4 septembre 2015

Vers une politique du Sud, par Rajni Kothari



La voix de l'Inde
Vers une politique du Sud
par Rajni Kothari

Rajni Kothari 1928-2015
Video: ICI

:
La condition humaine en notre époque moderne présente l'aspect d'un paradoxe bizarre: la science, ainsi que la philosophie de la "modernité" avaient annoncé le progrès perpétuel et le bonheur naissant de l'accès à une quantité croissante de ressources, aussi bien matérielles que morales.
Il était aussi prédit que, au fur et à mesure que s'étendrait le bien-être matériel qui finissait par toucher tous les êtres humains et toutes les sociétés, se développerait un plus large sentiment d'unité fondé sur une prospérité que tous partageraient, et sur une confiance en l'avenir global de notre planète. En fait cette "modernité" a engendré un conflit qui augmente chaque jour entre classes sociales et entre sociétés dans des zones géographiques diverses. Sur le plan économique et matérielégalement, l'homme moderne a engendré un monde aux clivages profonds, dont la caractéristique principale est une exploitation grandissante et des inégalités qui continuent à augmenter, alors que de plus en plus de gens, et parfois des nations entières, sont exclues du processus de développement.

Cette situation a engendré des tensions sociales sévères et des confrontations entre couches sociales, identités régionales et ethnies, ce qui a fait naître dans plusieurspays un fondamentalisme qui appelle à une réjection mondiale en bloc de la vision séculaire mondiale en place.

On espérait dans les pays du Sud que la lutte de nombreux pays pour leur ndépendance, qui avait souvent été accompagnée de soulèvements nationalistes et d'une renaissance culturelle, souhaitant ainsi faire leur entrée dans le monde moderne d'une façon authentique et créative, les rendrait capable de trouver des chemins nouveaux vers le "progrès". Cet espoir aussi a été démenti et la condition de ces pays est devenue de plus en plus dépendante des centres de domination mondiaux. Cet état de dépendance est, d'une certaine manière, bien pire que la colonisation. Et en plus, ce qui peut sembler paradoxal, c'est un état de dépendancequi devient plus réel avec l'augmentation d'aide économique, technologique et desoutien destinés à aider de développement des pays soi disant sous-développés actuellement, et depuis plusieurs années, on conseille à ces pays de s'intégrer àl'économie mondiale, de devenir compétitifs à l'échelle internationale et, pour accomplir ceci, de s'adresser aux largesses que peuvent leur offrir les multinationales.

C'est un jeu cruel à l'égard des pays et des cultures qui naguère encore s'efforçaient de transposer la liberté politique en suffisance économique et en autonomieculturelle afin de n'être plus lié avec les structures globales du capitalisme international. Une excessive importance donné aux relations Nord-Sud ont fourni une échappatoire aux élites du Tiers Monde qui peuvent faire des discours éloquents à des tribunes internationales alors qu’ils subissent dans leur pays exploitation et répression.

Un autre défaut important dans la manière de penser les problèmes du Sud c'est unepréoccupation presque exclusive des régimes du Tiers Monde plutôt que du peuple, de la société civile ou des communautés. Bien des discussions sur le développement et sur d'autres problèmes tels que l'environnement, la paix et les droits de l'homme sont restés extérieurs à la politique parce qu'on a exagéré le rôle des gouvernements comme s'ils étaient les principaux acteurs sur l'arène internationale. Cela fut même la manière de penser d'intellectuels et d'hommes d'Etat, convaincus de la nécessité de découvrir des stratégies alternatives pour le développement et pour créer un monde juste et plus équitable.

Ceci est particulièrement vrai des penseurs occidentaux s'occupant des problèmes du Sud dans son affrontement avec le, Nord, qu'on le veuille ou non, leurs efforts qui dans des colloques internationaux s'efforcent de défendre le Tiers Monde, comportent parfois la défense d'intérêts éminemment élitistes et oppressifs dans leur pays, si bien que la promotion de la démocratie et des droits de l'homme pose des problèmes gênants. Ceci -disons le en passant- est une des principalesraisons pour lesquelles des groupes d'oppositions dans le Sud considèrent le mouvement global pour un développement alternatif trop abstrait et trop élitiste.

Dans toutes les discussions sur la situation des peuples du Sud et sur le rôle du Nord on a prêté trop peu d'attention au véritable impact des modèles de modernisation technologique en particulier sur l'obsession de la technologie
et de l'idéologie des privatisations au cours des années 80. Gandhi était ainsi
complètement oublié et c'est seulement maintenant que ses avertissements contre l'obsession technologique de l'esprit moderne refont surface. Mais il est peut-être trop tard.

La plupart des critiques des stratégies du développement qui ont été jusqu'ici avancées soit dans la variante marxiste soit dans sa variante écologique sont
enracinées dans une conception de la modernité et du développement tel que
le conçoit l'Occident. Nul n'a été capable de s'accrocher au phénomène d'exclusion systématique de millions de gens dans le monde pour une bonne part parce qu'ils pensaient au développement comme quelque chose qui doit être réalisé par les élites plutôt que par les peuples eux mêmes. S'ils avaient centré leur réflexionsur cet aspect, ils auraient accordé la priorité non pas à la technologie mais à la politique et aux transformations sociales qui en découlent.

Ceci ne peut être fait que si l'on résiste à la tentation de l'idéologie de la privatisation et de la globalisation de l'économie par des transferts de capitaux
et de technologie.

Ainsi s'accentuent les divisions dans le Sud parce qu'il se crée un "Nord" dans le Sud. Le problème n'est pas de rendre le Nord plus compréhensif et plus généreux. Notre tâche est plutôt d'ouvrir une voie différente en réaffirmant la nécessité de briser notre liaison avec le marché mondial.

C'est seulement en adoptant une voie plus autonome et démocratique que ces pays seront capables d'agir collectivement et ainsi être en mesure de reprendre le dialogue Nord-Sud. Ce dialogue n'a même pas encore commencé et il ne le
sera pas tant que ce ne sera pas un dialogue avec le peuple. D'abord avec les
peuples du Sud ensuite entre le Sud et le Nord.

Revue « A contre-nuit », n°8, mars-avril 2000, pages 19 à 21

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy