7 octobre 2015

Les trois violences

     DOM HELDER CAMARA [...]  écrivait, dès 1967, sa «SPIRALE de la VIOLENCE». Il y définissait, avec lucidité et courage, trois sortes de violence:
1 - La violence institutionnelle, c'est à dire l'injustice, la pire de toutes, et génératrice de toutes les autres.
2 - La violence insurrectionnelle, dirigée spasmodiquement contre les crimes permanents de la première.
3 - La violence répressive, combattant seulement la seconde pour perpétuer le pouvoir et les iniquités sanglantes de la première.
     Il dénonçait, sans équivoque, l'hypocrisie de ceux qui, sous des prétextes «religieux»,«d'amour», ou des prétextes moraux ou politiques de «maintien de l'ordre» ne flétrissaient que la seconde, en en faisant la seule violence, et fermaient les yeux sur la première, et se sentaient protégés dans leurs privilèges par la troisième.

Roger Garaudy
[extraits soulignés par moi. AR]
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy