18 juin 2012

Roger Garaudy était par dessus tout un humaniste

 
 
 
Prenez n'importe quel moteur de recherche, écrivez les mots "ROGER GARAUDY" et pour résumer la vie de ce grand penseur qui vient de nous quitter vous ne trouvez la plupart du temps que le terme NEGATIONNISTE assaisonné à toutes les sauces.
 
Certes l'itinéraire de Roger Garaudy, président d'une association marxiste, puis successivement catholique puis musulman, tout en ayant été épris brièvement par le protestantisme est tout sauf un long fleuve tranquille.
 
Je pense que Roger était par dessus tout HUMANISTE et s'il fut ébloui par la justesse de l'enseignement de Marx, l'humanité incroyable de la personne de Jésus de Nazareth, il découvrit aussi l'ABANDON à l'absolu que les sages de l'Islam ont si bien chanté.
 
Mais s'il est un domaine où Roger Garaudy fut constant à travers la variété de toutes ses expériences spirituelles, ce fut bien la recherche de la justice si malmenée dans notre humanité d'aujourd'hui.
 
Le drame du peuple Palestinien, entre autres, ne le laissa jamais indifférent et de voir une partie du peuple issu d'Abraham et de Jacob renier son décalogue en n'hésitant pas à piller un autre peuple, à lui voler ses terres et sa dignité le poussa à réclamer justice pour ces nouvelles victimes d"un racisme et d'un nationalisme pervers.
 
J'ai lu attentivement son ouvrage sur la mythologie qui a donné naissance à l'état d'Israël.  Le dogmatisme du sionisme moderne, alimenté par par les conclusions parfois un peu sommaires un peu simplifiées du procès de Nüremberg ne lui parut pas toujours scientifiquement justifié.
 
Lorsqu'on n'a diminué de deux millions le nombre de victimes,  je crois, en l'écrivant, sur de nouvelles plaques à l'entrée de l'horrible camp d'Auchwitz, n'est-il pas légitime de penser que le nombre total  de victimes juives du pire génocide de l'histoire a été également modifié.
 
La chiffre de six millions de victimes juives auxquelles il ne faut oublier d'adjoindre les victimes tsiganes, homosexuelles, voire communistes... comme on le fait trop souvent, même s'il fut adopté à Nüremberg, ne résulte pas d'une étude scienfifique précise. Qu'il y ait six millions ou cinq millions de juifs assassinés par les Nazis ne change rien à l'horreur de leur comportement et du crime commis.
 
Je serais plus nuancé sans doute que Roger Garaudy dans ses hésitations sur l'utilisation du gaz pour assassiner celles et ceux que les nazis voulaient voir disparaître.
 
Le génocide de la Shoah est un vrai génocide  non parce qu'il avait pour but de tuer tous les juifs ou tsiganes de la terre ; même Hilter savait qu'il n'y arriverait pas. Mais il suffit, pour qu'il y ait génocide, qu'on s'attaque à un homme non pour ce qu'il a fait mais en raison de ce qu'il est.
 
J'aurais aimé échanger de toutes ces questions avec Roger Garaudy dont l'oeuvre ne cache nullement l'horreur que fut la persécution du peuple juif et d'autres minorités humaines par les Nazis.
 
Je pense avec lui que les sionistes ont profité de ces horreurs pour obtenir une certaine indulgence pour leurs propres crimes quand ils ont chassé le peuple Palestinien, vivant légitimement depuis des siècles, autour de Jérusalem et du Jourdain en le traitant, surtout à partir de 1967, à la façon dont les peuples colonialistes traitaient les peuples colonisés depuis des siècles.
 
Il n'y a de solution juste à la question Palestinienne que dans la reconnaissance par le peuple Israélien, qui heureusement ne représente pas  officiellement le peuple juif, de la faute commise par lui  et d'un nouvelle manière de partager à deux ou ensemble cette Terre sainte qui représente tant pour eux tous.
 
Je crois que ce n'est pas la lucidité et la liberté de pensée de Roger Garaudy qui salissent la mémoire de la Shoah, mais l'attitude, les crimes et l'orgueil du peuple israélien qui ont confiné le peuple palestinien  dans un nouveau ghetto sur leurs propres terres.
 
J'ajouterai que je ne reconnais nullement la légimité d'une loi plus religieuse que laïque et scientifique qui entend restreindre la liberté de recherche des scientifiques à propos de la Shoah comme si on avait peur qu'une étude objective n'absolve les nazis de leurs crimes. 
 
Roger Garaudy ne fut pas un négationniste de la Shoah mais d'une loi inspirée par un dogmatisme pseudo-laïc, inspiré entre autres par des mouvements pervers comme le CRIF qui tente de justifier l'intolérable de la conduite Israélienne en Palestine au nom de cet autre INTOLERABLE d'une autre échelle, c'est vrai,  que fut le nazisme et sa persécution  génocidaire des minorités détestées par le fou Hitler.
 
 
 
Yvan Balchoy

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy