23 août 2010

Roger Garaudy et Prague 1968



Pour situer les uns et les autres, il faut dire que Garaudy commencait déjà à être marginalisé dans le parti. Thorez, grand communiste (stalinien oui, mais qui ne l'était pas alors ?), grand homme d'état, lui avait toujours apporté son soutien. Thorez mort, Waldeck Rochet assurait - avec une grande honnêteté - une sorte d'interim. Marchais et son équipe, avec au premier rang Juquin notamment, voilà les dirigeants qui "montent". En mai 68, le PCF s'est coupé de la jeunesse étudiante: Aragon humilié par Cohn-Bendit à la Sorbonne, Juquin défenestré à Nanterre, Roland Leroy (en concurrence avec Marchais pour le secrétariat général) chassé de la Halle aux vins, Garaudy est le seul dirigeant du parti (il est encore membre du BP) à pouvoir s'exprimer pendant plusieurs heures parmi "les enragés" de la Sorbonne malgré l'avis négatif des autres membres du BP. Il a publié début 68 son livre "Peut-on être communiste aujourd'hui ?" (Grasset éditeur) où il donne sa vision du marxisme (non pas bible, mais "méthodologie de l'initiative historique), où il revendique la "pluralité des modèles" du socialisme, où il réfléchit sur un "nouveau style de travail" du parti communiste, etc. Pendant les "évènements" de mai, il ne partage en rien les "analyses" de l'équipe Marchais-Plissonnier qui ne comprennent rien à ce qui est en train de se passer. A la fin 68, Garaudy publie une deuxième édition de son livre intitulée: "Pour un modèle français du socialisme" (Editeur Gallimard, Idées) et c'est à cette édition que j'emprunte des passages significatifs sur le Printemps de Prague, car il y est dit bien mieux que je ne pourrais le faire ce que je pensais à l'époque, et que je pense toujours, et cet extrait montrera tout le chemin qui séparait alors Garaudy de presque TOUS les dirigeants du parti (à de rares exceptions prés, comme Fernand Dupuy le maire de Choisy),

"Le parti joue son rôle dirigeant lorsqu'il s'adapte aux conditions historiques nouvelles pour se tenir à la tête de l'évolution sociale, à la tête du mouvement. La recherche du contrôle du peuple et le développement de la démocratie sont la seule méthode pour renforcer une discipline vraiment consciente...Les communistes tchécoslovaques ont donné un grand exemple et apporté une grande aide à tous les partis communistes...Tel est le beau visage humain du socialisme que les communistes tchécoslovaques avaient entrepris de donner au monde, au moment où l'intervention décidée par les...dirigeants soviétiques est venue barrer le chemin de cette grande espérance. Mais cette espérence...ne doit pas être détruite. Il appartient à chaque communiste français de prendre le relais en contribuant à la création d'un modèle nouveau du socialisme correspondant aux exigences d'un pays hautement industrialisé, aux traditions nationales démocratiques de notre peuple, selon les méthodes découvertes et élaborées par Marx et Lénine avant leurs perversions staliniennes ou poststaliniennes...Ni la Tchécoslovaquie, ni l'Union soviétique, ni la Chine ne sont l'avenir de la France...Marx faisait de la France le plus haut éloge en disant que c'était le pays où les luttes de classe ont toujours été menées jusq'au bout. Etre fidèles à ce grand passé c'est être capables d'imaginer une nouvel avenir par des initiatives historiques nouvelles: inventer un modèle français du socialisme correspondant aux exigences d'une société hautement développée...
La manifestation de loin la plus grave de la dégénérescence théorique et politique de la direction du Parti communiste de l'URSS fut l'intervention militaire en Tchécoslovaquie, qui n'était pas une erreur ou une folie, mais la conséquence nécessaire d'une conception systématique: à partir du moment où les dirigeants soviétiques étaient dogmatiquement enfermés dans le schéma stalinien identifiant le socialisme avec le seul modèle historiquement réalisé en Union soviétique, ils étaient amenés à considérer comme une menace pour le socialisme toute tentative d'adapter les formes de la construction du socialisme aux conditions, par exemple, d'un pays déjà hautement industrialisé, avant la révolution. C'est ainsi qu'ils ont jugé notamment l'entreprise du Parti communiste tchécoslovaque et de son chef Dubcek, de créer une démocratie socialiste. Pour justifier cette vue schématique, au mépris de toute analyse marxiste des rapports de force réels, les dangers de la révolution et de la contre-révolution ont été démesurément grossis. En fait, c'est l'occupation militaire qui a effectivement servi la réaction et la contre-révolution en Tchécoslovaquie et dans le monde entier...
Ce qu'Alexande Dubcek appelait la renaissance du socialisme...a été pour tous les communistes un grand exemple, capable de donner de l'idéal du communisme son plein rayonnement. Il y a là un mouvement irréversible et l'entreprise tchécoslovaque...a montré à tous les peuples le beau visage humain du socialisme".
Dans les jours qui ont suivi l'invasion de la Tchécoslovaquie, Roger Garaudy (il le raconte dans ses Mémoires: "Mon tour du siècle en solitaire", Editeur Robert Laffont, 1989) publie avec l'ambassadeur de Tchécoslovaquie à Paris, Mr Pithart, un communiqué qui sera diffusé à Prague par la radio clandestine et qui se termine par ces mots:"Un pays qui en opprime un autre est-il socialiste ? Allez-vous'en."
On voit bien par ces quelques exemples que les positions de Garaudy sont radicales (radical au sens de Marx, c'est-à-dire qui prend les choses à leur racine), trés éloignées des "centristes" que sont par exemple Juquin, Besse et même Kanapa, qui sont beaucoup plus "realpolitik"...Tellement radicales qu'il sera exclu le 6 février 1970: parlant des accusations portées contre lui d'anti-soviétisme, il dira à la tribune du Congrès: "Ce qui nourrit l'antisoviétisme ce n'est pas de dire ces choses [l'invasion de la Tchécoslovaquie entre autres, la précision est de moi] mais de les faire et de les taire...même si l'on écarte quelques-uns de ceux qui les posent, les problèmes continueront à se poser dans la vie". L'histoire lui a donné raison.

(J'ai publié ce petit texte sur le forum :
http://sanseprendrelechou.forumactif.com/)

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy