26 juillet 2012

Juifs, communistes, commissaires politiques, un pas en avant !

Par
«Il y a une arme plus terrible que la calomnie, c'est la vérité.» (Talleyrand)

La récente disparition de Roger Garaudy est une occasion supplémentaire pour méditer sur la conception de la démocratie dans les pays occidentaux, pays réputés pour être la patrie de la liberté d'expression par excellence. Roger Garaudy, philosophe, était porté aux nues quand il n'était qu'un humaniste progressiste quand il était porté par les valeurs chrétiennes. Il commença à inquiéter les fabricants d'opinion quand il enfourcha le destrier de la lutte des classes pour combattre les puissances de l'argent. On se moqua un peu de lui quand il se solidarisa avec une partie de l'humanité opprimée, partie qui est musulmane dans son immense majorité. Il devint infréquentable quand, à la suite de plusieurs intellectuels français, il osa mettre en doute les chiffres émis par les organisations sionistes sur le génocide juif.
Or, dans l'Europe occidentale, libérale et libérée, il est permis de tout dire. La liberté d'expression est sans limite. Il suffit de ne pas diffamer ou porter atteinte à l'image des personnes privées. Cette liberté est illusoire, car il y a des sujets tabous qu'il ne faut pas effleurer même sur le ton de la satire ou de l'humour.
C'est ce qu'a appris à ses dépens l'humoriste français Dieudonné, le métis, en égratignant les juifs au passage d'un de ses inénarrables sketchs. Jadis, quand il formait un duo de choc avec Elie Semoun, le juif, ils personnalisaient à eux deux, les deux parias les plus symboliques de la société occidentale, il ne manquait que l'Arabe.
A ce moment, les deux compères pouvaient se permettre de sortir les blagues les plus incisives sur les nègres et les juifs, c'était accepté. Mais quand le divorce entre les deux associés fut consommé, tout changea. Et pourtant, Dieudonné n'avait pas changé de ton, mais on ne lui pardonne plus ses écarts de langage. Empêché plusieurs fois de se produire sur scène par l'intervention des organisations sionistes, les salles de spectacles lui furent fermées une à une tandis que s'ouvraient toutes grandes, les portes des palais de justice où il dut subir un véritable harcèlement, harcèlement qu'a connu Garaudy avant lui. Il faut dire que les historiens, des hommes politiques, des humanistes comme l'abbé Pierre ont été réduits au silence, dès qu'ils ont mis en doute les chiffres de l'holocauste, tels qu'ils ont été propagés par les innombrables moyens de propagande dont disposent habituellement les organisations sionistes qui, hier encore, avaient, non seulement pignon sur rue, mais disposaient d'organisations terroristes qui pouvaient impunément (agresser) tout homme acquis à la cause palestinienne.
Ce crime de lèse-majesté est appelé en Europe de l'Ouest: négationnisme, démarche qui vise à nier l'existence des camps de concentration ou le nombre de victimes ou de tout plan d'extermination préétabli. Les lois condamnant le négationnisme ont d'abord été votées en France et dans d'autres pays européens avant d'être suivies par l'Assemblée générale de l'ONU en 2007: seuls les Etats-Unis, au nom du premier amendement de leur Constitution, qui protège la sacro-sainte liberté d'expression, ne poursuivent pas en justice les révisionnistes et les négationnistes.
Le Pen, Garaudy et un historien (Pierre Rassinier, instituteur) ont été traînés en justice. L'abbé Pierre, défenseur des droits de l'homme et avocat des pauvres, a été éloigné des écrans de télévision et ignoré de la presse trois années durant avant de faire amende honorable. Tous avaient porté atteinte au fonds de commerce sioniste.
Pourtant, dans son film Le Destin d'un homme, adapté d'une nouvelle de Cholokhov, Serguei Bondartchouk (réalisateur et principal interprète du film) avait montré une scène éloquente: un chef SS harangue des prisonniers russes en leur criant: «Juifs, communistes, commissaires politiques, un pas en avant !»
Alors ceux qui ont été persécutés, l'ont-ils été parce qu'ils étaient dans l'une, dans les deux ou dans les trois catégories? A quelques semaines de la célébration du cinquantième anniversaire, le premier geste de François Hollande, fraîchement élu, fut de rendre hommage, à Jules Ferry, grand militant de la colonisation et adepte de la supériorité de la race blanche.
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy