25 juillet 2017

Bienheureux, vous les pauvres! … Malheur à vous, les riches ! (Luc 6, 24)

Riches et pauvres dans l'Église ancienne

Bienheureux, vous les pauvres! … Malheur à vous, les riches! (Lc 6, 24).
Il est plus facile à un chameau de passer par un trou daiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux (Mt 19, 24).
L’Évangile condamne-t-il la richesse? Canonise-t-il la pauvreté? Un riche peut-il être sauvé? Le christianisme a-t-il quelque chose à dire sur l’économie et la société ?
Ces questions, les chrétiens des premiers siècles se les sont posées. Le monde dans lequel ils vivaient offrait beaucoup de points communs avec le nôtre: de très grandes fortunes côtoyant une terrible misère, l’écrasement des classes moyennes, la plaie de l’endettement. Les Pères de l’Église auraient pu se décourager en pensant que les exigences évangéliques étaient incompatibles avec les réalités économiques et sociales. Ils ont pris le problème à bras le corps. C’est leur réflexion que nous livre ce recueil où l’on trouve les thèmes de la propriété et du partage des biens, du prêt à intérêt et du surendettement, de l’exploitation des salariés et de la spéculation, de la dignité des pauvres et de celle des riches. Il vaut la peine de s’arrêter pour les écouter

>> POUR LIRE L'ARTICLE ENTIER ET ACHETER LE LIVRE >> 
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy