4 mars 2014

Ukraine-Russie: "Il faut avoir le talent intellectuel et la grandeur d’âme de Malek Bennabi ou de Roger Garaudy pour voir les changements du monde...dans cette région du monde"

Russie : Tolstoï, Dostoïevski et Poutine

Par Omar MAZRI


L-emergence-des-BRICS-focus-sur-l-Afrique-du-Sud-et-le-Bresil
« Il faut être un grand homme pour savoir résister même au bon sens.  » écrivait Dostoïevski dans « Les démons ». Nous allons suivre ce conseil et résister au tapage médiatique et à sa « vérité » criarde et obscène sur la Russie et l’Ukraine comme nous avions déjà résisté sur les évidences en Libye et en Syrie. C’est une obligation de santé mentale, de dignité humaine que de refuser l’aliénation ou l’alignement sur un agenda qui n’est pas le nôtre.
A quelqu’un désireux de savoir comment il pouvait démontrer que la Russie détenait l’héritage du Christ, Dostoïevski répondit sans hésiter : « Si l’Occident nous demande quelle grande œuvre nous sommes capables de tirer du trésor de notre esprit, nous nous réclamerons de Tolstoï et de son Anna Karénine ; cela suffira. »
Celui qui a lu les grands romans russes et l’art des auteurs russes de conjuguer les singuliers de la psychologie, du social, du religieux, du paradoxe, du politique, de l’économique et du psychologique à l’universel de la tragédie humaine ne peut parler de la Russie passée ou actuelle avec mépris et arrogance. Oublier la grandeur de la Russie, de son territoire, de ses ressources, de ses peuples, de sa littérature, de sa spiritualité, de ses révolutions, de ses tragédies, de sa peinture, de sa musique, de son histoire, c’est faire preuve d’inculture.
Même l’analphabète qui ne sait lire ni roman, ni poésie, ni Coran, ni Bible, ni livre de recettes de cuisine sait par éducation, par instinct, ou par l’humanité qui l’habite, qu’il ne faut pas mépriser autrui et qu’il ne faut pas s’avancer à juger le passé ou l’avenir d’un homme ou d’un pays sur un fait. Le bon sens dit toujours que les choses sont plus simples et qu’il faut chercher ce qui se cache derrière les embrouilles. Il nous dit aussi que le simplisme réducteur est infantilisant, car il cache un paternalisme qui impose une tutelle. La littérature russe met en scène la confrontation entre le cynisme et l’arrivisme au bon sens populaire. L’Occident n’entent et n’écoute que ses axillaires qu’il a formatés et qui parviennent à le manipuler dans une relation perverse où il est difficile de voir le dominant du dominé, le manipulateur du manipulé. La relation est diabolique.
Les dirigeants occidentaux et leurs cabinets se montrent de plus en plus comme des bureaucrates narcissiques et diaboliques que comme des gouvernants avisés et cultivés. Ils ne connaissent rien, ni de la Russie ni de leurs propres peuples.
Si en Géorgie, en 2008, l’Occident pouvait se montrer « scandalisé » de la réaction de Poutine qui a admirablement manœuvré en faisant mordre au serpent sa propre queue. Aujourd’hui, le tapage médiatique russophobe et le cirque du filousophe de tous les temps ne peuvent cacher l’incurie et l’inculture de l’Occident qui sont en train d’accélérer son déclin devant la résurrection de la Russie et de l’Église orthodoxe.
J’ai écrit, par le passé, sur l’Afghanistan en montrant comment le commandant Messaoud a été monté en héros par BHL pour effacer Qalbu Eddine Hikmatuyar. Les gens avisés, instruits et cultivés savent que les malheurs actuels de l’Afghanistan sont en partie dus à l’administration américaine et à ses alliés arabes et musulmans : l’Arabie saoudite, l’Egypte et le Pakistan. Notre filousophe botuste était le mouharraj médiatique. Les musulmans, habitués aux gesticulations du manipulé impuissant, sont incapables de faire une lecture géopolitique convenable en temps réel, en temps différé ou à postériori. Et pourtant le projet Eurasie est un projet de convergence historique, idéologique, politique, culturel et économique crédible et intéressant pour les peuples musulmans et une partie de l’Afrique, de l’Europe et de l’Asie. Ils préfèrent une guerre civile en Syrie, une destruction de la Libye et une guerre contre l’Iran pour épuiser leurs ressources. Très peu parviennent à faire le lien entre un Empire agonisant et un nouveau monde en émergence dans lequel ils doivent trouver leurs repères et leurs places comme acteurs ou comme partenaires.
Les principaux commandements qui gouvernent la politique américaine sont en train de se vider de leur substance et de leur efficacité. La violence, le dollar, la profondeur stratégique de la mentalité insulaire héritée de l’Empire britannique, la vassalisation, l’idée de grandeur civilisationnelle ne sont pas un dilemme pour la Russie qui sait les contrer avec intelligence et efficacité. Elle montre son savoir-faire comme une voie à suivre.  L’Occident est sans voix et sans voie, car face à lui il y a un projet de civilisation rival, même s’il a les mêmes apparats matérialistes et capitalistes. Les fondements historiques, culturels et spirituels ne sont pas les mêmes. Il ne s’agit pas d’idéaliser la Russie ou de fétichiser son chef, mais de rappeler qu’elle est dans son aire naturelle et que l’Occident joue le rôle d’intrus. Face à l’intrusion, les Russes jouent leurs atouts et le cas échéant ils joueront leur survie.
Il faut avoir le talent intellectuel et la grandeur d’âme de Malek Bennabi ou de Roger Garaudy pour voir les changements du monde et les voir sous cette perspective et dans cette région du monde. Au lieu d’épuiser l’énergie dans un dialogue avec le Vatican qui continue de ne pas reconnaitre Mohamed (saws), le Coran et l’Islam, il aurait été plus intéressant de dialoguer avec les peuples et les Églises orthodoxes d’Orient et de Russie loin des nationalismes exacerbés instrumentalisés par la géopolitique anglo-saxonne.
Les élites occidentales sont en train de se conduire comme les « élites » arabes et musulmanes : des fragments dispersés et mortifères sans projet ni culture que met en mouvement la rente économique et la mégalomanie de celui qui n’a plus les moyens d’entretenir ni sa grandeur ni ses fantasmes sur la grandeur.
La Syrie et l’Iran qui étaient un enjeu stratégique pour la Russie ont, après la Géorgie, permis à Poutine de réveiller l’âme russe et de remettre à l’ordre du jour le projet des poètes et des gouvernants russes : l’Empire russe. Staline et plus tard Gorbatchev et Eltsine sont des accidents de parcours. La Russie a sans doute tiré les leçons de son histoire tragique ainsi que celle de la bataille stratégique sur la Syrie qu’elle a remportée. La prochaine bataille est d’ordre vital : l’espace russe avec sa profondeur culturelle, économique, militaire et historique…
Les incultes de l’Occident vont fatalement se trouver devant la réalité de la géographie, de l’économie, de l’histoire, de l’armée et de la mentalité collective russes. Les incultes de l’Orient doivent se réveiller de leur léthargie et voir qu’au moment où l’Ukraine focalise l’attention, le Liban la Palestine et l’Iran sont la cible réelle de visées de plus en plus inquiétantes. Par ailleurs il n’est ni logique ni juste que les communautés musulmanes et chrétiennes de Syrie soient punies pour leur neutralité.
A quelques années après la guerre de libération nationale alors que ma famille éprouvait de la fierté pour le premier diplômé de la famille dans la filière des mathématiques, j’avais découvert la littérature russe. J’étais tellement fasciné que je ne dormais plus, je séchais mes cours, je ne faisais que lire roman sur roman, auteur sur auteur. J’ai connu des Russes, plus tard, et je les ai cru lorsqu’ils me disaient que lire Tolstoï, Gorki, Tchekhov, Dostoïevski en russe est fascinant.
Lorsqu’on constate l’effarement des médias et des officiels du déploiement silencieux et efficace des Russes en Crimée on ne peut manquer de se rappeler Léon Tolstoï qui disait dans « Guerre et paix » :
« La vérité doit s’imposer sans violence.  »
« Ce n’est pas la violence, mais le bien qui supprime le mal.  »
Notre imaginaire, ce stock d’images mentales de ce qui a été lu, entendu, vu et pensé, nous permet d’imaginer tant pour l’Ukraine que pour la Région, la violence et le bien versus russe et versus occident. Pour l’instant le système est sans imagination. Il est une nouvelle fois mis dans la posture du serpent qui se mord la queue.
Lorsque Poutine réagit aux imbécilités de l’OTAN et de la Maison-Blanche en disant que si la Russie est menacée il transformerait l’Occident en « boule de feux », la presse système tente de le tourner en ridicule. En réalité, elle exprime la peur au ventre du serpent qui se mord la queue chaque fois que sa morsure lui fait mal au point de ne plus sentir le venin qu’il s’est injecté :
« Face à une valse-hésitation entre guerre et paix, les éditorialistes occidentaux estiment que Vladimir Poutine assoit son pouvoir à court terme, mais n’emploie pas une bonne stratégie pour l’avenir. » [...]
Le Russe, qui se croit non seulement le plus proche du message de Jésus, mais le sauveur de l’humanité mise en périls par les démons occidentaux, dit sous la plume de Dostoïevski :
« La peur de l’ennemi détruit jusqu’à la rancune à son égard. »
Les médias qui paniquent sont contents d’annoncer la baisse de la Rouble russe, mais ils sont tellement ignorants et méchants qu’ils ne savent pas que les exportations russes vers l’Allemagne vont augmenter et que l’idiotie américaine d’exclure la Russie du G20 ne fait pas les affaires de l’Allemagne.
Comme toujours la Poire et la Fève sont dans un surréalisme comique qui n’impressionne que les officiels et intellectuels africains et maghrébins. Ils sont dans l’adaptation de la réalité du monde à leur microcosme parisien. Ils se comportent comme Hollywood ou le cinéma français  lorsqu’il a adapté le chef d’œuvre de Tolstoï que Dostoïevski cite comme preuve de la grandeur et de la spiritualité de la Russie : Anna Karénine.
Tolstoï a fait d’un drame humain universel peint comme une fresque psychologique et sociale une affaire de bals, de costumes, de regards langoureux, de fornication, d’adultère. La passion humaine, la quête de l’absolu, le doute, le paradoxe, le changement psychologique, la mise en abime qui se réalise comme une fatalité, les frivolités et l’hypocrisie de l’aristocratie face aux malheurs des humbles que Tolstoï a peints ne peuvent être du gout de la gent lettrée mais inculte  qui hante les salons et les antichambres du pouvoir et de l’opinion publique.
En restant sur une note littéraire sans pessimisme ni optimisme, posons-nous la question sur qui devrions-nous imputer cette image de Tolstoï sur Anna Karénine :
« Elle n’éprouvait plus envers son mari que la répulsion du bon nageur à l’égard du noyé qui s’accroche à lui et dont il se débarrasse pour ne pas couler. »
À quel personnage pourrions-nous imputer, en ces temps de crise, cette sentence qui ouvre le roman de Tolstoï « Anna Karénine » et annonce la tragédie qui s’y joue :
« Je me suis réservé à la vengeance », dit le Seigneur.
Le roman russe est une lecture addictive ! Pour avoir le talent russe il faut baigner dans cet univers où la peinture, la musique, la spiritualité, la logique et le fantastique côtoient la dure réalité de l’existence terrestre, de ses conflits, de ses contradictions… pour raconter l’universel habillé en russe ou habité par un Russe. Il faut comme le disait Tolstoï tremper sa plume dans sa propre chair et son propre sang pour parler de l’humain.

Omar MAZRI 
 www.liberation-opprimes.net

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy