16 octobre 2016

Raymond Lull (2). Un texte de Roger Garaudy



Ramon Lull (1232-1316) […] dut combattre intégrisme et
répression : il naquit l'année même où l'Inquisition était
confiée aux Dominicains. Il avait 12 ans lorsque les derniers
Cathares étaient brûlés sur les bûchers de Montségur. Il a 42
ans lorsqu'en 1274 Saint Thomas d'Aquin publie sa Somme
théologique. Il a 59 ans lorsque les derniers croisés sont
contraints à se rembarquer pour l'Europe à Saint-Jean d'Acre,
en 1294, après l'échec de la huitième Croisade.
Il meurt en 1316, mais sa pensée est condamnée comme hérétique
en 1376 par le Pape Grégoire XI pour n'être réhabilitée
qu'en 1419, par le Pape Martin V.
Son oeuvre est dominée par un esprit missionnaire : il fait serment,
dès sa propre conversion, de « ne se donner ni repos ni
consolation tant que le monde entier ne louerait pas le Dieu trine et
un. » (Libre de contemplaciô, ch.358, 30). Et ceci, non par
contrainte et violence mais au contraire en se faisant le procurateur
des infidèles.
C'est pour convaincre mieux qu'il inventa, en son Ars Magna,
une méthode de pensée universelle, sans rapport avec la
logique d'Aristote et de Saint Thomas, mais qui constitue une
première ébauche de la combinatoire de Leibniz poursuivant
le rêve d'une langue universelle .
De même que Leibniz s'intéressait, pour atteindre ce but, à la
langue chinoise et aux hexagones du Yi-King, Ramon Lull traduit,
en 1276, la logique du philosophe musulman Al Ghazali,
et, s'inspirant de la mystique des soufis écrit le Livre d'Evast
et de Blaquerne, à la fois roman et utopie, évoquant le cheminement
spirituel de l'homme mais aussi l'image d'une société
idéale, englobant l'humanité tout entière et assurant la paix
de tous.
A partir de là, l'homme va pouvoir se consacrer à la méditation
et découvrir Dieu dans l'amour. C'est le Livre de l'ami et
de l'aimé. L'aimé c'est Dieu fait homme et crucifié.
Pour convaincre les musulmans, en 1307, à Bougie, il emprunte
à ses interlocuteurs leurs méthodes et leur langage comme
l'ont montré les plus grands arabisants espagnols, Julian
Ribeira et Asin Palacios.
Il use même de leur langue, écrivant en arabe, en 1270, son
Livre du g e n t i l et des trois sages. Les trois sages sont un rabbin,
un prêtre chrétien et un sarrazin. Le gentil est un athée
qu'ils essaient de conduire à la foi.
Désespéré d'abord par leurs divergences, l'athée les rejoint
finalement dans une foi commune lorsque l'un d'eux reconnaît:
« Les hommes sont tellement enracinés dans la foi qu'ont choisie
pour eux leurs parents et leurs maîtres qu'il est impossible de les
en arracher. » Par contre il existe une foi fondamentale et première,
à travers la diversité des cultures, et celle-ci est
accueillie par le gentil sans que les trois sages veuillent
connaître laquelle des trois religions il avait choisie. L'un
d'eux dit en conclusion : « Nous devons tirer profit de l'aventure
que nous venons de vivre. Nous nous rencontrerons jusqu'à ce que
nous ayions tous les trois une seule foi. » Ils font ensemble le serment
de porter cette vérité au monde « dès qu'ils seraient unis
par une même foi. »
Au principe et au terme de la vision de Ramon Lull, il y a
l'amour par lequel l'être fini prend conscience de son insuffisance
par rapport à l'infinité à laquelle il aspire. C'est le
moteur de sa vie : être c'est agir pour dépasser sa finitude,
c'est à dire pour travailler à l'harmonie du monde en découvrant
que Dieu est en nous ce qu'il y a de plus intime et nous
appelle à poursuivre son oeuvre de création de cette unité de
soi- même, du monde et de Dieu.

Roger Garaudy
L’avenir mode d’emploi, pages 332-333

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy