31 juillet 2012

Entrevista a Roger Garaudy, en torno a El terrorismo occidental, por Maria Poumier (français, espagnol)


ENTREVISTA A ROGER GARAUDY, EN TORNO A EL TERRORISMO OCCIDENTAL Editions Al Qalam, Paris, juin 2004 (por María Poumier, París, Francia)


Un libro anterior de Roger Garaudy “Los mitos fundacionales del estado de Israel” había levantado mucha polémica en 1996. Uno de sus principales apoyos fue L’abbé Pierre, fundador de la asociación “compañeros de Emmaus”, y ha tenido una enorme difusión, particularmente en los países árabes. El filósofo marxista francés sigue desafiando el pensamiento políticamente correcto, con un nuevo volumen, que ha sido publicado en Argelia. En el prólogo, redactado por el propio autor, se aclara que el libro estaba terminado antes de los sucesos del 11 de septiembre 2001, pero que dichos sucesos no modifican para nada sus conclusiones pues : “Ainsi apparaît le sens du 11 septembre : ce n’est pas l’expression d’un affrontement entre l’Islam et le christianisme, ni entre l’Orient et l’Occident. C’est pourtant à cela, selon le scénario d’Huntigton, que les conspirateurs prétendraient réduire le XXIème siècle.
C’est dans l’éclatement des contradictions internes de l’Occident capitaliste et colonisateur, en quête de méthodes capables d’assurer sa survie, qu’il faut chercher le sens profond du 11 septembre 2001.(el sentido del 11 de septiembre no es la expresión de un enfrentamiento entre Islam y cristiandad, ni tampoco entre oriente y occidente. En el estallido de las contradicciones internas del occidente capitalista y colonizador, en busca de métodos capaces de asegurarle la permanencia, es donde hay que buscar el sentido profundo del 11 de septiembre de 2001”). Por cierto, ahora que estamos presenciando la primera protesta mundial  contra los proyectos bélicos de hegemonía mundial llevados a  cabo por un pequeño sector en Estados Unidos y unos contados aliados sinceros, sus planteamientos parecen tremendamente confirmados por los acontecimientos de estos dos últimos años. Roger Garaudy, el título de “El terrorismo occidental” sugiere que aquí solamente se habla de problemas políticos, quedando fuera la problemática religiosa. ¿Es así?

-          Al contrario, nunca he separado la esfera religiosa de la esfera política. El libro sobre Israel formaba parte de una trilogía de crítica a la distorsión que están operando las instituciones religiosas de las grandes religiones monoteístas : católica, islámica, judía. Los dos primeros volúmenes fueron bien aceptados y discutidos en un marco de respeto recíproco, el tercero irritó al lobby sionista, pero ha sido apoyado por miembros eminentes de las tres religiones. Desgraciadamente, la guerra de exterminio que están padeciendo ahora mismo los palestinos es una confirmación de la validez de mis planteamientos. Además, las campañas de desinformación  mundial forman parte del arsenal americano-israelí. Felizmente ya hay gente como Norman Finkelstein o Israel Shamir que están socavando el imperio de la mentira. Además, he publicado después otro libro centrado en la política, titulado Estados Unidos, vanguardia de la decadencia ; en este también, muestro cómo una doctrina política funesta, la del imperialismo estadounidense, pretende justificarse con argumentos supuestamente religiosos, es decir relacionados con dogmas que nacen de la lectura literal de la Biblia. En este nuevo libro, que es mi testamento espiritual, mi objetivo sigue siendo el mostrar la interrelación radical entre lo religioso y lo político.

En realidad, las tentativas de sofocamiento de sus ideas en Francia, país al que antes se tenía por un modelo envidiable por su tolerancia y su abertura a la libertad de pensamiento, aumentan la curiosidad por sus planteamientos.¿Cuál sería entonces, el aporte propio de este volumen?

-          Creo que mi horizonte ha seguido ampliándose. En  1979 había publicado Appel aux vivants (Llamado a los vivientes) y Avons-nous besoin de Dieu   (Acaso necesitamos a Dios?)  que era como una tentativa de conversión de los lectores de cultura cristiana a una verdadera fe activa e insertada en la problemática del mundo actual. Por otra parte publiqué varios volúmenes sobre el islam, recordando su historia y sus valores. Aquí profundizo en las religiones no monoteístas, en sus riquezas propias, y trato de mostrar que aportan dimensiones que faltan a nuestros tres grandes monoteísmos.

 Recordamos que Usted ya publicó unas memorias en 1989 (Mi vuelta al siglo en solitario) que aclaraban en el nivel de la experiencia personal las distintas etapas de su descubrimiento del deber de una lucha política orientada por el marxismo, y de la necesidad de completar el marxismo con una espiritualidad arraigada en las tradiciones de cada pueblo. Este libro también se edifica sobre la sistematización de la experiencia personal?

-          En este libro también parto de mi experiencia personal, pero hago el recorrido al revés, a partir del punto al que he llegado hoy, que me ocasiona un grado de incomprensión bastante excepcional, pero lógico, y provisional.. He resumido mis descubrimientos decisivos de la manera siguiente : “Mi situación me llega a producir vértigo: ¿acaso no es locura pretender tener la razón contra todos? En este frío mortal del vacío y la soledad, al fin me he topado con el mundo real, es decir universal, cuando hasta entonces, había estado confinado en una cultura exclusivamente occidental. Profesor de filosofía, y titular de cuantos diplomas se pueden alcanzar en el gremio, desde la “agrégation” hasta el doctorado, tomé conciencia de que lo ignoraba todo en cuanto a filosofías no occidentales. Nada sabía yo de las sabidurías antiguas de China, de India, del Islam, de las tradiciones orales de la comunidad africana, de los tesoros destrozados por los “conquistadores” de la Amerindia maya o incaica. Este colonialismo cultural con el cual estaba compenetrado, desde la escuela, me provocó una cólera que me sigue impulsando. ... Al salvarse del aire confinado de Occidente, en la alta mar de la espiritualidad, el espíritu se me volvía respirable nuevamente, a pleno pulmón.” Avec un sentiment de vertige : n'est-ce pas folie que de prétendre avoir raison contre tout le monde ? Dans cette froideur mortelle du vide et de la solitude, j'ai enfin rencontré le monde réel, c’est-à-dire universel, alors que j'avais été confiné jusque-là dans une culture exclusivement occidentale. Professeur de philosophie et possédant tous les diplômes que l'on puisse avoir dans la profession, je pris conscience que j'ignorais tout des philosophies non-occidentales. J'ignorais tout des sagesses anciennes de la Chine, de l'Inde, de l'Islam, des traditions orales de la communauté africaine, des trésors  de l'Amérindie maya ou inca, détruits par les «conquistadores». Ce colonialisme culturel dont j'étais, depuis l'école, pénétré, m'inspira une colère qui ne m'a plus quitté.

Usted dice que sigue siendo a la vez cristiano y marxista, ¿encuentra usted entre los filósofos europeos del siglo XX alguna personalidad afín a su pensamiento? ¿Cuáles serían en el pasado, en la filosofía clásica alemana, los filósofos con los que se siente hermanado?

 - Mon vieux maître Gaston Bachelard dépassait de très loin tous les prétendus philosophes de son siècle.
Dans ses méditations parallèles sur la théorie de la connaissance et sur la création poétique, il apporte une contribution décisive à la philosophie de l'acte contre les philosophies de l'Être. Kant exténuait déjà la fantomatique «chose en soi» qui poursuivra encore, dans le vide éthéré de leurs cauchemars, les Heidegger et les Jean Paul Sartre.
A partir de l'étude de l'histoire des sciences, et au-delà des mathématiques non-euclidiennes, des physiques non-newtoniennes et des chimies non-lavoisiennes, Bachelard, dès son « Nouvel esprit scientifique » et sa « Philosophie du non »,  esquissait une « philosophie non-cartésienne ». Il exorcisait le spectre deux fois millénaire de l'Être faisant de la connaissance un reflet et non une création de projets infirmés, niés mais toujours renaissants dans leurs négations créatrices, poétiques au sens le plus fort du mot.
Ce poème de la création continuée, Bachelard l'abordait aussi au travers des arts, de la rêverie éveillée, de la création poétique.
Mi viejo maestro Gaston Bachelard estaba por encima de todos los supuestos filósofos de su siglo. En sus meditaciones paralelas sobre la teoría del conocimiento y sobre la creación poética aporta una contribución decisiva a la filosofía del acto contra las filosofías del ser. Ya Emmanuel Kant luchaba contra las filosofías del ser, que, tras ser criticadas a fondo por él mismo, se les conviertieron en pesadillas en el vacío a Sartre y Heidegger. Pero Bachelard además esbozó una filosofía no cartesiana a partir del estudio de la historia de las ciencias, a las que convierte en poema de la creación continua, y lo abordaba también a través de las artes, de la ensoñación en la vigilia, de la creación poética.

¿Su libro trata pues de estética, esa rama de la filosofía que ha ampliado tanto su prestigio a lo largo del siglo XX, y de la cual algunos consideran que se ha convertido en el lugar de la religiosidad moderna auténtica?

-          No exactamente. El arte siempre ha sido el camino más corto de entendimiento entre  los humanos, pero no debe dar lugar a una idolatría, sustituir una exigencia de creación vital, que abarca más que tal o cual realización singular. En mi caso personal, la reflexión sobre las artes no occidentales que nunca pretenden reflejar sino proyectar, que nunca imitan a un ser o una apariencia, sino que son invento mítico y captación de energías, está unida a la reflexión sobre el pensamiento científico desde principios del siglo XX, desde la relatividad y los quanta hasta la biología genética o la astrofísica; siempre he soñado con llevar a su final el doble recorrido de Bachelard hasta el punto en que los dos tipos de aventura espiritual  se juntan, para ver en la invención científica un caso particular de la creación poética : aquel que puede completarse con una verificación experimental.

Uno de los acontecimientos que más molesta a los intelectuales occidentales es el hecho de que usted se hizo musulmán, a raíz de su expulsión del partido comunista francés en 1973. En occidente no se entiende por qué el islam tradicional rechazó la representación en las artes plásticas, y el apetito plástico de Usted, conocido desde el primer libro que lo hizo famoso Por un realismo sin riberas, 1964 parece estar en oposicón con ese ascetismo visual musulmán.

-          El puritanismo no es una dimensión  decisiva en el Islam, es una de sus tendencias epocales y locales, y en materia artística hay un derroche de imaginación para dar a comprender las estructuras dinámicas del universo, como se desprende de manera deslumbrante de la arquitectura. Es que en Occidente hay una visión totalmente distorsionada de lo que es la espiritualidad musulmana. Algunos puntos elementales deben ser recordados, para entender las falsificaciones que imperan actualmente, y que en cierta medida son propagadas por una parte de los musulmanes mismos : el islam no pretende ser una religión nueva, ni nació con la prédica del profeta Mohammed. Allah no es un Dios particular, propio de los musulmanes. Alá, “el Dios”, es la traducción literal de la palabra que designa al Dios único. Un cristiano de lengua árabe, en su rezo y en la liturgia, dice Alá para invocar a Dios. Islam significa abandono voluntario y libre a Dios solo, lo cual es el denominador común de todas las religiones reveladas, judía, cristiana, musulmana, desde que Dios ha “insuflado en el hombre su espíritu” (Corán, XV, 29) es decir desde el primer hombre. Dice el Corán (III, 114): “Mohammed no es más que un profeta : han vivido otros profetas antes que él”. Y él mismo afirmaba (XLVI, 9) : “no soy un innovador entre los profetas”.

Usted afirmaba en su biografía haberse afiliado al Islam porque es “la religión dominante entre los dominados”, y porque, como francés que fue deportado al Sahara, en Argelia, por sus actividades de comunista en 1941, ha tenido oportunidad de sentir en carne propia la grandeza de la civilización árabe. ¿Acaso considera además que el Islam es una religión menos envejecida y pervertida que otras?

El Islam padece fenómenos de decadencia como todas las religiones que han alcanzado su institucionalización en un contexto que ya no existe. Lo propio del Islam, es una dimensión filosófica que en otras religiones está más desdibujado, es una visión dinámica del mundo. En el corán, esta se desprende de la incesante acción creadora de dios. Se le llama “El viviente” (II, 255; III, 2, etc.), “el Creador por excelencia, el que no deja de crear” (XXXV, 81), el que “está presente en cada cosa nueva” (LV, 29). Le Coran a enseigné aussi cette vision dynamique du monde que Dieu «ne cesse de créer» ( XXXV, 81 ), «… Dieu qui ne connaît ni somnolence, ni sommeil.» ( II, 255 ) «Il commence la création et il la recommence.» ( X, 4 ). «Il est présent en chaque chose nouvelle. »
-          Esta creación continua mantiene la existencia de todas las cosas (II, 255). A diferencia de lo que se dice en la Génesis, El no descansa, “comienza la creación y la recomienza” (X, 4). Por eso es que tiene posibilidades extraordianrias para entender y encauzar el mundo moderno : la “sharia” coránica nos da los principios directores para la búsqueda imprescindible de los medios de una “modernidad” diferente de la de Occidente. De esta búsqueda, los grandes juristas del pasado nos han dado el ejemplo, al hacer el esfuerzo necesario (“ijtihad”) para resolver los problemas de su tiempo; cada uno de nosotros es personalmente responsable de su cumplimiento para contribuir a la solución de los problemas de nuestro tiempo. En primer lugar hay que pasar de una sociedad fundada sobre el provecho (monoteísmo del mercado) a una sociedad fundada sobre valores (que no serían los valores mercantiles).

¿Pero qué significa la palabra “sharia”? ¿ no es eso mismo que enmarca el legalismo petrificado que caracteriza las sociedades musulmanas más enquistadas?

Le Coran, de la manière la plus explicite, définit ainsi l'Islam.

Dieu commande à Mohammed de dire : "Je ne suis pas un innovateur parmi les prophètes." (XLVl, 9).

Il lui rappelle à maintes reprises : "Nous avons envoyé des prophètes avant toi...". (XIV, 30; XV, 10 ; XVI, 43 ; XXX, 47; XL, 78)

"Mohammad, dit le Coran (111, 144), n'est qu'un prophète ; des prophètes ont vécu avant lui". Tous furent messagers du même Dieu.

La vision dynamique du monde, dans le Coran, découle de cette incessante action créatrice de Dieu. Il est " le Vivant " (Il, 255 ; III, 2, etc.), « Le Créateur par excellence, Celui qui ne cesse de créer » (XXXV, 81), Celui "qui est présent en chaque chose nouvelle" (LV, 29). Cette création continuée maintient en existence (II, 255) toute chose. Contrairement à la Genèse (II, 2), Il ne connaît ni cesse ni repos (II, 255). "Il commence la création et la recommence" (X, 4).

La sharia coranique nous donne ainsi les principes directeurs d'une indispensable recherche de moyens d'une autre « modernité » que celle de l'Occident. Cette recherche - dont les grands juristes du passé nous ont donné l'exemple en faisant l'effort nécessaire ( "ijtihad" ) pour résoudre les problèmes de leur temps - chacun de nous est personnellement responsable de l'accomplir pour contribuer à la solution des problèmes de notre temps. Et tout d'abord de passer d'une société fondée sur le profit ( monothéisme du marché ), à une société fondée sur des valeurs ( qui ne seraient pas des valeurs marchandes ).

***


-          La palabra “sharia” aparece una sola vez en el Corán (45, 18) y en otros tres versículos pararecen palabras de la misma raíz : el vderbo “shara’a (42, 13), y el sustantivo “shir’a” (5, 48). Esto permite una definición precisa. Se trata de una “vía”, y se nos aclara que “en materia de religión Mohammed os abrió una vía (aquí se usa el verbo “shara’a” ), que había recomendado a Noé, esa misma que te habíamos revelado, la que hemos recomendado a Abraham, a Moisés, a Jesús : seguidla, y no hagáis de ella un objeto de división”. Está claro, pues que esta vía es común a todos los pueblos, a los cuales dios envió sus profetas (a todos lo pueblos, y en la lengua propia de cada uno). Pero resulta que los códigos jurídicos referentes al robo y al castigo apropiado, al estatuto de la mujer, al matrimonio o a la herencia son diferentes según la Thora judía, los evangelios de los crisitanos, o el Corán? La sharia (la ley divina para ir hacia Dios) no puede por lo tanto incluir estas legislaciones (fiqh) que, a diferencia radiacal de la sharia común a todas las religiones, difieren según la época y la sociedad en que un profeta ha sido enviado por Dios. Dios dice en el Corán (13, 38) “a cada época le corresponde un libro”, y también “no existe comunidad en la que no haya pasado un profeta para advertirle” (35, 24, y 16, 36).

Por cierto, Usted ha creado una fundación “para el diálogo entre las tres culturas” en Córdoba, España, y  ha creado allí una “Biblioteca viva de al Andalus” que ofrecerá los más valiosos textos del sufismo. En realidad, Usted resulta ser un continuador de la tradición mística de Al Andalus, cuya influencia liberadora es perceptible en las letras españolas, desde San Juan de la Cruz hasta María Zambrano.Nos hace suponer que también ¿está entre sus temas de combate la lucha contra el integrismo musulmán?

-          ¡Por supuesto! La pretensión de “aplicar la sharia”, confundiendo la sharia divina, tal y como está definida en el corán, con el “fiqh”, es decir las aplicaciones huymanas que se han experimentado a lo largo de la historia, mezclándolo con las interpretaciones de juristas más o menos obnubilados por las presiones del poder, esta es la enfermedad principal del Islam. El islam tiene toda la razón al rechazar la decadencia de Occidente y las hipocresías de sus “derechos”, al rechazar todas las consecuencias del colinalismo y la colaboración con el “monoteísmo del mercado” que pretenden imponer los Estados Unidos y sus vasallos de occidente por los diktats del F.M.I., el islamismo está paralizado cuando se trata de edificar el porvenir. La ley divina, la sharia”, une a todos los hombres de fe, mientras que pretender imponer a los hombres del siglo XXI una legislación del siglo VII, y de Arabia, es una obra de división que da una imagen falsa y repulsiva del Corán. Es un crimen contra el islam. Una verdadera “aplicación de la sharia” no tiene nada que ver con ese literalismo perezoso.
Le mot " sharia " n'est employé qu'une fois dans le Coran ( 45, 18 ) et dans trois autres versets apparaissent des mots de même racine : le verbe " shara'a " ( 42,13 ) et le substantif " shir'a " ( 5, 48 ). Cela permet une définition précise. En quoi consiste cette " voie " ( sharia ) ? C'est ce qui nous est précisé en 42, 13 : "En matière de religion il vous a ouvert une voie ( ici c'est le verbe "shara'a" ) qu'il avait recommandée à Noé, celle-là même que nous t'avons révélée, celle que nous avons recommandée à Abraham, à Moïse, à Jésus : suivez-la, et n'en faites pas un objet de division."

***

Cette maladie consiste, par exemple, à vouloir appliquer un code pénal du VIIIème siècle ( tel que les mains coupées pour vol, à des sociétés où le vol, sous forme de spéculation, n’exige pas d’avoir des mains ).

Prétendre appliquer littéralement une disposition législative sous prétexte qu'elle est écrite dans le Coran, c'est confondre la loi éternelle de Dieu, la sharia ( qui est un " invariant " absolu, commun à toutes les religions et à toutes les sagesses ) avec la législation destinée au Moyen‑Orient qui était une application historique, propre à ces pays et à cette époque, de la loi éternelle. Les deux figurent bien entendu dans le Coran mais la confusion des deux et leur application aveugle ‑ refusant cette "réflexion" à laquelle ne cesse de nous appeler le Coran ‑ nous rend incapables de témoigner du message vivant, du Coran vivant et éternellement actuel, du Dieu vivant.

La loi divine, la sharia, unit tous les hommes de foi, alors que prétendre imposer aux hommes du XXIème siècle une législation du VIIème siècle, et de l'Arabie, est une oeuvre de division qui donne une image fausse et repoussante du Coran. C'est un crime contre l'Islam.

Une véritable "application de la sharia" n'a rien à voir avec ce littéralisme paresseux .

-           

Entonces, frente a la situación actual en que los Estados Unidos aspiran abiertamente a establecer su hegemonía mundial, llamándola globalización ¿hay algún país en el que Usted ve señales de cambio esperanzadoras?

Il est significatif que le chef actuel du Parti Communiste russe, ZIOUGANOV,  Président de l'Assemblée nationale (Douma) dans son livre « LA RUSSIE APRÈS L'AN 2000 » (Édition MITHEC ; 1999 ( traduction française ) reconnaissant l`importance de la spiritualité, c'est à dire de la recherche du sens de nos vies personnelles et de notre commune histoire, écrit ( p. 172 ), « La politique de l'État doit viser à soutenir l'Église orthodoxe russe et d'autres confessions traditionnelles en Russie dans leurs efforts en vue de consolider les assises morales de la société. »

A l'égard de la Chine : « La Chine donne sa réponse propre au défi économique de l'Occident. Cette réponse repose sur l'éthique confucéenne traditionnelle d'assiduité au travail et de modération, mais aussi, et simultanément, sur la réalisation de la période historique socialiste. » ( page 131 )

A l'égard de L'Islam : « Dans l'Islam le pouvoir est avant tout un devoir, une épreuve et une énorme responsabilité. Il ne fait aucun doute que le rapport à l'État en Russie, le regard russe sur le rôle de l'État dans la société, est beaucoup plus proches des vues islamiques que des conceptions occidentales. » ( page 189 )

De cette attitude à l'égard de la spiritualité découle une conception neuve de la politique extérieure russe : « La complexité de la situation historique de la Russie tient à ce que notre État se trouve à la jonction des civilisations de l'Occident et de l'Orient … nous ne sommes pas aujourd'hui en mesure de stopper l'extension de l'OTAN. Mais nous sommes à même de refuser le rôle contre-nature et inepte d'acteurs d'endiguement de la Chine et de l'Islam que l'on s'efforce de nous imposer de l'extérieur. » (page 247)

Alors que les États-Unis visent désormais ouvertement à établir leur hégémonie globale, la Russie et le monde islamique sont « condamnés à être des alliés stratégiques dès lors qu'ils sont également intéressés à éviter une telle évolution des événements. » (  p. 187 )

Le problème est aujourd'hui de savoir si la Russie parviendra, sur le plan intérieur, à s'épouiller de la maffia qui, en mettant la main sur son économie au profit de spéculateurs, veut l'intégrer aux plans de « mondialisation », c'est à dire d'américanisation du monde. Libérée de cette pieuvre, il resterait à la Russie à établir des liens, non plus de domination comme dans l'ancienne Union Soviétique, mais de fédération fraternelle, avec la Biélorussie et l’Ukraine, et avec les républiques d'Asie Centrale.

Alors, elle pourrait jouer un rôle de premier plan dans la réalisation de ce que nous avons appelé, en opposition à la « mondialisation » impériale, une unité symphonique du monde, qui mette fin à toutes les hégémonies, à la cassure du monde entre le Nord et le Sud, à l'arasement des identités et des cultures.
-          Lo que sucede  es que Rusia y el mundo islámico están, como dice el propio presidente de la Duma, y secretario del partido comunista “condenados a ser aliados estratégicos a partir del momento en que están interesados por igual en evitar semejante evolución”. Este acercamiento también se va a dar con China, por las mismas razones. El problema hoy en día es saber si Rusia logrará, en el plano interno, “despiojarse” insisto en el término, de la mafia americano-sionista que, al echar mano sobre su economía para beneficio de especuladores, quiere integrarla a los planes de mundialización, es decir de americanización del mundo. Una vez liberada de ese pulpo, le faltaría a Rusia establecer vínculos, no ya de dominación común como en la antigua Unión Soviética, sino de federación fraterna, con Bielorusia y Ukrania, y con las repúblicas del Asia Central. Ahí sí que podría tener un rol de primer plano en la realización de lo que hemos llamado, por oposición a la “mundialización” imperial, una unidad sinfónica del mundo, que ponga fin a todas las hegemonías, a la quebradura del mundo entre Norte y Sur, al arrasamiento de las identidades y culturas.

Y en América latina, donde la crisis social se está radicalizando rápidamente, y donde renace la resistencia al modelo estadounidense, ¿le parece que hay alguna fuerza espiritual particular?

                    
                                                                                                                                                                             
                                                                                        upuesto, pues desde los años 1960, América latina está a la vanguardia de la renovación del pensamiento cristiano, que fue impulsado por el papa magnífico que fue Juan XXIII. La condena por la curia romana de las “teologías de la liberación” en 1984 y 1986 no constituye más que un aspecto de la política de contra-revolución en cuanto a las aberturas sobre el mundo del concilio Vatican II y del sueño del profético papa Juan XXIII ayudado por los mayores teólogos católicos de su tiempo, y otros más, que inspiraron la constitución más audaz del concilio, “Gaudium et spes”. Lo que querían era una iglesia que ya no intentase dominar el mundo sino servirlo. Por el contrario, Juan Pablo II quiere volver a identificar la iglesia católica con la historia del expansionismo europeo, y es lo que reafirma el Catecismo de 1992. Se trata de un verdadero plan de reconquista de Europa y del mundo. Mientras tanto, en los años sesenta, la CIA se infiltraba en las iglesias, utilizando a sacerdotes, religiosos y legos para controlar a los cristianos críticos, a los militantes populares y a los líderes progresistas. El propio “Diario secreto” de un agente secreto, Diez años en la CIA, por Philip Agee, en 1975 lo confirma, de la misma forma que el tribunal Russel, reunido en Roma en enero de 1976, en el informe titulado “La penetración imperialista en las iglesias de América latina”. Ya Nelson Rockefeller, enviado por Nixon a observar el sub-continente lo decía : “los cambios estructurales en la comunicación y la educación convierten a la iglesia en una fuerza decidida al cambio, y al cambio revolucionario si es preciso”. América latina ha dado mártires, como Camilo Torres, los dominicos torturados fray Betto y Tito de Alencar, Monseñor Romero y los seis jesuitas asesinados en El Salvador, además de excelentes teólogos, como el propio Ignacio Ellacuría, Leonardo Boff, Jon Sobrino, Hugo Asmann, Juan Luis Segundo, Rubén Alves, y el que se puede considerar padre de la teología de la liberación, Gustavo Gutiérrez;  han tenido un papel impulsador otros muchos, cuyo modelo pudiera ser mi gran amigo don Helder Camara. Muy pronto, un grupo de teólogos tomó conciencia de que América latina es una colonia teológica del norte y que el método teológico europeo no es adaptable, tal cual, a la realidad de América latina.Como lo describe Enrique Dussel, la teología de la liberación es “un momento reflexivo de la profecía, que nace de la realidad humana, social, histórica, destinada a pensar, a partir de una visión de conjunto del mundo, unas relaciones de in justicia ejercidas desde el centro hacia la periferia de los pueblos pobres.” Y los pobres son el lugar teológico eminente para comprender la revelación divina hecha a los hombres y para aprehender el sentido de la salvación crítica.


O sea, en su libro aparece también una fuerte condena al Vaticano. ¿Se pudiera decir que usted rechaza todas las religiones en su forma institucionalizada?

-          Al contrario, no se trata de rechazar las religiones que utilizan la palabra Dios en su sentido tradicional, es decir con sus atributos de potencia y exterioridad, sino de considerar, con respeto, a cada una, con sus creencias propias y sus rituales, como una expresión simbólica de la búsqueda de lo divino, de la “salvación” de los seres humanos, de todos ellos, de su acceso a la plenitud por participación en una totalidad viva, incesantemente creadora y de la cual son, cada uno según su alcance personal, responsables. Ninguna de ella debe tener la pretensión de monopolizar lo absoluto. No son rivales, sino complementarias. A los aportes de las teologías de la liberación en
América del Sur y del Centro, al renacimiento del islam cuando no está contaminado por el integrismo y vuelve a encontrar su universalismo matinal, hay que añadir la toma de conciencia de los valores tradicionales del Africa, que viene agonizando desde hace siglos por la esclavitud, el pillaje colonial, la especulación de los capitales exteriores.

Usted no está solo en su voluntad de armonizar una política de justicia social extendida al mundo entero con los valores más universales, de las cuales las religiones quisieran ser los conservatorios. La sensibilidad ecológica, nacida en el fervor espiritual alemán de los años 1930, a menudo tiene ese matiz idealista. ¿En ese terreno también piensa Usted que Occidente ha dejado de tener la iniciativa de la imaginación, como parece desprenderse de las grandes conferencias mundiales para la preservación del ecosistema?

-           Es imprescindible partir del reconocimiento a la rica unidad de la naturaleza, lo humano y lo divino. Indudablemente, y específicamente gracias a lo que llamo “la civilización del trópico”, puede nacer un mundo nuevo, pues sólo nos queda la elección entre el suicidio planetario si obedecemos a las leyes actuales de la dominación americana, y una auténtica resurrección, de la cual puede ser un paso decisivo la empresa gigantesca de China e Irán, que están construyendo un puente euroasiático, con vistas a una extensión trascontinental, asociando América y África.

¿Ante lo que Usted llama el “suicidio planetario”, cómo puede irradiar la “civilización del trópico”?



Les pionniers dans cette recherche, comme GILBERTO FREYRE dans son livre: « L'HOMME, LA CULTURE ET LES TROPIQUES », BAUTISTO VIDAL, dans ses nombreux travaux, notamment sur le « défi amazonien à l'avenir » par une « civilisation des tropiques », SERGIO de SALVO BRITO, et de nombreux savants du Brésil, ont montré la possibilité concrète d'assurer au monde une autre forme de civilisation durable et solidaire ( n'excluant aucun peuple du monde ) en fondant cette civilisation sur des énergies renouvelables.


Hay leer a los brasileños, Gilberto Freyre  el fundador, con su libro El hombre, la cultura y los trópicos, a Bautisto Vidal, que habla del “desafío amazónico”, a Sergio de Salvo Brito, que ha demostrado con otros la posibilidad de fundar una civilización mundial sobre las fuentes de energía renovables, lo cual no es en realidad un problema de tecnología, sino de geopolítica. Esta será la civilización alternativa a la que descansa en el objetivo del “crecimiento”, que es únicamente el crecimiento de los beneficios financieros, la cual lleva al saqueo de los recursos energéticos, y a la distorsión actual de la política internacional en torno al petróleo.

Toutes les guerres des Etats‑Unis et sa politique étrangère, génératrice de guerre, sont inspirées par la volonté de s'emparer de toutes les sources possibles de pétrole. Pour nous en tenir à la dernière période, ce fut la guerre du Golfe, qui permit de dominer la production pétrolière de l'Irak, et, sous prétexte de "protéger l'Arabie saoudite" d'en faire un état vassal.

Les pénuries alimentaires de la Somalie ( ni plus ni moins tragiques que celles du reste de l'Afrique ) ne les intéressèrent que lorsque les prospecteurs des grandes compagnies pétrolières découvrirent des gisements "off-shores" sur ses côtes.

Les "embargos" visent essentiellement les pays producteurs de pétrole, tels que la Libye ou l'Iran. Les interventions destructrices en Europe, de la Bosnie au Kosovo, qui par eux-mêmes, ne constituent pas des proies pétrolières, n'ont d'autre but que d'exercer un contrôle de plus en plus musclé sur l'Europe de l'Est, pour mettre la main ultérieurement sur les pétroles de Bakou et de la Caspienne, avec des bases aériennes de plus en plus rapprochées. Leur soutien inconditionnel à Israël ( leur porte-avions insubmersible au Moyen Orient leur permet de contrôler les sources de pétrole ) depuis la chute de leur gendarme favori : le SHAH d'Iran, leur coopération avec la junte militaire de Turquie, et leurs larges subventions à l'Égypte ( les plus fortes après celles accordées à Israël ) tendent à neutraliser le monde arabe.

Les pays pétroliers résistant à cette invasion sont qualifiés d'« États voyous » et de centres du terrorisme : la Libye et l'Iran en particulier .

          
-          Todas las guerras de los Estados Unidos y su política extranjera, generadora de guerra, están inspiradas por la voluntad de apoderarse de todas las fuentes posibles de petróleo. Mirando sólo al pasado inmediato, está la guerra del Golfo, la cual permitió el control de la producción petrolera de Irak, y, con el pretexto de “proteger Arabia Saudita”, convertirla en estado vasallo. Los embargos se dirigen a los países productores de petróleo, como Irán y Libia. Las intervenciones destructoras en Europa, desde Bosnia hasta Kosovo, que no constituyen presas petroleras por sí mismas, no tienen otro objetivo que el control efectivo sobre Europa oriental, para apoderarse más adelante de los petróleos de Bakú y del mar Caspio, con bases aéreas cada vez más cercanas, y la tutela, a través del apoyo incondicional a Israel (verdadero porta aviones insumersible en el medio Oriente, que permite controlar las fuentes del petróleo) de Turquía y de Egipto (que recibe las subvenciones más altas de Estados Unidos, después de las que recibe Israel). De lo que se trata es de neutralizar el mundo árabe, y acusar a los que se resisten de ser “estados delincuentes”. Los efectos secundarios de este robo de los recursos energéticos mundiales conducen a la partición del mundo. Como la venta del petróleo se hace en dólares, los países del tercer mundo están obligados a serguir sangrándose para pagar sus deudas en dólares e intentar un ilusorio “desarrollo” al estilo occidental. Es el mismo viejo colonialismo de antes el que opera, utilizando la corrupción de las clases dirigentes locales para imponerse.

¿Qué esperanzas concretas tiene usted para los próximos años, ya que del “naufragio del navío tierra” se trata?

-          Lo notable es que al hacer sus elecciones energéticas de energía no renovable los amos provisionales del mundo han condenado ellos mismos su dominación a ser efímera. Los recursos petroleros sólo pueden asegurar unos treinta años de plazo a su clientela, aún si se descubrieran nuevos yacimientos explotables (y teniendo en cuenta que esto excluye las dos terceras partes del mundo de este consumo orgíaco del G7, los siete países más ricos del mundo). Hay tres medidas que pueden ser decisivas : primero, hace falta que los dirigentes de los países productores de petróleo tomen sin tardar la iniciativa de venderlo en moneda local, de manera a generar una cadena que haga polvo la hegemonía del dólar; segundo, que la Asamblea general de la ONU conmine a Estados Unidos a pagar su propia deuda, que es la más monstruosa del mundo, y tercero, que se tase de manera drástica la especulación financiera. Todo esto es posible si surgen nuevos centros de poder que se apoyen en los pueblos. Pues cinco siglos de colonización y medio siglo de estragos del FMI no han destruido, en el corazón de las multitudes, el sentimiento de la dignidad, de la comunidad, y del don de sí mismos, de los cuales la victoria de Gandhi ( a pesar de su martirio final) sigue siendo el ejemplo más deslumbrante.

30 juillet 2012

"La Alternativa" de Garaudy

Hace unas semanas murió Roger Garaudy, un dirigente del Partido Comunista Francés (1945 – 1958) durante 13 años, hasta que empezó a discrepar de la acción comunista vista la invasión de la URSS a Checoslovaquia y tras el movimiento estudiantil del Mayo del 68, cuando dice “no es posible callar”. Su conciencia evolucionó al islamismo cuando se casó con una mujer palestina, y vivió en la ciudad de Córdoba sus últimos años.
 .
En todo este periplo del pensamiento de esta persona hay unas huellas que son sus obras, reflexiones que se dejan a un lado, se dejan de mirar sin darnos cuenta que tienen un gran valor como experiencia de alguien que ha mirado al mundo y se ha enfrentado a él, coincidamos o no del todo con sus teorías.

 

Por casualidad llegó a mis manos el libro de Garaudy “La Alternativa” (1972). Ya entonces habla de una sociedad en trance de desintegración, lo que parece es un síntoma crónico de nuestro mundo, el cual más que estar en crisis parece que es crisis en sí mismo. La alternativa que propone Garaudy la sintetiza él en dos caminos que han de darse al unísono, cambiar el mundo al mismo tiempo que cambiemos de forma de vivir y viceversa, sin esta relación no hay cambio posible por separado. Es la conclusión a la que llega tras años de militancia comunista.

 .
Ya advierte de los cambios que van a suponer el uso de los ordenadores y de la televisión. Tambien avisa del peligro que supone la disminución cada vez más de la población rural. Hace una crítica mordaz a la publicidad en la que ve no sólo una herramienta comercial, sino de control social, porque permite construir un tipo de personalidad adaptado a nuestro sistema alienado.
 .
Factores que en la actualidad no se mencionan, no se debaten con las prisas por abordar lo urgente dejando a un lado lo importante, como el modelo de enseñanza que Garaudy denuncia porque sirve para integrar a los jóvenes y prepararlos no para su desarrollo personal, sino lo contrario, a su limitación para cumplir un papel en el sistema productivo y de consumo, “la pedagogía integra a los jóvenes en la lógica del sistema”.
 .
Observa la crisis de la civilización como algo que queda atrapado entre dos aspectos, la amenaza del armamento nuclear y la manipulación mental, de lo cual insiste en que hay que ser consciente y no perder nunca de vista en los análisis políticos que se hagan.
 .
Analiza la obra de Rosa Luxemburgo “La acumulación capitalista” para llegar a la conclusión de la necesidad de luchar por un socialismo autogestionario, concibiendo la autogestión como la pedagogía de la revolución y la revolución de la pedagogía al mismo tiempo.
 .
El mundo ha girado en sentido contrario al pensamiento de este filśofo de la política, han cambiado algunas cosas, las esenciales no, y las conclusiones puedan ser hoy otras, otras maneras de salir de un modelo que cada vez funciona más controlado desde fuera, sin que ni siquiera los gobernantes intervengan, sino que convertidos en marionetas de un poder externo que impone sus condiciones son actores de una democracia controlada. Vemos hoy lo contrario de la autogestión. Garaudy nos enseña que son posibles otros modelos políticos y económicos que han de ser pensados, debatidos porque los dogmatismos ideológicos no son suficientes.
 .
La autogestión empieza con la capacidad de tener pensamientos propios, con la capacidad de participar en acciones y reflexiones colectivas, en definitiva proponernos abrir cauces para una alternativa y no correr o tirar piedras en callejones sin salida. 

29 juillet 2012

Retour sur la "loi Gayssot" et l'oeuvre de Roger Garaudy


Après la mort, aujourd’hui du brillant penseur Roger GARAUDY, auteur, entre autres ouvrages, de « Parole d’Homme », « Comment l’Homme devint humain », «Appel aux vivants », je ne peux que saluer la mémoire d’un homme à la plume, aux idées et au parcours prolifiques qui a embrassé l’Islam en 1980. Il est tombé sous le coup d’une condamnation pour négationnisme avec son livre « Les mythes fondateurs de la politique israélienne». A-t-il eu tort en y affirmant des  propos qui l’ont mis sous le coup de la loi ? Certainement. Est-il un homme que l’on réduirait à cette seule position ? Ce serait de l’injustice. Qui donc parmi les humains n’a pas un jour commis une « faute » aux yeux de la loi ?
Il me vient cependant à l’idée de revenir sur une loi que beaucoup d’historiens ne cessent de contester à ce jour. J’emprunte pour étayer ce propos la parole d’un historien Pierre Nora qui déclare au Nouvel Observateur du 14 août 2008, : « …Cela commence avec la loi Gayssot sur le crime contre l’humanité et le génocide des juifs. J’étais hostile à cette loi à l’époque, comme d’autres historiens. C’est vrai qu’elle ne tranche pas un débat académique. Elle s’appuie sur un fait et une qualification qu’aucun historien sérieux n’a jamais contestés. Elle combat seulement des militants de la contrevérité historique.
Cela étant, pour les meilleures raisons du monde, nous risquions de mettre le doigt dans un engrenage dont nous ne sortirions plus. C’est ce qui s’est passé. Nous sommes effectivement le seul pays démocratique à développer cette pratique de la vérité légale, d’ordinaire propre aux régimes totalitaires. Cela prend corps sur un mouvement vaste et profond des sociétés démocratiques contemporaines : la sanctification de la victime. Nous n’avons plus de saints, de héros, de sages, bref, de figures légendaires positives. La victime devient la seule incarnation du Bien. ». Il finit par dire  en réponse à la question « En quoi ces lois sont-elles contestables. Beaucoup y voient, au contraire, un progrès de la conscience », je cite : «  Tout simplement parce que ces lois font obstacle à la liberté de recherche historique. La complexité du travail intellectuel et celle du métier d’historien sont incompatibles avec la simplicité brutale de ces vérités d’Etat.….c’est plus généralement la liberté de penser et de communiquer de tous les citoyens qui est en question.
En réponse à la question du journaliste sur la pertinence d’une abrogation de la loi Gayssot, Pierre NORA répond : « Maintenant qu’elles ont été votées, leur abrogation serait une offense faite aux victimes et à leurs descendants. Il faut simplement toiletter ces lois en les débarrassant de leurs sanctions pénales. Nous disposons d’un arsenal répressif amplement suffisant pour le racisme. Restons-en là. Nous avons souffert longtemps de mensonges d’Etat sur les tristes heures de notre histoire, par exemple sur la guerre d’Algérie. Ne nous mettons pas maintenant à subir le poids des vérités officielles. »
Il est vrai qu’il ne sert en rien la vérité que de fermer la porte à la recherche académique, et que les idées se combattent plus par les idées et la démonstration que par les textes de loi…
Et pour ne pas réduire le penseur à ce triste épisode de sa vie, ci-dessous un texte de Roger GARAUDY, - qu’Allah accorde la paix à son âme - extrait de son livre « L’avenir, mode d’emploi, Editions Vent du large, 1998, pages 113 à 115 »:

Excellente en son principe, la séparation de l’Eglise et de l’Etat fut aussitôt confondue, non pas avec le respect de la foi ou de l’irréligion de chacun, mais avec l’exclusion de ce qui est l’essence même de la foi : les questions sur les fins dernières de la vie personnelle et sociale.
C’est ainsi que cette étrange religion républicaine ne contribua pas à créer le consensus mais au contraire la discorde, qu’il s’agisse de l’opposition de l’école libre (c’est à dire, en général, confessionnelle et, plus précisément, catholique) jusqu’aux querelles racistes du foulard de quelques jeunes filles musulmanes en laquelle le laïcisme (pas la laïcité) prétendait voir une offensive de propagande islamiste (et non islamique), alors qu’un tel tollé n’avait pas été soulevé contre le port ostensible des croix chrétiennes ou des kipas juives. Dans cette escarmouche grotesque contre quarante-deux jeunes filles (dont le foulard menaçait la République !) beaucoup d’enseignants naïfs — y compris les associations corporatives, se laissèrent entraîner comme un taureau devant la cape rouge, sans voir que le racisme prenait le masque de la défense de la laïcité.
Plus durable et plus profonde la querelle de l’école confessionnelle et de l’école laïque. L’on peut comprendre les motivations des défenseurs de l’école confessionnelle (dite école libre) devant la carence de l’école publique, excluant l’essentiel de la formation d’un homme, c’est à dire la recherche du sens de sa vie par l’exclusion de tous les textes posant ce problème dans toutes les mystiques et toutes les sagesses, des prophètes d’Israël aux Pères de l’Eglise, des soufis musulmans aux richi de l’Inde. Cette école laisse les hommes sans repères, livrés à un scientisme d’ordinanthrope croyant trouver dans une machine, merveilleuse fournisseuse de moyens, un instrument de découverte des fins. Il était assuré qu’une autre école allait exiger de combler ce gouffre dans un monde fonctionnant non seulement sans Dieu mais sans homme. Un monde du non-sens. L’intention de donner à l’enfant, perdu entre ce ciel vide et cette terre en désordre, des repères et des fins, était évidemment précieuse. Cela eut été possible si avait été maintenue l’orientation du prophétique pape Jean XXIII et du concile de Vatican II proclamant que l’Eglise, dans la voie ouverte par Jésus, n’avait pas pour tâche de diriger le monde mais de le servir. Cette merveilleuse rencontre avec le monde pouvait aider à en réduire la cassure
.…..
Tel est le fonds humain (d’autres diront divin, mais je crois — au langage près, qu’il n’est pas d’homme sans Dieu ni de Dieu sans l’homme …) du problème de la laïcité. Problème mal posé et donc insoluble lorsque la laïcité est confondue avec un athéisme d’Etat (comme il y eut des religions d’Etat), et que la foi est confondue avec l’obéissance à l’Eglise (une Eglise que sa hiérarchie considère comme la cité parfaite, le monde entier étant dès lors condamné à lui obéir). Entre deux intégrismes symétriques aucun dialogue n’est possible. Il n’aboutirait qu’à un compromis entre deux idéaux pervertis. Le problème fondamental de l’éducation ne peut se poser qu’au delà de ces fausses antithèses. ».
Hommage donc à ce grand homme, qui a, toute sa vie, lutté contre la « tyrannie du non sens » et qu’une loi unique en son genre a mis un jour dans le box des accusés.
Qu’Allah lui accorde Sa clémence et Sa miséricorde.

La quête


27 juillet 2012

Le malheur des uns fait le malheur des hôtes


proposé par Michel Peyret

20 juillet 2012




Dans Portrait du colonialiste (La Découverte, 2011), Jérémie Piolat démontre que les non-Occidentaux ne sont pas les seules victimes de la violence et des destructions du colonialisme.
Bien au contraire : pour que le capitalisme conquérant puisse triompher partout, il aura fallu que la spoliation fasse ses armes ici, contre les cultures populaires d’Europe de l’Ouest.
Et les conséquences de ce ravage se font encore douloureusement sentir, ici et aujourd’hui.
Entretien avec l’auteur.

"La colonisation a commencé ici",

entretien avec Jérémie Piolat.
http://www.cqfd-journal.org/La-colonisation-a-commence-ici
paru dans CQFD n°100 (mai 2012), rubrique Le dossier, par Nicolas Arraitz, illustré par Rémi mis en ligne le 09/07/2012

CQFD : Dans ton livre, tu dis que la dépossession subie par les peuples colonisés s’est appuyée sur une dépossession préalable des peuples occidentaux. Qu’en est-il ?
Jérémie Piolat : Je pose en fait cette question : n’est-ce pas le colonialisme qui est la matrice ? Il faut qu'ait été fondée la colonisation sous sa forme moderne pour qu'ait pu se développer le capitalisme. Le XVIe siècle, avec la suppression des terres paysannes communes et la chasse aux sorcières a, selon moi, fondé l’acte colonial moderne.
Il peut se résumer en cinq étapes : 1) spoliation des terres communales ; 2) soumission de la terre aux demandes du marché ; 3) destruction du lien des peuples européens avec la terre ; 4) destruction des cultures populaires, thérapeutiques, artistiques, qui permettent de maintenir le lien entre les membres des communautés et le lien avec le monde vivant ; 5) instauration de la haine de soi, de sa culture, de son mode de vie.
Sans cette série de ravages, le développement capitaliste n’aurait pas été concevable. Il fallait apprendre aux peuples à mépriser tout ce que le capitalisme a besoin de ravager pour se développer. La colonisation, sous sa forme moderne, a été fondée ici avant de s’exporter avec les violences et les horreurs que l’on sait.
La destruction des sols et des êtres qui étaient forcés à les travailler, aux Caraïbes, par exemple, n’aurait pu se produire sans le principe selon lequel la terre, le vivant, végétal, animal ou humain, doivent être soumis aux demandes du marché. Le marché demande du sucre ? Soit. Les Békés utiliseront les terres caribéennes pour produire exclusivement de la canne à sucre et importeront pour cela autant d’esclaves qu’il le faut.
Pour mettre à disposition le vivant, il faut d’abord le mettre à distance. Cette mise à distance a commencé ici. Et ses conséquences sur nos vies actuelles sont terribles et terriblement ignorées, impensées.

C’est l’idéologie colonialiste qui fait que l’exploité européen se sent plus proche de son exploiteur que de l’exploité colonisé ou immigré ?
L’écrivain Albert Memmi, le poète Aimé Césaire et l’essayiste Frantz Fanon nous ont appris que le crime colonial amène l’opprimé à tenir le discours de l’oppresseur. Ce processus a été identifié au même moment où les peuples colonisés ont enclenché les luttes de libération. Quelque chose chez les colonisés d’outre-mer s’était donc maintenu debout malgré l’horreur coloniale.
Le même processus ne s’est pas vu en Europe de l’Ouest. Le processus colonial moderne semble avoir mieux abouti ici. Il a détruit presque totalement les cultures dont les peuples sont les auteurs et non les spectateurs. Les cultures des peuples non occidentaux colonisés ont été également meurtries, mais pas intégralement détruites. Car une fois détruites, est-il possible encore de se différencier du colonisateur, du système et de ceux qui en tirent profit ? Je pense que non. Cela explique que l’exploité européen finisse par se sentir plus proche de son exploiteur que de l’exploité colonisé ou immigré. Il n’est rien d’autre, en par Rémi PNGtant que peuple, que ce que lui permettent d’être ses exploiteurs. Et chaque fois qu’il commence à reconquérir quelque chose, par exemple la solidarité ouvrière, l’éducation mutualisée, cela est vite recadré par les pouvoirs en place.
Dans les anciennes colonies, le mépris des élites locales pour la culture « arriérée » de leurs peuples se cache derrière un discours nationaliste et un vernis culturel de bon aloi. On retrouve la même démagogie dans une ville comme Marseille où le maire, qui pratique volontiers la pagnolade, s’entête à effacer les cultures populaires locales.
J’étais récemment invité à intervenir dans une conférence sur le cinquantième anniversaire de l’indépendance algérienne. À mes côtés se trouvait un brillant économiste algérien vivant en France et militant pour les droits de l’homme en Algérie. Avant que ne commence la conférence, en discutant dans le couloir, il a eu un mot que j’ai trouvé étrange.
Quelqu’un lui demande : « L’Algérie est tombée bien bas, non ? » L’économiste répond : «  Non. Nous étions déjà en bas et nous le sommes restés. » Interpellé par ces paroles, je lui demande : «  L’Algérie était basse au début de l’indépendance ? » Et il me répond : «  Oui, il y avait 90 % d’analphabètes. » Je lui pose une nouvelle question : «  Et quand on ne sait pas lire et écrire, on ne pense pas ? » « L’alphabétisation est quand même la base, non ? », répond-il.
Pour moi il y a là la base d’un raisonnement et d’un mépris tout colonial. Et je dis cela sans irrespect pour cet intellectuel, lettré, professeur d’université, qui fit par la suite un exposé aussi rigoureux qu’alarmant de la situation économique, sociale, politique, de l’Algérie actuelle. Ce qu’il y a de colonial dans ce raisonnement réside en cela : le fait de croire que, hors alphabétisation, il n’y a pas de pensée, d’idées à partir desquelles concevoir l’avenir d’un territoire, d’un pays. À mes yeux, l’alphabétisation – tout comme l’informatisation ou tout autre apport technologique occidental – sans prise en compte, écoute, connaissance de la puissance des savoirs issus de la culture paysanne, entre autres orale, fonctionne forcément comme un rouleau compresseur voué à sa stricte fonction d’écrasement.
Ce qui est drôle et très révélateur, c’est que cet économiste opposant n’a par ailleurs, lors de son exposé, cessé de dénoncer le fait que l’Algérie vive presque exclusivement de la rente pétrolière (c’est-à-dire qu’elle soit dépendante du point de vue alimentaire). Et il a également, à juste titre encore, fait un bilan catastrophique de la politique algérienne des années 1970 dite de « l’industrie industrialisante [1] ». Or cette politique, qui fut un échec, fonctionne sur la même base que l’idéologie selon laquelle il ne peut y avoir de pensée, de réservoir à idées dans le monde rural (majoritaire au moment de l’indépendance) et ses cultures. Il faut donc le raser. Cela est une des raisons de la dépendance actuelle de l’Algérie en matière d’alimentation.

Quelle est l’alternative à l’industrie industrialisante ? L’agriculture dite «  verte » non industrielle. Or, elle était là, au moins partiellement, même après la colonisation. Une vraie décolonisation aurait consisté à reconstruire à partir des ressources culturelles du pays en accord avec le besoin évident de tout pays : l’auto-suffisance alimentaire, donc la préservation de l’environnement qui nourrit, et de ceux possédant le savoir pour assurer cette préservation en cultivant la terre. Or, ceux et celles qui étaient alors capables de donner des idées relatives à cette agriculture verte étaient les paysans, du moins dans les régions qui n’avaient pas été totalement ravagées par la colonisation.
Je ne dis pas que l’Algérie aurait dû faire juste ce choix. Mais au moins, partiellement, partir de cet élément paysan, rural, propre à son territoire. Quelque chose a foiré, dû, selon moi, à un héritage colonial des élites minoritaires qui ont cadré la révolution algérienne.
En Métropole, il existe aussi un mépris tout colonial pour les cultures locales. Marseille évoque un mélange entre les cultures ouvrières et les cultures immigrées récentes et passées. Il y a là une mosaïque d’influences en mouvement permanent. Et ce qu’on appelle spontanément les «  cultures de quartier ou de rue » ne sont pas sans lien avec cette culture paysanne dont j’ai parlé, puisqu’elles en sont issues en termes de rythmes traditionnels, d’aptitude à la métaphore, à la rime, à la danse, au chant, mais également de modes d’organisation et de complicité sociale.
L’effacement des cultures locales, à la fois enracinées et ouvertes, par les élites locales est un phénomène assez généralisé. Je suis originaire du Sud-Est, de la vallée de la Roya, et on y retrouve le même mépris quant aux décisions pour les quartiers, pour les paysages, pour le patrimoine écologique, tout cela caché derrière un «  sudisme » de façade : la pétanque, les expressions de langage censées typer celui qui les emploie, le pastis, etc. Je n’ai rien contre, mais dans ce cadre, reconnaissons que la pétanque et le reste sont aux pouvoirs méditerranéens européens ce que les apéros saucisson-pinard sont à d’autres.
Le mépris pour les cultures dites de quartier est lié à la culture coloniale. Il y a eu un transfert théorique et pratique du colonialisme d’outre-mer sur les immigrés : contrôles de police au faciès, contrôle des quartiers, marché aux travailleurs. Les immigrés ont été traités comme des possessions d’outre-mer. Et leurs enfants sont traités comme des fellaghas. Le discours actuel sur les quartiers est quasiment le même que celui tenu sur les quartiers algériens au début de la guerre d’Algérie.
Les pouvoirs occidentaux sont porteurs d’une mission : la domination et l’exploitation de la nature et de tout ce qui n’est pas capable de lui résister technologiquement. La Chine l’a compris. En ce sens, tout ce qui pourrait ralentir le magma capitaliste, toute culture populaire qui tend plus à développer le «  vivre avec » que le vivre «  aux dépens de » devient un ennemi.

À la périphérie de l’Europe, certaines cultures populaires résistent…
L’Andalousie et le Mezzogiorno italien sont des régions limitrophes, au bord de l’Europe occidentalisée. Elles sont encore très riches culturellement. Même à l’intérieur du territoire appelé «  France », il existe des poches de résistances : la Bretagne, le Pays basque, et la Corse qui est un cas à part. Ces trois « pays » ont encore leurs cultures propres, vivantes, dont une partie de la population est l’actrice et l’auteure. Ce sont trois régions qui n’ont cessé d’être en résistance. Au final, elles ont toujours une langue. Les chants polyphoniques corses sont encore vivants. Ils sont un signe pour le sud de la France de ce qui a pu être perdu en termes de richesse artistique populaire, quand on entend la complexité de cet art traditionnel. Et c’est pour cette raison qu’ont pu se développer et durer des mouvements de résistance y compris armés. Je ne fais pas ici l’apologie de la lutte armée, mais il faut méditer le fait que là où il y a culture populaire vivante, il y a du lien, une communauté qui protège ses membres. Et de ce fait, naissent des modes de résistance aux choix nationaux qui peuvent obliger les pouvoirs à la négociation. La vivacité des cultures andalouse ou italiennes tient à mes yeux au refus réussi, partiellement, de la domination coloniale.

Tu opposes le concept de culture populaire, transmise horizontalement, à celui de culture académique. D’où vient ce hiatus ?
Ce que j’appelle la culture populaire est la culture transmise et transformée par les peuples, les gens eux-mêmes, dans la rue, en famille et non par des institutions. Le mot culture a été phagocyté, soit par la notion de culture que l’on consomme, soit par la notion de culture que l’on étudie. Quant à ce qu’on nomme «  culture académique », il y a tout et son contraire dans ce qui est reconnu par les États comme digne de porter ce nom. J’ai pu en tout cas constater que lorsque des jeunes ou des adultes n’ont pas été dépossédés de leur culture traditionnelle vivante, lorsqu’ils n’ont pas été forcés à en avoir honte, ils s’intéressent également, sans oublier leur sens critique, à ce que j’appelle la culture « académisée ». C’est le cas par exemple d’une assez grande majorité de la jeunesse sénégalaise. En revanche, ici, le mépris colonial est encore si écrasant qu’il est dur de ne pas être dans le rejet quasi absolu de toute culture (et du reste) venant de l’État.
Dans les différentes manifestations culturelles traditionnelles, dans une danse, dans la manière de régler certains problèmes en communauté, de savoir répondre aux besoins d’un nouveau-né, il y a également du savoir, quelque chose qui gagne à être connu, compris, pensé. Et ces savoirs, cette intellectualité, sont niés en Europe de l’Ouest. Le problème se situe là, et également dans la manière dont est transmise la culture académique. Le mépris colonial n’est pas étranger à ce mode de transmission.
Les peuples européens de l’Ouest ont accepté le dénigrement des cultures traditionnelles, du corps et du monde vivant en échange de l’abominable ego occidental. Cet ego cadenasse jusqu’à la mémoire des pertes et des ravages. Nous avons accepté le ravage ici et chez les autres, et nous l’avons déifié en «  progrès ».

La langue française ne fait pas bon ménage avec l’oralité et les langues dites minoritaires…
Ce n’est pas que la langue française ne fait pas bon ménage avec les langues minoritaires, c’est qu’elle a fait le ménage ! Elle est ce « ménage ». La langue française telle que nous la parlons est une langue excessivement cadrée et « cadrante », peu musicale, peu rythmique – tous les temps forts tombent sur la fin des mots à la manière d’un roulement de tambour militaire. Nous en sommes là. À nous de ranimer cette langue. Cela se fait déjà par le rap, les accents et ce que j’appelle le «  créole immigré », le langage inventé par les immigrés lorsqu’ils apprennent le français – langage qui est un cousin des nombreux argots, jargons, langues des rues, des voyous, des marginaux…
Certains ont cru que mon livre partait en guerre contre la langue française. Il n’en est rien. Je dirais même que depuis que, notamment à travers mon travail avec les migrants, nous interrogeons les limites de la langue française, ma relation à cette langue change. Elle redevient un peu attendrissante, ouverte, invitante. Je pense que le français est la conséquence d’une colonisation linguistique multiple qui a réussi ici. La manière dont les imaginaires migrants pourraient «  enchanter » la langue française, ce serait peut-être de nous permettre de retrouver les langues blessées en elle. Alors la langue française ne serait plus seulement la langue du colonisateur. L’expression «  enchanter » fait allusion à la reformulation par certains Sénégalais de l’expression «  mettre enceinte ». Cela devient « enceinter » puis, avec l’accent, « enchanter ». C’est ce que peut apporter la langue française quand les migrants se l’approprient : du réenchantement.

Tu dis que les Occidentaux doivent se réapproprier leur corps et leur spiritualité…
Ne pas savoir faire corps avec un rythme, par exemple, n’est pas anodin. Cela vient d’une histoire et a des conséquences sur de nombreux aspects de nos vies : la naissance, la proximité avec nos parents et nos enfants, et plus largement avec notre ou nos communautés ; notre relation à la nature, à sa force et à ses astreintes, à l’art de nous soigner ; notre capacité d’autonomie par rapport au marché et aux gouvernants, dans nos pratiques ; notre capacité à penser et résister.
L’idéologie coloniale est toujours là. C’est le fruit d’une histoire au fil de laquelle nous avons été déculturés, privés de nos cultures de rue, de village. Quand nos corps ne sont plus éduqués à danser, à accueillir, à faire sens, nous ne sommes plus que disponibles à véhiculer l’idéologie des pouvoirs dans nos comportements, nos passivités. Nous sommes en fait malades du colonialisme nous aussi, et donc disponibles à l’exploitation. Il faudra se battre pour guérir, retrouver nos mémoires et nos corps. Et cela ne se fera pas sans, entre autres, un contact prolongé avec ceux et celles qui possèdent encore une part de cela : les populations immigrées. Elles peuvent nous aider à nous retrouver.
James Baldwin, dans La Prochaine fois, le feu, disait que la solution pour les Afro-Américains n’était ni dans l’intégration, ni dans le repli communautaire. Il affirmait que la solution résidait dans la capacité des Afro-Américains à intégrer les dits «  Blancs » à leur monde. Parce que, selon lui, ce n’est pas les esclaves et leurs descendants qui sont malades. Les malades sont les esclavagistes et les colons.


[1] Politique volontariste menée après les indépendances, visant à accomplir à marche forcée la révolution industrielle qu’avait connue l’Europe depuis deux siècles. Imposée par l’État au détriment de l’agriculture et autres savoir-faire autochtones, elle produisit des aberrations en complet décalage avec les besoins de la population.

26 juillet 2012

Juifs, communistes, commissaires politiques, un pas en avant !

Par
«Il y a une arme plus terrible que la calomnie, c'est la vérité.» (Talleyrand)

La récente disparition de Roger Garaudy est une occasion supplémentaire pour méditer sur la conception de la démocratie dans les pays occidentaux, pays réputés pour être la patrie de la liberté d'expression par excellence. Roger Garaudy, philosophe, était porté aux nues quand il n'était qu'un humaniste progressiste quand il était porté par les valeurs chrétiennes. Il commença à inquiéter les fabricants d'opinion quand il enfourcha le destrier de la lutte des classes pour combattre les puissances de l'argent. On se moqua un peu de lui quand il se solidarisa avec une partie de l'humanité opprimée, partie qui est musulmane dans son immense majorité. Il devint infréquentable quand, à la suite de plusieurs intellectuels français, il osa mettre en doute les chiffres émis par les organisations sionistes sur le génocide juif.
Or, dans l'Europe occidentale, libérale et libérée, il est permis de tout dire. La liberté d'expression est sans limite. Il suffit de ne pas diffamer ou porter atteinte à l'image des personnes privées. Cette liberté est illusoire, car il y a des sujets tabous qu'il ne faut pas effleurer même sur le ton de la satire ou de l'humour.
C'est ce qu'a appris à ses dépens l'humoriste français Dieudonné, le métis, en égratignant les juifs au passage d'un de ses inénarrables sketchs. Jadis, quand il formait un duo de choc avec Elie Semoun, le juif, ils personnalisaient à eux deux, les deux parias les plus symboliques de la société occidentale, il ne manquait que l'Arabe.
A ce moment, les deux compères pouvaient se permettre de sortir les blagues les plus incisives sur les nègres et les juifs, c'était accepté. Mais quand le divorce entre les deux associés fut consommé, tout changea. Et pourtant, Dieudonné n'avait pas changé de ton, mais on ne lui pardonne plus ses écarts de langage. Empêché plusieurs fois de se produire sur scène par l'intervention des organisations sionistes, les salles de spectacles lui furent fermées une à une tandis que s'ouvraient toutes grandes, les portes des palais de justice où il dut subir un véritable harcèlement, harcèlement qu'a connu Garaudy avant lui. Il faut dire que les historiens, des hommes politiques, des humanistes comme l'abbé Pierre ont été réduits au silence, dès qu'ils ont mis en doute les chiffres de l'holocauste, tels qu'ils ont été propagés par les innombrables moyens de propagande dont disposent habituellement les organisations sionistes qui, hier encore, avaient, non seulement pignon sur rue, mais disposaient d'organisations terroristes qui pouvaient impunément (agresser) tout homme acquis à la cause palestinienne.
Ce crime de lèse-majesté est appelé en Europe de l'Ouest: négationnisme, démarche qui vise à nier l'existence des camps de concentration ou le nombre de victimes ou de tout plan d'extermination préétabli. Les lois condamnant le négationnisme ont d'abord été votées en France et dans d'autres pays européens avant d'être suivies par l'Assemblée générale de l'ONU en 2007: seuls les Etats-Unis, au nom du premier amendement de leur Constitution, qui protège la sacro-sainte liberté d'expression, ne poursuivent pas en justice les révisionnistes et les négationnistes.
Le Pen, Garaudy et un historien (Pierre Rassinier, instituteur) ont été traînés en justice. L'abbé Pierre, défenseur des droits de l'homme et avocat des pauvres, a été éloigné des écrans de télévision et ignoré de la presse trois années durant avant de faire amende honorable. Tous avaient porté atteinte au fonds de commerce sioniste.
Pourtant, dans son film Le Destin d'un homme, adapté d'une nouvelle de Cholokhov, Serguei Bondartchouk (réalisateur et principal interprète du film) avait montré une scène éloquente: un chef SS harangue des prisonniers russes en leur criant: «Juifs, communistes, commissaires politiques, un pas en avant !»
Alors ceux qui ont été persécutés, l'ont-ils été parce qu'ils étaient dans l'une, dans les deux ou dans les trois catégories? A quelques semaines de la célébration du cinquantième anniversaire, le premier geste de François Hollande, fraîchement élu, fut de rendre hommage, à Jules Ferry, grand militant de la colonisation et adepte de la supériorité de la race blanche.

24 juillet 2012

Le Passage africain

 Grands projets : Le Passage africain, un projet révolutionnaire

[Cet article s'inscrit parfaitement dans la suite du livre de R. Garaudy "L'avenir mode d'emploi" et de la série d'articles publiés par "A contre-nuit" sous le label "L'avenir a déjà commencé", voilà pourquoi nous le reprenons ici sans
vergogne, avec nombreux liens vers le site de "Solidarité et Progrès", NDLR]


Cet article fait partie du dossier Un miracle économique de l’Europe méridionale, de la région méditerranéenne et de l’Afrique que publiera très prochainement "Solidarité et progrès" comme alternative à l’autrement inéluctable désintégration financière.

par Hussein Askary
Cet article s’appuie sur une étude préliminaire (aucune étude de faisabilité n’étant encore réalisée) présentée par l’ingénieur égyptien Aiman Rsheed dans les mois suivant la révolution égyptienne de janvier 2011. Le document original est en arabe, et certaines parties ont été traduites en anglais par l’auteur, afin d’être utilisées dans cet article.
Né en 1964, Rsheed fait partie de la génération égyptienne indépendante du colonialisme britannique, sous la Présidence de Gamal Abdul Nasser ; c’est cette génération qui vient de se révolter contre l’injustice sociale et politique brutale imposée sur l’Egypte et le reste de l’Afrique par le FMI et la Banque mondiale, avec le soutien de l’UE et des Etats-Unis, par le biais du régime d’Hosni Moubarak.
JPEG - 75.5 ko
Carte 1
Il s’agit de faire de Sidi Barrani un grand port sur la Méditerranée et de le relier avec l’intérieur du continent africain, avec l’Europe (via un tunnel sous Gibraltar) et avec le Proche Orient, chaque fois grâce à des lignes de transport rapides.
Le projet Africa Pass (Passage africain) (Figure 1) prouve qu’un grand potentiel humain existe dans cette ancienne, mais jeune, nation. Rappelons que l’Egypte compte aujourd’hui plus de 470.000 ingénieurs. Chaque année, 20.000 diplômés s’ajoutent à cette armée d’ingénieurs. 80 millions de citoyens y vivent sur une étroite parcelle de terre située sur les rives et le delta du Nil. Africa Pass ouvrira le désert de l’Ouest du pays au développement et au peuplement ; il révolutionnera les économies des nations d’Afrique du Nord et subsaharienne, ainsi que les relations au sein du continent et avec l’Europe, via la Méditerranée.
Rsheed a présenté en février 2012 une ébauche du projet au bureau du Premier ministre Kamal Al-Ganzouri. Recevant le soutien de milliers d’ingénieurs, de professeurs d’universités et du public en général, il est invité sur de nombreuses chaînes de la télévision nationale pour présenter son projet face à une nation brûlant de trouver une solution à la profonde pauvreté et à l’injustice sociale, oppressant toujours le peuple malgré la chute du régime de Moubarak. Le FMI espère faire son retour en Égypte, mais un solide mouvement de résistance empêche les dirigeants du pays de faire des compromis.
Aiman Rsheed a servi en tant que colonel au sein des Forces armées égyptiennes, notamment dans l’aviation, se spécialisant dans l’ingénierie, les secours aux sinistrés et la planification. Libéré du service militaire en 2008, il termine son professorat en ingénierie mécanique à l’Université Ain Shams. Il a aussi étudié à l’Institut des forces aériennes, travaillant comme ingénieur en chef de la planification et de la maintenance. Il reçoit son diplôme scientifique en 1986 au Collège technique militaire.
Rsheed est actuellement candidat à la direction de l’Union des ingénieurs égyptiens, dont il voit les 470.000 membres comme l’armée qui soutiendra et réalisera ce mégaprojet. Rsheed est politiquement indépendant et n’est membre d’aucun parti politique. Il travaille aujourd’hui au Caire, en tant que directeur de la planification pour l’entreprise Misr Training and Technical Consultation.

Résumé du projet

Africa Pass comprendra deux composantes majeures :
A. Le transport
La première étape implique la construction d’un important port ultramoderne à Sidi Barrani, dans le nord-ouest de l’Egypte, près de la frontière avec la Libye ; ce port sera relié aux nations des Grands lacs (Rwanda, Burundi, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Soudan et Soudan du Sud) grâce à des trains à grande vitesse (TGV) et des autoroutes modernes (Carte 1).
La seconde étape consistera à réaliser une connexion avec la Somalie et l’Ethiopie.
La troisième reliera l’Egypte à l’Asie par un tunnel sous le canal de Suez, et par un pont via l’île de Tiran dans le Sud du Golfe d’Aqaba, liant le Sud du Sinaï à l’Arabie saoudite. La quatrième engagera la construction d’un réseau de lignes à grande vitesse (LGV) jusqu’au détroit de Gibraltar, reliant l’Afrique du nord à l’Europe par le tunnel de Gibraltar.
En ce qui concerne l’Egypte, il est prévu de construire cinq grandes villes, à 250 km l’une de l’autre, sur des terres aujourd’hui presque entièrement désertiques. Cela aidera à soulager les villes actuelles de la pression démographique, et fera s’épanouir à nouveau la vie et l’activité dans le désert, grâce au canal qui apportera l’eau depuis le Congo (voir plus bas).
D’après l’étude, la construction du port de Sidi Barrani, créant un centre industriel moderne et un centre de manutention de conteneurs dans la Méditerranée, avec un aéroport international, est la partie du projet la plus facile à réaliser.
La grande zone industrielle et la zone touristique, qui se développeront avec le port, attireront les entreprises, les travailleurs qualifiés et les investisseurs, elles apporteront immédiatement des emplois à de nombreux égyptiens, aujourd’hui sous-employés.
B. L’eau :
Le plus impressionnant projet hydraulique d’Africa Pass est similaire au projet Transaqua qui vise à revigorer le bassin du lac Tchad.
JPEG - 60.7 ko
Carte 2
C’est la conjonction des réseaux de transport rapides et le projet de canal de cette carte qui doit permettre la création de plusieurs nouvelles villes.
Un canal, large de 40 mètres, profond de 15 mètres et long d’environ 3800 kilomètres, s’étendra depuis les hauts plateaux de l’est du Congo, où le fleuve Congo prend sa source, vers le nord au travers de la République centrafricaine, du Sud-Soudan et du Soudan, jusqu’en Égypte, où l’apport en eau douce permettra de réalimenter la dépression de Qattara, à l’ouest du Caire (Carte 2).
Sept centrales hydro-énergétiques récupéreront cette énergie hydraulique, depuis les 1500 mètres au-dessus du niveau de la mer dans le Sud du pays, jusqu’à la dépression de Qattara, à 80 mètres sous le niveau de la mer. L’étude ne précise pas si ce canal sera navigable, mais il est évident que le fret y serait transporté plus facilement et à moindre coût, comparé au transport ferroviaire ou routier qui d’ailleurs seront construit parallèlement au canal. Des lignes de communication électriques et électroniques accompagneront également Africa Pass afin de rendre possible, sur toute la longueur, le développement de l’agriculture et de centres urbains. Des pipelines pourront s’ajouter au corridor, permettant aux pays enclavés d’exporter leur pétrole.
Rien que dans la région bordant la dépression de Qattara, des millions d’hectares de terres agricoles seront créés, affranchissant ainsi l’Égypte des importations de biens alimentaires dont il dépend aujourd’hui. Le lac d’eau douce Qattara et les terres vertes qui l’entoureront auront d’importants effets hydrologiques, modifiant le climat dans le désert et augmentant le cycle hydrologique de la région avec davantage de chute d’eau, ce qui fera reculer le désert.

Les objectifs du projet :

  1. Le développement de neuf nations d’Afrique autour de véritables projets de développement économique.

  2. Transformer l’Égypte et les autres pays inclus dans le projet en centres industriels attractifs pour le travail, au lieu de zones sinistrées repoussant la main d’œuvre.

  3. Ouvrir une porte à l’exportation de biens agricoles des nations de la région des Grands Lacs, qui sont actuellement gaspillés à cause du manque de stockage et de moyens de transports rapides et bon marchés. On estime qu’il faudra deux jours pour transporter les biens depuis leur lieu d’origine jusqu’à la Méditerranée, grâce aux TGV et au port de Sidi Barrani. Ce projet ouvrira de nouveaux secteurs pour l’agriculture dans des régions restées inertes et isolées, tel l’énorme potentiel de productions bovine et laitière du Soudan. Cela aura également pour effet d’éliminer la famine dans de nombreuses régions d’Afrique, et tout particulièrement dans la corne de l’Afrique.

  4. Redistribuer la population, surtout en Egypte, un pays où 95% de la population se concentre dans le delta du Nil (5% du territoire), vers de nouvelles villes et villages, dans un nouvel environnement fertile, aspirant à la croissance.

  5. Rétablir l’Egypte dans son rôle de leader, et de connexion avec l’Afrique, en s’appuyant sur la nouvelle coopération économique et diplomatique lancée par le nouveau gouvernement et par le ministère des Affaires étrangères, suite à la révolution de 2011. Ce projet pourra largement aider les initiatives visant à résoudre les conflits entre les nations de la région, notamment au Soudan ; il contribuera au développement du Darfour et ouvrira la coopération avec le Tchad, désormais impliqué dans le conflit au Darfour.

  6. Développer les ressources hydrauliques de tous les pays participant au projet, en assurant ainsi la production de grandes quantités d’énergie hydroélectrique. En Egypte, Africa Pass sera complémentaire du nouveau projet pour la vallée du Nil, qui part du canal Toshki dans le Sud, près d’Assouan, et remonte vers le Nord parallèlement au Nil, ouvrant de nouveaux centres agro-industriels dans le désert. Le Dr. Farouk Al-Baz, un scientifique égypto-américain et ancien expert de la NASA, est l’un des pionniers de ce projet, qu’il appelle « le Corridor de développement ». Africa Pass créera ainsi une troisième vallée du Nil, mais avec des connexions régionales et internationales.

  7. L’exploitation de millions d’hectares de terre agricole autour de la dépression Qattara et la production d’énergie.

Rsheed a demandé au gouvernement égyptien, c’est-à-dire au Premier ministre, d’organiser une conférence de cinq jours permettant d’exposer l’idée du projet dans toute son ampleur, avec la participation d’experts provenant de différents ministères du gouvernement, de manière à lui donner un caractère de mobilisation nationale.
Il a également invité à ce que le ministre des Affaires étrangères engage immédiatement les négociations et organise des conférences avec les autres nations bénéficiant du projet. Rsheed suggère que l’Union des ingénieurs égyptiens soit désignée comme consultant officiel pour le projet, afin qu’il puisse bénéficier de ses capacités locales. D’après lui, la construction du port de Sidi Barrani et de la zone industrielle qui y sera liée devrait être lancée immédiatement en tant que premier jet, quel que soit le destin du reste du projet Africa Pass, afin de donner un exemple du grand potentiel existant dans ce pays et de ce qu’il permettrait de faire.
Alors que les données techniques spécifiques et les difficultés topographiques ne seront évaluées et surmontées que lorsque les différents ministères auront réalisé les études de faisabilité, la conception et l’intention générale apportées par Rsheed sont sensées et réalisables.
Il existe certains problèmes dans l’étude, comme la question du financement où apparaît un manque de connaissance et de confiance envers un système de crédit public, en raison des nombreuses années passées sous l’influence des politiques du FMI et des régimes corrompus. Toutefois, ce projet pourra largement être intégré dans la solution que le mouvement de l’économiste américain Lyndon LaRouche défend à l’échelle internationale, pour sortir de la crise provoquée par l’effondrement financier et économique général.
En outre, il subsiste des incompréhensions et des illusions vis-à-vis de la pertinence de l’énergie solaire en Afrique. Le projet Désertec de construction de panneaux solaires, une escroquerie financière et scientifique imposée par l’Allemagne, l’UE et leurs partenaires en Afrique du Nord, est présenté positivement dans le rapport. Nous avons déjà présenté un argumentaire clair dans nos publications pour le réfuter.
Comme le réalisent la plupart des Africains, il n’existe pas d’alternatives à l’énergie nucléaire pour le développement de l’Afrique. Les subventions apportées au Maroc par l’UE pour développer l’énergie solaire, à très petite échelle, visent ainsi à reporter sa décision de se lancer dans le nucléaire, tout en « lavant le cerveau » des Européens qui croient à cet utopisme vert.
Le projet de l’Egypte visant à construire quatre centrales électronucléaires pour 2025, afin de produire 4 gigawatts d’électricité, n’est pas mort avec le régime de Moubarak.
Le 13 février 2011, le Premier ministre par intérim Ahmed Shafiq a ainsi réaffirmé que ces projets ne seraient pas affectés par les développements politiques en cours. Le 16 janvier 2012, l’actuel Premier ministre Kamal al-Ganzouri a informé les ministres que le gouvernement compte maintenir le projet de construire la première centrale électronucléaire. Son site se trouve à Dabaa, dans le gouvernorat de Marsa-Matruh sur la côte méditerranéenne, proche du lieu où Africa Pass prévoit de construire le port de Sidi Barrani et sa zone industrielle.
Toutes les principales entreprises japonaises, russes, chinoises, françaises, américaines et sud-coréennes ont manifesté un intérêt pour ce projet. Les appels d’offre sont censés être lancés dès cette année, mais ils attendent l’établissement d’un nouveau gouvernement suite à l’élection présidentielle.
Il est important, alors que le combat continue pour un nouveau système économique international plus juste, basé sur le respect de la souveraineté des Etats-nations, que les Européens réalisent l’immense potentiel humain et naturel qui existe en Afrique, à travers les yeux de patriotes africains si passionnément créatifs comme Aiman Rsheed.
Bâtir le pont au-dessus de la fracture physique autant que socio-économique dépendra de la réalisation du type d’idée et d’aspiration que ce rapport présente.

 http://www.solidariteetprogres.org/Grands-projets-Le-Passage-africain-un-projet-revolutionnaire_08931

___________________________________________________________

SELECTION D'ARTICLES

Archives Garaudy PDF sur Calameo

Si je ne brûle pas
Si tu ne brûles pas
Si nous ne brûlons pas,
Comment les ténèbres
Deviendront-elles clarté ?

Nazim Hikmet, poète communiste turc (1901-1963), traduit par son ami Garaudy