16 novembre 2014

Le monde arabo-musulman doit « oser penser par lui-même »

De l’Occident et du monde arabo-musulman

D'aucuns pensent que la politique américaine a accéléré le déclin de l'Occident libéral. Néanmoins, et de toute évidence, nul ne peut prétendre que l'Orient, ou même le monde arabo-musulman, pourrait en tirer profit, réaliser un essor et s'assurer un avenir prospère. La raison en est simple : le monde arabo-musulman est un monde « morose » depuis la chute de Grenade en 1492. C'est un monde dont les habitants sont des ennemis qui se haïssent et se disputent pour des raisons puériles et nuisibles tant pour le présent que pour l'avenir. C'est également un monde dont la quasi-totalité des « pays frères » ont des différends politiques et/ou géographiques.
Ainsi, loin d'être unis ou d'accord entre eux sur l'essentiel, les peuples du monde arabo-musulman perdent (pour la plupart) leur temps à rabâcher les mêmes discussions portant notamment sur le passé, alors qu'il n'est plus admissible que le passé continue d'animer et d'orienter notre vie et notre mode de pensée. Dans son œuvre Le jour des fourmis, Bernard Weber disait avec raison que « le moment le plus important, c'est le présent, car si on ne s'occupe pas de son présent, on manque son futur ».

Le monde arabo-musulman doit « oser penser par lui-même »
Autant dire que ce monde arabo-musulman doit « oser penser par lui-même », comme disait Diderot, sinon il ne s'affirmera pas comme étant réellement libre et indépendant, et sera par conséquent le premier à s'en mordre les doigts. Car cette aberration fait qu'il devient facile à l'Occident de se poser en tuteur. Il doit également avoir « le courage de se servir de son propre entendement », comme disait Emmanuel Kant. Voilà la devise des Lumières qui a révolutionné l'Occident et a joué un rôle émancipateur et fondateur de la conscience européenne. « Il n'y a plus de Français, d'Allemands (...), il n'y a que des Européens », disait Jean-Jacques Rousseau.
Un tel constat semble amer, notamment s'il est soutenu par des vérités aveuglantes qui ne pourraient que verser dans le scepticisme et signifier que ce monde arabo-musulman est en train de faire fausse route. En effet, plus de 70 % des réfugiés de par le monde viennent de ce monde-là, et les niveaux de développement y sont non seulement faibles, mais aussi et surtout en chute libre.
Au moment où l'Occident découvre, crée, invente et nous envahit de ses découvertes, créations et inventions, nous ne faisons qu'acheter ses biens et services, tant il est vrai que nous sommes condamnés à nous limiter, à nous quereller sans fin, à nous consumer en efforts inutiles, pour des futilités, gaspillant notre temps et celui des générations futures, ce qui conduit inéluctablement à des situations navrantes.
Ainsi, depuis des siècles, l'Occident nous transmet son savoir, ses techniques et ses arts, bouleverse et révolutionne notre mode de pensée, et donne à notre civilisation un nouveau visage, grandement influencé par le cachet et les traits occidentaux. 

Dès le début du XXe siècle, l'Occident se proclamait unique civilisation digne de ce nom
Bien que le monde arabo-musulman ait été le théâtre de plusieurs rencontres notables entre civilisations, de plusieurs chocs de civilisations qui, loin de tout conflit – n'en déplaise à Samuel Philippe Huntington –, ont permis des échanges et ont enrichi sa culture, il n'en demeure pas moins qu'il n'atteindra sa vraie maturité que lorsqu'il sera en mesure de s'approprier sciemment son existence, loin de toute soumission ou tutelle de quelque forme que ce soit. Cela est d'autant plus vrai que, dès le début du XXe siècle, l'Occident se proclamait unique civilisation digne de ce nom et incarnant un idéal de perfection.
Pis, l'Occident croit à la supériorité intrinsèque de sa civilisation et estime n'avoir rien à apprendre des autres, mais tout au contraire, à même de leur apprendre tout.
Il s'agit là d'un regard méprisant et humiliant porté sur le monde arabo-musulman. Regard qui peut s'inscrire dans le cadre de ce qu'écrivait « Heinz Pagels dans L'Univers quantique : « La beauté est indissociable du regard de celui qui voit. » Regard, évidemment, qui ne se croise nullement avec le regard des autres. Tout comme c'était, par le passé, le cas du sultan ottoman qui, pour reprendre l'expression de l'adorable historien anglais Arnold Toynbee, regardait l'Occident ex cathedra : « Il nous regardait de haut comme si nous étions des porcs. »
C'était jadis, au temps où les Européens découvraient Platon et Aristote, l'astronomie et la médecine, ainsi que d'autres disciplines grâce aux Arabes et à travers l'islam. C'était lorsque cette religion vivait son âge d'or et ses heures de gloire. C'était lorsqu'elle forçait le respect et l'admiration de l'autre. C'est dire qu'elle était respectée et respectable, voire appréciée et appréciable. À telle enseigne que ce sont également les musulmans qui ont déplacé vers l'Est le mode de pensée aristotélicien, outre que l'on enseignait Aristote à l'Université de Paris jusqu'au XIVe siècle, selon l'interprétation d'Ibn Rochd. Mieux, certains califes abbassides ont été avides de savoir au point d'échanger des prisonniers de guerre contre des livres. C'était aussi lorsqu'elle avait encore quelque chose à donner, comme disait Arnold Toynbee, citant encore une fois le sultan ottoman : « Lorsqu'il a quitté sa religion et nous a suivis, nous l'avons méprisé car il n'avait plus rien à donner. » C'était, enfin, quand le monde arabo-musulman n'était pas encore diabolisé et lié, dans l'esprit et la mémoire collective des Occidentaux, de manière quasi spontanée au terrorisme et à l'extrémisme, mais plutôt au savoir et à la technologie. Car on le considérait, à juste titre, comme le passeur de savoirs.

Crise civilisationnelle
Nul n'est besoin de le rappeler, la situation aujourd'hui est inversée, à telle enseigne que le monde arabo-musulman est actuellement amenuisé, voire épuisé et essoufflé. Il traverse en cette étape de son histoire une crise multidimensionnelle qui pourrait être qualifiée de civilisationnelle. Il est, par ailleurs, la cible de critiques les plus nombreuses formulées à tort et à travers par un Occident qui ne regarde les choses que selon son seul angle de vue et sa vision propre dominée par l'obsession d'en tirer profit. Un Occident qui est maître du monde et aspire à y rester longtemps. De là, il est plus enclin à l'affrontement qu'au dialogue des civilisations, eu égard, bien évidemment, à son haut niveau civilisationnel actuel. C'est pourquoi il est temps pour le monde arabo-musulman de sortir de cet état de minorité qui le caractérise – qui n'a que trop duré – et d'accéder aux « Lumières » et respirer ainsi l'air du temps des « Lumières ». Et ce en faisant usage de ses potentialités humaines et matérielles incommensurables et en se libérant de ses mauvaises traditions auxquelles il s'était attaché si longuement, et qui sont tant d'obstacles à tout progrès dans son combat pour son développement et son essor. La moralité de l'histoire et le nœud de la question sont que, si nous voudrions faire avancer le monde arabo-musulman vers le progrès et le développement, et rentrer par là même dans l'histoire et y jouer un rôle prépondérant, nous devrions entrer en concurrence avec la science, la technique et l'art de l'Occident, établissant ainsi un rapport de force qui nous soit favorable et ne plus nous contenter d'être un simple marché de consommation, mais plutôt un espace potentiel de production, de création et d'innovation interminable qui suit bien le vrai sens de l'histoire et contribue puissamment au progrès de l'humanité. C'est là une lourde responsabilité qui nous incombe à tous, citoyens, institutions étatiques et société civile. Dans une hypothèse différente et pour parler clair, les peuples du monde arabo-musulman seront, inéluctablement et pour toujours, rayés de la surface du globe et jetés ainsi aux oubliettes, sans dignité ni pitié.

Fethy HABOUBI
Ingénieur statisticien

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy