28 mai 2011

Cérémonie à la mémoire des internés du camp de Rivel

Le rendez-vous annuel organisé à l'initiative de Serge Pagès pour l'Arac (association républicaine des anciens combattants) et Andrée Zdrojower pour l'Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques) [a eu] lieu le lundi 16 mai [2011]... sur le site de l'ancien camp de Rivel. Situé à quatre kilomètres de Chalabre, au lieu-dit «la scierie de la Prade» ("le moulin de l'évêque" est une appellation plus récente), l'endroit était jusqu'en 1939, la propriété de Guy Pierre, résidant à Toulouse. Le gouvernement français ayant alors ordonné aux préfets du sud de prévoir une arrivée massive de réfugiés, le terrain situé à 200 mètres de la gare de Rivel-Montbel (ligne Bram-Lavelanet), se transformera en un centre de séjour surveillé, placé sous la garde du lieutenant François-Paul Bonnet. Les travaux commencés en octobre 1939 seront terminés à la fin de l'année 1940 et le camp clôturé de plaques de ciment surmontées de barbelés accueillera 253 "indésirables". Nom donné à des syndicalistes et communistes, parmi lesquels Roger Garaudy, lesquels seront transférés le 28 janvier 1941 vers Saint Sulpice-la-Pointe dans le Tarn, avant un nouveau départ vers l'Afrique du Nord, en mars 1941. Le camp de Rivel accueillera ensuite des Allemands fuyant le régime nazi, et des juifs de toutes nationalités ayant cru trouver en France une terre d'asile. En août 1942, le jour de la "rafle du Vel d'hiv", tous seront transférés à Bram, les uns étant ensuite dirigés vers Rivesaltes, les autres subissant la déportation vers Auschwitz, via le camp de Drancy...
                                                                                              Autour de la stèle de l'ancien camp
                                                                                                  L'indépendant
Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy