18 juillet 2014

La Paix, par J. Debruyne

La paix aurait pu être une fleur sauvage,
De ces fleurs des champs que nul ne sème ni ne moissonne.
La paix aurait pu être une de ces fleurs des prés
Que l'on trouve toutes faites un beau matin,
Au bord d'un chemin, au pied d'un arbre
Ou au détour d'un ruisseau.
Il aurait suffi de ramasser la paix
Comme on ramasse des champignons
Ou comme on cueille la bruyère
Ou la grande marguerite.
Au contraire
La paix est un travail,
C'est une tâche
Il faut faire la paix comme on fait du blé.
Il faut faire la paix
Comme il faut des années pour faire une rose
Et des siècles pour faire une vigne.
La paix n'existe pas à l'état sauvage:
Il n'y a de paix qu'à visage humain.


J. Debruyne

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy