2 avril 2016

Décès du Cardinal Cottier

Le père Cottier avait notamment publié en 1967 :Chrétiens et marxistes : Dialogue avec Roger Garaudy  (Acheter le livre: ICI)


Georges Cottier: Une vie pleine et passionnante

  par Maurice Page

Le cardinal suisse Georges Marie Cottier est décédé dans la nuit du 31 mars 2016 à l’âge de 94 ans, à Rome. Ancien théologien de la Maison pontificale. Le dominicain genevois a eu une vie pleine et passionnante.

Dans un livre publié en 2007, intitulé “Itinétaire d’un croyant” Patrice Favre, alors journaliste à La Liberté avait retracé largement le parcours personnel intellectuel et spirituel de Georges Marie Cottier. Communisme, marxisme, nazisme, mais également dialogue interreligieux, théologie de la libération, syncrétisme… aucun courant de pensée, aucune idéologie qui a marqué les dernières décennies n’a échappé à l’analyse affûtée du dominicain.
“Ce livre m’a permis de découvrir toutes les activités que j’ai accomplies durant ma vie. Vous savez, je vis beaucoup dans le présent”, lançait aux journalistes romands le dominicain genevois alors âgé de 85 ans. Les causes, engagements et sujets d’études abordés en profondeur par le Père Cottier durant sa vie couvrent un spectre très large. Aucune tempête qui a secoué le monde politique durant le siècle dernier et au début du 21e siècle, aucun courant qui a traversé l’Eglise en profondeur, aucune initiative importante, intra-ecclésiale ou interreligieuse, menée par le Saint-Siège n’a échappé à l’analyse approfondie du professeur de philosophie devenu théologien du pape à 67 ans, un âge où tous ses contemporains goûtaient déjà aux joies de la retraite. Ses années passées au Vatican ont été marquées notamment par les efforts de rapprochement avec les juifs et les questions du repentir de l’Eglise, face à l’Inquisition ou encore les condamnations de certains théologiens de la libération.

Un témoin de la foi au milieu des tempêtes

Dans sa vie ‘antérieure’, on découvre une personnalité religieuse très proche de l’abbé puis du cardinal Charles Journet, avec qui il partage un rejet sans équivoque de l’idéologie nazie, au temps où beaucoup de représentants de l’Eglise étaient tentés d’y voir une barrière contre le communisme. Une idéologie qu’il a étudiée dans sa thèse de doctorat sur l’athéisme de Karl Marx. De nombreuses autres rencontres, avec notamment le Père Jacques Loew et les prêtres ouvriers, le Frère de Taizé Max Thurian, les Pères du Concile Vatican II lui permettront d’affiner sa vision du monde.
Lorsqu’il abordait une question théologie, politique, philosophique ou idéologique, Georges Cottier ne s’appuyait pas uniquement sur des connaissances acquises dans des livres ni même à travers ses très nombreuses relations. C’est d’abord sur le terrain qu’il a approfondi ces valeurs avant de porter un jugement.
Commentant l’effondrement du rideau de fer qui a débouché dans les pays de l’Est sur une situation désastreuse, il pointait le doigt sur les méfaits déjà présents dans le communisme. “Le matérialisme du communisme ne leur a pas rendu service. Les habitants ont découvert dans les pays occidentaux ce matérialisme qu’ils recherchaient”.
Interrogé sur l’accusation d’influence marxiste exprimée par le Saint-Siège à l’égard de la théologie de la libération, le Père Cottier tenait à préciser que ce mouvement a constitué une immense prise de conscience de la misère dans de nombreuses régions d’Amérique latine. Il est cependant vrai que certains théologiens ont adopté le marxisme comme outil d’analyse et d’engagement, ce que le Saint-Siège ne pouvait accepter.
Sous le pontificat de Jean-Paul II, le cardinal genevois  notamment été associé aux demandes de pardon pour les fautes que l’Eglise a perpétrées contre les juifs au cours de l’histoire. “Beaucoup n’ont pas compris et étaient effrayés”, se souvenait-il.

>> LIRE ICI L'ARTICLE INTEGRAL >>

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy