10 août 2013

Roger Parmentier



Roger Parmentier : une grande voix s’est éteinte


(Article paru  dans Golias Hebdo , 4 octobre )
Le pasteur Roger Parmentier s’est endormi à jamais dans sa maison des Pyrénées, à 94 ans. Loin d’être un vieillard résigné, Roger n’a cessé d’écrire, de prêcher et d’appeler au réveil des consciences chrétiennes. Il fut, bien avant tous, un indigné.
Roger est né dans la région parisienne mais, en 1937, il part avec sa famille s’installer à Constantine où, tout de suite, Roger s’intéresse au judaïsme. Lecteur de la Bible, il considère les Juifs comme de sa famille et est scandalisé par le nazisme. En 1941, il est démobilisé et choisit de s’installer à Paris pour faire des études de théologie à la Faculté protestante du boulevard Arago. Il suit le prêches du pasteur Pierre Maury, insufflant l’esprit de résistance au nazisme. Il participe à un groupe clandestin d’étudiants et, à la demande de la Cimade, avec un camarade, il parvint à sauver un petit garçon juif qu’on emmenait à Drancy. « Nous étions des pro-Juifs inconditionnels », écrit-il1.
Après la Libération, il participe à la création des Rencontres entre Juifs et Chrétiens qui ouvrent le chemin à l’Amitié Judéo-chrétienne. Il connaît le pasteur Lovsky, Jules Isaac, le poète juif Edmond Fleg et dévore les ouvrages théologiques concernant les Juifs. Il se marie à Annette Monod qui lui donna six fils en quelques années.
Pasteur à Sétif
Jeune pasteur et père de famille, il part s’installer à Sétif, peu de temps après les massacres de mai 1945. Là-bas, un vieux prêtre l’interpella : « Mon petit pasteur, vos paroissiens et les miens sont des assassins ! » Dès le printemps 1954, Roger apprend par des policiers et soldats protestants que des tortures sont infligées à des suspects de nationalisme et que des villages sont bombardés. Aussitôt, il écrivit au pasteur Marc Boegner, président de la Fédération protestante, qui n’hésita pas à venir sur place et à être reçu par des officiers supérieurs qu’il prévint : il allait demander audience au Président de la République et au Président du Conseil. Il ne s’étonna pas, quelque temps plus tard, de recevoir la visite de deux officiers lui annonçant qu’il devait regagner la métropole car la vie de sa famille était en danger. Sa femme Annette et ses enfants quittent l’Algérie mais lui-même reste à Philippeville ; sa situation devient de plus en plus difficile : certain pasteurs le qualifiant de « pasteur fellagha ». Roger était devenu un témoin gênant de la répression et, à l’automne 1955, il dut se résigner à son tour à abandonner l’Algérie.
Rodez : un pasteur contre la guerre
Nommé à Rodez, Roger s’empressa de faire connaître, en multipliant les réunions, la situation réelle de l’Algérie. Il écrit : « Je rencontrai assez souvent une franche hostilité » et il ajoute : « Dès ce temps de Rodez bien des protestants ont cru bon de se transformer à mon égard en ennemis ; mais moi, je n’ai pas d’ennemis, tout au plus des adversaire avec qui il convient de dialoguer et d’échanger informations et arguments. » Telle a été toute sa vie la méthode de Roger Parmentier : il interpelle, argumente, force à réfléchir mais sans agressivité. Il diffuse les journaux clandestins contre la guerre d’Algérie, signe le Manifeste des 121 et adhère au Parti socialiste unifié (PSU), alors en formation.
C’est alors qu’il a l’idée d’inventer un fait divers pour les journaux régionaux : un bon Français accidenté est sauvé par un Algérien échappé du camp de détention du Larzac. Les réactions, négatives autant que positives, ne se font pas attendre et il renvoie chacun à la parabole du bon samaritain. Roger Parmentier venait ainsi de commencer ce qu’il ne cessa plus : réactualiser la Bible. Pour lui, le langage habituel des Églises ne passait plus ; il fallait donc redonner force à l’authentique message de Jésus.
A Montreuil et la cause palestinienne
En 1964, Parmentier accepte d’être nommé pasteur à Montreuil. Il a posé une condition : partager son temps entre les protestants et tous ceux qui ne l’étaient pas. Il multiplie les activités et, lui qui s’était réjoui de la création de l’État d’Israël et qui a tant d’amis juifs, est bouleversé par la transformation des victimes en bourreaux. Maxime Rodinson qui dirigeait la commission pour la Paix au Proche-Orient lui a ouvert les yeux, dit-il, en publiant dans un gros numéro des Temps modernes, en 1967, un article intitulé « Israël, fait colonial ? »2 Roger Parmentier entre au Comité France-Palestine et, en 1970, il participe au congrès de Beyrouth des Chrétiens pour la Palestine organisé par Georges Montaron. On n’allait pas tarder à l’appeler « le pasteur palestinien ». En 1996, Parmentier, à la demande de Roger Garaudy, témoigna, tout comme l’abbé Pierre, au procès intenté au philosophe pour son livre Les mythes fondateurs de la politique israélienne ; livre considéré comme « négationniste », ce que notre pasteur nie farouchement. Ce témoignage en faveur de Garaudy lui valut, on s’en doute, bien des ennuis… et d’être traité d’antisémite, malgré tout son passé !
Les actualisations de la Bible
Au milieu de toutes ses activités, Roger trouva le temps d’écrire. Ce fut d’abord L’Évangile autrement, publié aux éditions du Centurion, qui réactualise l’évangile selon Matthieu. Beaucoup d’autres ouvrages suivirent : les prophètes Amos et Osée, le prophète Jonas et le Cantique des Cantiques, l’évangile selon Jean, l’épître de Jacques, etc. Tous ces livres furent édités puis réédités par L’Harmattan. Il fonde avec des amis l’Association oecuménique ACTUEL. Il élabora même de nouvelles paroles pour les vieux cantiques protestants ! Qu’on imagine pas un fantaisiste : il faut être rentré dans sa maison remplie de livres de théologie, de la cuisine aux chambres, pour prendre un peu la mesure de sa culture.
Quand il se retira dans sa maison des Pyrénées, il poursuivit son travail et n’hésitait pas à se déplacer en voiture à Montpellier, à venir en train à Paris pour tenter de secouer ses confrères pasteurs. Pourtant, il n’avait pas été épargné par les épreuves : décès de sa femme mais aussi de deux de ses fils. Ces dernières années, il publia successivement deux petits livres, le premier s’adressait aux Juifs pour rappeler son « long chemin d’amitié avec les Juifs et le Judaïsme », sa « sympathie déçue » et le « mythe du peuple élu » qui a légitimé ségrégations, spoliations et massacres ; dans le deuxième, paru en 2011, il affirmait dès le titre « Musulmans, nous vous respectons et nous vous aimons. » Il reproduisait dans cet ouvrage le discours d’Obama au Caire, en 2009 : il espérait que le président étatsunien inaugurait ainsi une nouvelle attitude de l’Occident à l’égard du monde musulman…
Au début du mois d’août dernier, il animait encore, à 94 ans, comme chaque année, une session sur la Bible. Quand je le rencontrais pour la dernière fois, en avril dernier3, je le vis toujours plein de projets, l’un d’eux m’inquiéta : il voulait partir en voyage de groupe en Algérie, en septembre, mais dut y renoncer. C’est chez lui qu’il mourut en septembre. Quinze jours auparavant, au téléphone, tout allait bien. Roger, je ne t’oublierai pas.
1 Je puise la plupart de ces informations des pages autobiographiques de Roger Parmentier dans son petit livre, Un long chemin d’amitié avec les juifs et le Judaïsme, l’Harmattan, 2008, p. 7 à 61.
2 Cet article de Maxime Rodinson était d’autant plus remarquable qu’il avait été écrit avant la guerre des Six-Jours et les conquêtes israéliennes.
3La photo que Golias reproduit est celle que j’avais prise alors de lui.
(article paru  dans Golias Hebdo , 4 octobre )

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy