous ne sommes ni des anarchistes ni des

utopistes : la participation directe, immédiate et

totale de chacun n'est pas possible à tous les

niveaux de la décision. Elle est toujours possible et

nécessaire dans les unités de base. Mais même la

démocratie représentative se trouve transformée

lorsqu'elle se fonde, à la base, sur une démocratie

directe. En outre les techniques modernes d'information

et de communication permettent de plus en

plus de la faire pénétrer à des niveaux de plus en

plus élevés. Ce contre quoi nous combattons c'est la

conception dualiste de principe qui distingue, dès le

départ, ceux qui «savent» et ceux qui ne savent

pas, et érige en principe le dualisme de dirigeants

et de dirigés, les premiers apportant « du dehors »

la conscience révolutionnaire aux seconds.

La condition primordiale est que les masses prennent

conscience des possibilités nouvelles, que chacun

se sente personnellement responsable de les

mettre en oeuvre et de les réaliser.



Pour prévenir toute interprétation caricaturale

de la «démocratie directe», il est important d'en

donner une définition précise :



1) II y a démocratie directe lorsque à chaque

niveau les dirigeants ne présentent pas au niveau

inférieur des solutions préfabriquées auxquelles

il faut répondre par oui ou par non, comme dans

un référendum, une élection ou un congrès du

parti; lorsque la base n'est pas appelée à signer

un chèque en blanc à un président de la République

ou à un dirigeant qui réglera pendant plusieurs

années les problèmes dont dépend notre

destin; mais au contraire lorsque à chaque niveau

existe la possibilité réelle de participer effectivement

à la décision et à l'élaboration des décisions.



2) Il y a démocratie directe lorsque la base peut,

à chaque instant, montrer les conséquences des

décisions prises et intervenir efficacement auprès

des échelons les plus élevés.



3) Il y a démocratie directe lorsque chaque

citoyen ou chaque militant dispose d'informations

complètes pour faire son choix et prendre sa

décision.



4) Il y a démocratie directe lorsque à la hiérarchie

à sens unique et à la délégation de pouvoir

à un dirigeant tenu pour omniscient, se substitue

un dialogue permanent et opératoire entre

la base et le sommet.



Cette démocratie-là est la seule qui soit en harmonie

avec l'état actuel des forces productives,

des sciences et des techniques.

Ce qui est vrai de l'entreprise, et qui exige la

pleine efficacité des techniques nouvelles, est vrai

de tous les groupes humains, qu'il s'agisse de

l'Etat, des partis ou des syndicats.



Mais ce n'est pas sous la seule poussée des forces

productives, des sciences et des techniques que se

réalisera automatiquement une telle démocratie.

Un changement radical des rapports de production,

des rapports de classe et du régime de propriété

est nécessaire. Seul le socialisme peut conduire

à son terme la logique d'une telle démocratie

qui demeure impossible tant que subsiste le privilège

patronal de commander ou de déléguer son

pouvoir de commandement. La suppression de la

propriété privée des moyens de production est la

condition nécessaire mais non suffisante de cette

démocratie.

La deuxième condition étant celle que nous

avons exposée tout au long de ce chapitre : l'élaboration

d'un modèle nouveau de démocratie

socialiste et sa réalisation déjà à l'intérieur de

tout parti visant à construire le socialisme.



Dans cette levée de type nouveau chacun a place,

quel que soit son syndicat son parti ou sa religion;

y ont place aussi les non-syndiqués, les sans-partis,

les incroyants, à la seule condition qu'ils veuillent

participer à la tâche commune : la réalisation de ce

socialisme d'autogestion et d'autogouvernement.

Nous ne proposons pas une tâche facile ni une

bataille gagnée d'avance. Lorsque pendant des siècles

les hommes ont été dirigés, manipulés par des

régimes de classe, des gouvernements, des états-majors,

des directions, des parlements, des partis,

ce n'est pas une chose simple que de stimuler les

initiatives de la base, pour que chacun participe

activement, effectivement, à part entière à l'invention

et à la réalisation du futur, à la création de son

propre destin.

C'est pourtant la tâche essentielle que nous

impose notre époque, et c'est pourquoi nous appelons

à commencer cette longue marche vers un véritable

socialisme d'autogestion, cette Longue Marche

pour la reconquête de l'espoir.


Roger Garaudy
Reconquête de l’espoir
Grasset 1971
Pages 101 à 104

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy